25 octobre 2021

Temps de lecture : 3 min

Coca-Cola, PepsiCo et Unilever : trio de tête des pollueurs de plastique selon Break Free From Plastic

Le dernier rapport annuel de l’ONG Break Free From Plastic montre que les volumes de déchets en plastique rejetés dans la nature continuent de progresser rapidement. Les belles promesses des entreprises ne donnent pas encore de réels résultats…

Le premier se définit comme un « acteur responsable et conscient de son rôle dans la société ». Le second promet de tracer « une nouvelle voie pour mener des actions positives pour la planète et les gens ». Le troisième souhaite « favoriser le développement durable » en signant « un nouveau contrat avec la société civile et avec la planète ». Ces professions de foi ont été publiées par les trois entreprises qui ont généré le plus de déchets plastiques dans l’environnement, selon le tout dernier rapport annuel de l’ONG Break Free From Plastic qui a été rendu public hier matin. Coca-Cola, PepsiCo et Unilever nous jurent, la main sur le cœur, qu’ils souhaitent protéger l’environnement et encourager la biodiversité mais cette enquête semble prouver tout le contraire. « Les promesses n’engagent que ceux qui y croient » aimaient répéter certains politiciens comme Jacques Chirac et son ministre de l’intérieur Charles Pasqua. Les patrons de certaines multinationales partagent visiblement cette opinion…

Collectes de déchets dans le monde entier pour établir un classement

Chaque année, les volontaires Break Free From Plastic collectent dans le monde entier des déchets plastiques dans les rues, les parcs, les champs, les forêts, au bord des rivières et sur les plages. Ils cherchent ensuite à identifier les marques qui ont produit ces détritus afin d’établir leur palmarès des principaux pollueurs. En 2021, 11.184 bénévoles ont récolté 330.493 déchets dans 45 pays dont la France et comme chaque année, Coca-Cola est arrivé largement en tête (19.826 résidus trouvés en pleine nature), loin devant PepsiCo (8231) et Unilever (6079) qui coiffe, cette année, sur le poteau Nestlé (4149). Dans ce Top 10 de la honte figure une multinationale française, Danone, derrière Nestlé, P&G, Mondelez et Philip Morris mais devant Mars et Colgate-Palmolive. La maison-mère d’Evian, de Volvic et d’Actimel s’est donnée pour slogan « One Planet, One Health ». Elle doit aujourd’hui nous expliquer comment le plastique peut entrer dans cette stratégie…

Dans ce Top 10 de la honte figure une multinationale française, Danone, entreprise à mission…

Loin de s’améliorer, ces mauvais élèves de l’environnement continuent de polluer de plus en plus. En 2018, 9218 déchets produits par le géant d’Atlanta avaient été collectés dans le monde, soit moins de la moitié du volume trouvé lors des douze derniers mois. La hausse est presque aussi spectaculaire pour PepsiCo (5750) et encore plus impressionnante pour Unilever (1230) qui se trouvait à la huitième place de ce triste palmarès en 2018.

Une étude certes subjective mais inquiétante…

Cette étude est forcément subjective car elle se base sur des revues narratives et non pas systématiques. En choisissant d’aller sur telle plage plutôt qu’une autre ou un jour au lieu du surlendemain, les volontaires prennent des décisions qui peuvent avoir un impact sur les objets collectés. Certains résidus sont également plus identifiables que d’autres. Le rapport de Break Free From Plastic reconnaît ainsi que moins des 60 % des déchets ont pu être associés à une marque. Son étude révèle toutefois des tendances plutôt inquiétantes.

moins des 60 % des déchets ont pu être associés à une marque.

Le nombre de déchets en plastique continue ainsi de progresser année après année. Et sur les 350 millions de tonnes de plastique produits chaque année, 91% ne sont toujours pas recyclés. « Les plus grands pollueurs et les gouvernements du monde entier utilisent le concept « net zéro » comme une façade pour échapper à leurs responsabilités et déguiser leur inaction ou leur action néfaste en matière de changement climatique, critique l’ONG dans son rapport annuel. Soyons clairs :

« Net zéro » n’est pas zéro, et les plastiques sont un contributeur clé au changement climatique. Quand les énergies fossiles sont extraites et transportées pour produire du plastique, elles libèrent chaque année 108 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère. Et la plupart des plastiques sont incinérés ou enfouis dans des décharges après leur utilisation, générant ainsi encore plus de gaz à effet de serre. »

 

Les plus gros pollueurs affirment vouloir changer leurs mauvaises habitudes. PepsiCo  promet d’utiliser uniquement du plastique recyclé pour toutes ses boissons ready-made en Grande-Bretagne d’ici la fin de l’année prochaine. Danone est le premier groupe coté en Bourse à être devenu Entreprise à Mission. A Manille, Coca-Cola a érigé, cet été, une affiche contenant 3600 plants de thé afin d’absorber des polluants. Mais ce géant ne ferait-il pas mieux d’éviter de produire des gaz polluants au lieu de les compenser avec un panneau publicitaire ? A vous de juger…

Frédéric Thérin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia