AccueilINNOVATIVE CLASSROOMSCOMMENT FAIRE DE L’ALéA UNE OPPORTUNITé

Comment faire de l’aléa une opportunité


Publié le 25/03/2020

Image actu

L’homme n’aime pas le changement, nous cherchons toujours à passer d’un état de stabilité à un autre, pourtant notre environnement est fait d’aléas, d’événements non prévus avec lesquels nous devons composer. Il est donc important de ne pas être en rejet de ces changements mais plutôt de les embrasser et de les accompagner. 

 

Le concept de l’aléa n’est pas réservé à l’Homme, il s’applique aussi parfaitement aux marques pour qui nous travaillons. Nous le voyons aujourd’hui avec la crise sanitaire qui bouscule le programme et le fonctionnement de l’entreprise. Mais les aléas ne sont pas toujours aussi visibles et impactants que cela. Cela peut être un concurrent direct qui prend la parole avant nous sur un sujet, sort un produit avant nous, utilise la musique que nous avions prévue sur la prochaine campagne, etc. 

 

J’aime à penser que les aléas peuvent être anticipés, ce sont ce qu’on peut appeler des signaux faibles, ce qui commence à émerger dans les conversations sur les réseaux sociaux, des nouveaux comportements que l’on voit apparaître dans les rues des villes ou en campagne. En les écoutant, en les décryptant, nous pouvons anticiper leur montée en puissance et se les approprier. Dans ce cas, vous devenez l’aléa des autres. 

 

Mais quand vous n’êtes pas l’aléa, quand vous le recevez, vous devez faire en sorte de rapidement sortir de la phase de surprise pour répondre ou non. Essayons d’imaginer une méthode en cas de problème, d’aléa : ABID.

 

Analyse : que vient-il de se passer ? D’où vient le problème (annonceur, agence, concurrent, société, etc.) 

Bilan : cela remet il en cause le business immédiat, la prochaine campagne, etc. ? 

Information : qui doit être au courant et doit prendre les décisions (n+1, directeur, PDG chez l’annonceur, etc.)

Décision : ce que je fais, communication de crise, campagne simple, ou rien ? 

 

Cette méthode permet de s’organiser et donc de diminuer le niveau de stress face au problème.  Ainsi, le niveau de stress diminue et la créativité individuelle et collective augmente. Contrairement à ce que l’on peut penser, un aléa peut offrir de nouvelles possibilités, plus de granularité à une marque, dans une prise de parole, des nouveaux territoires d’expression ou des nouvelles opportunités de parole. 

 

Il est possible de mettre du temps à réagir et que la concurrence prenne les devants. Si c’est le cas, il ne faut pas voir cela comme un échec mais plutôt comme une chance d’améliorer et de renchérir une meilleure offre ou campagne de communication. Le premier à prendre la parole n’est pas forcément le meilleur ! Ce temps de latence permet ainsi de s’améliorer et de séduire plus encore la cible. 

 

Les aléas sont aussi dans votre quotidien à l’école, en cours, si un autre groupe présente une réponse au brief proche de la vôtre, vous pouvez profiter des quelques minutes que vous avez pour faire grandir votre réponse, pour aller encore plus loin dans votre réflexion. Dans un groupe de travail pendant une compétition, il y en aura forcément, à vous de trouver une solution. La caméra qui ne marche pas, « shot with Iphone »; des difficultés à brancher l’ordinateur, une histoire qui commence à être racontée par un conteur moderne, etc.

 

L’aléa est partout, du côté des étudiants mais aussi du côté des professeurs. Il est possible que vous ayez vu une nouvelle campagne que votre enseignant ne connaisse pas et que vous le mettiez en difficulté. La meilleure solution, bien le prendre et rattacher l’information à son cours et remercier l’étudiant pour le partage de ces connaissances. N’oublions pas qu’à la fin d’un cours, tout le monde doit avoir appris, même l’enseignant. 

 

N’ayez pas peur de l’aléa, voyez-y des opportunités de grandir.

 

 

 

 

Photos © realpotman  


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR