10 mai 2021

Temps de lecture : 3 min

Thalys accompagne nos voyages en trains retrouvés avec un spot inspiré

Pour célébrer l’augmentation de son plan de transport, et notamment des voyages facilités en proche Europe depuis le 1er mai, Thalys dévoile un spot publicitaire qui sent bon les odeurs de gare, les premières lueurs d’été et les embrassades familiales. Oui, ça nous manque aussi.

À quoi va ressembler votre été ? Entre l’appel impulsif de la route, du ciel, voir de la mer, à ce stade on prend tout, et les compromis redoutés après des mois d’activité partielle, voir de désert professionnel, difficile de se fixer. Mais après avoir interrogé 1068 de nos concitoyens, représentatifs de la population âgée de 16 ans et plus, durant le mois d’avril, Ipsos et l’Alliance France Tourisme semblent au point pour nous livrer un début de réponse. En toute logique, la grande majorité d’entre nous — 69% — devrait privilégier des vacances franco-françaises, surtout dans les régions balnéaires. Un choix guidé par la volonté de changer d’air et de de se dépayser — à 73% —, de se reposer — à 48% — ou encore de passer du temps en famille — à 46% —. Pour autant, 14% des vacanciers envisagent d’explorer un de nos voisins européen, en particulier les pays frontaliers. C’est moins que les années précédentes, où ils étaient en moyenne 20% à prévoir d’aller visiter l’Europe.

Parmi nos futurs veinards.es, seulement 4% prévoient de partir dans un pays qui ne serait pas frontalier à la France, et 6% des voyageurs songent à un pays lointain. Dernière info à retenir, les deux tiers des répondants se montrent prudents quant à l’organisation logistique de leur séjour, ne souhaitant pas être les victimes d’un contexte sanitaire — à ce jour — encore imprévisible. Mais plus des 3/4 d’entre eux pensent qu’il sera possible de partir et la même proportion prévoit de le faire. Ils restent cependant prudents, puisque 45% d’entre eux déclarent que leur départ n’est pas encore certain.

Un autre train de vie

Pour ceux-là et tous les autres, Thalys dévoile sa dernière campagne de communication sensée raviver les émotions des retrouvailles de ses voyageurs. Coordonnée par l’agence DDB Paris, la campagne #ReunitedAtLast est déclinée ce jour en France, Belgique, Allemagne et Pays-Bas, en digital et social media. Pour davantage de visibilité auprès de ses voyageurs les plus fidèles, ce film fera l’objet d’une newsletter dédiée marquée sous le signe des retrouvailles. Cette opération accompagne la reprise progressive du trafic de Thalys avec un spot qui invite les voyageurs à se remémorer le charme et la poésie d’un voyage en train. Grâce à des plans très abstraits, à quelques exceptions près, réalisés depuis un train en mouvement, et à un montage épuré accompagné de l’Arabesque n°1 de Debussy, les paysages se fondent derrière la vitre des voyageurs pour ne laisser place qu’aux émotions que l’on ressent au moment d’entreprendre un nouveau voyage. Les paysages défilent, la distance s’efface et la joie de pouvoir, enfin, se retrouver commence à se faire ressentir.

Depuis le 1er mai, le renforcement de la circulation des trains rouges entre Paris, Bruxelles, Amsterdam et Cologne permet à Thalys de réaffirmer sa raison d’être : favoriser la mobilité durable et renforcer les liens des Européens et développer les échanges économiques, culturels et sociaux en Europe. En 2019, Thalys avait ainsi transporté 7,85 millions de voyageurs. Comme l’explique Bruno Dierickx, directeur marketing et commercial de Thalys : « pour accompagner l’augmentation de notre plan de transport, il nous semblait essentiel de rappeler à nos passagers tous les bons souvenirs qu’ils ont vécus lorsqu’ils pouvaient voyager et se retrouver. Cette nouvelle campagne #ReunitedAtLast, qui ravive les émotions fortes de nos voyageurs, marque notre volonté de leur donner à nouveau l’envie de voyager ».

Se remettre sur les bons rails

Avec une chute de 70% de son chiffre d’affaires, soit une baisse de 385 millions d’euros par rapport à 2019, Thalys se devait de se reconnecter aux Français… et à leur plan pour les semaines à venir. Malgré des résultats inquiétants, et les bruits de couloirs concernant un retour de son offre à la normale jugé impossible avant 2022, Bertrand Gosselin, CEO de Thalys, annonçait récemment dans un communiqué qu’il restait « convaincu de l’important potentiel de croissance et de développement du transport ferroviaire international à grande vitesse en Europe. L’année 2021 a d’ailleurs été désignée « année européenne du rail ». Cela prouve que le train a encore de beaux jours devant lui car il est reconnu comme un mode de transport fiable et respectueux de l’environnement ».

Montagut Sacha

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia