12 janvier 2017

Temps de lecture : 2 min

Ce spot est-il le plus gros lot publicitaire de l’année ?

La pub de l'année dure à peine plus d'une minute et elle est signée de la New York Lottery. Les jeux sont faits, vous n'avez plus qu'à remballer vos campagnes.

La pub de l’année dure à peine plus d’une minute et elle est signée de la New York Lottery. Les jeux sont faits, vous n’avez plus qu’à remballer vos campagnes.

Jouissive, la dernière campagne de la New York Lottery, qui apporte un message simple mais tellement rare à notre époque : prendre le temps. Une grande respiration symbolisée par un  » dogsitter  » qui a autant la banane que ses six compagnons à quatre pattes avec une ambiance très générique « La Petite Maison dans la prairie », en beaucoup plus moderne. Le tout sublimé par l’utilisation du slowmotion et une bande son hypnotisante.

A la question « Si vous gagniez 1000 $ par jour, à vie, que feriez-vous de cet argent ? », cet individu, qui est un heureux gagnant de la NYL, a décidé de répondre : « Passer plus de temps à faire du volontariat ». Une main tendue plus facile à effectuer quand on touche le jackpot, et que le reste de notre existence financière devient une promenade de santé.

Hourra

Oui mais voilà, en général les acteurs de ce marché ont plus tendance à mettre en avant le côté matérialiste (yacht, villa, île) des individus et l’accomplissement par le bling bling. On ne s’attache que trop peu à l’humain et à l’évolution d’une société qui  » turbine  » à plein régime. Dans la campagne « Bureau des rêves », d’Euromillion (Y&R Paris, 2014), on revit ces mauvais souvenirs du quotidien avec cette file d’attente interminable et ces maudits fichiers à remplir. D’un coup, on a tout de suite moins envie de devenir millionnaire. Avec Give Back For Life, on s’imagine lever le pied et mettre le bleu de chauffe pour donner un coup de main à la communauté. Une perception de la richesse sous forme de don de soi assez rare dans notre société. Un deuxième spot complète la prise de parole de l’entreprise, et celui-ci joue sur la fibre familiale avec un père de famille qui transforme son salon en cabane géante pour ses enfants.

Plus de nature !

En avril 2016, la chaîne de magasins de bricolage allemande, Hornbach (les spots sont toujours incroyables), nous offrait une représentation du corps masculin pleine d’authenticité et d’humour. Un homme bedonnant dévalait une colline semée d’embûches, tout en prenant un pied d’enfer. On retrouve exactement ce même genre de représentation avec la NYL, celle d’un homme en symbiose avec la nature et qui s’assume comme il est. Voilà ce que l’on veut voir plus souvent à l’écran. « Les marques ont besoin de faire évoluer leur vision de l’homme idéal et d’ouvrir leur esprit. On vit dans un monde ou la diversité n’a jamais été aussi importante et nous sommes pourtant contraints de suivre des stéréotypes non représentatifs… » déclarait dans INfluencia, Shaun Ross, mannequin anglais et activiste en raison de sa particularité génétique d’albinos. On ne dira pas le contraire.

Espinosa Eric

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia