23 novembre 2011

Temps de lecture : 1 min

It’s a smaller world

Rassurant ou effrayant? Pendant des années, on nous a répété que nous n'étions distants les uns des autres que de six personnes: c'est cette fameuse «théorie des six degrés de séparation» établie dans les années 20 et développée en 1967 par Stanley Milgram, qui explique que n'importe quel individu peut être relié à n'importe quel autre dans le monde par une chaîne de relations individuelles de six personnes, sans nécessairement se connaître.

Le concept a inspiré un film aux Etats-Unis avec Will Smith, une série télévisée Six Degrees, une pièce de théâtre et un jeu très sucessful, “Six degrees of Kevin Bacon” , dans lequel il faut trouver quel comédien dans le monde est relié, via les films dans lesquels il a joué, à la star de Footloose. Bref le chiffre 6 était magique.

Et bien voilà qu’une étude réalisée par quatre universitaires  à laquelle facebook a collaboré, et dont les résultats sont publiés sur le site lui-même, révèle que de 6 on est tombé à… 4,74. Aux Etats-Unis, où plus de la moitié des moins de 13 ans est sur facebook, on passe même à 4,37.

Le monde se rétrécit et le réseau de Palo Alto y est pour beaucoup. Les amis de mes amis sont mes amis, et les amis des amis des amis de mes amis sont aussi mes amis. On est tous unis au sein d’une même famille… On disait déjà « it’s a small world ». On pourra dire désormais « it’s a smaller world’. C’est ça aussi la «magie» de facebook…

Isabelle Musnik

La rédaction

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia