20 juin 2021

Temps de lecture : 4 min

Radio Mont Blanc veut propulser les entreprises locales responsables au sommet

La station locale savoyarde Radio Mont Blanc a lancé la première édition de son Eco-Tremplin, sous l’impulsion de sa nouvelle directrice générale Caroline Chicard, nommée l’an dernier, à ce poste Un concours dédié aux entreprises engagées dans le développement durable dans les deux Savoie. Une initiative qui allie le sourcing de PME engagées et la quête de sens que peut apporter un groupe média à ses audiences et partenaires.

Des chutes de pierres qui ponctuent parfois les randonnées jusqu’à la Mer de Glace qui recule chaque année davantage, tous ceux qui vivent au pied du Mont Blanc se rendent compte de manière très concrète des effets du changement climatique. Pas simple pour autant de savoir ce qu’il est possible de faire à sa propre échelle, que l’on soit un particulier ou une entreprise de la région. Radio Mont Blanc, station de territoire installée sur l’axe Chamonix-Genève et qui émet depuis 35 ans en Haute-Savoie, a sa petite idée sur la manière d’apporter sa propre contribution. Après avoir été la première radio de France à signer, en juillet 2020, le Pacte mondial des Nations Unies, qui l’engage à atteindre d’ici 2030 les 17 objectifs de développement durable fixés par l’ONU, elle a lancé en mars 2021 la première édition de son Eco-Tremplin, un concours dédié aux entreprises, start-up ou associations de moins de 50 collaborateurs engagées dans le développement durable sur les deux Savoie.

Apporter du sens

Cette initiative vise à accompagner la culture du changement qui gagne peu à peu tous les secteurs. « Les entreprises de la vallée, qui sont nombreuses à travailler dans l’industrie de précision pour l’automobile ou l’aéronautique, s’emparent progressivement des enjeux écologiques, de développement durable, de RSE. Beaucoup de start-up ou de PME s’engagent dans des initiatives durables mais n’ont pas toujours les moyens de le faire savoir. En tant que média, nous devons aussi nous réinventer et faire évoluer notre business model pour rester pérennes. Face à Spotify, nous ne pouvons pas être un robinet à musique. A plus forte raison quand nous avons la capacité d’apporter du sens à ceux qui nous écoutent comme à nous partenaires », explique Caroline Chicard, devenue directrice générale du Groupe MontBlanc Médias en janvier 2020, après une première vie en agence chez Carat et Havas Media Group. Les auditeurs ont montré leur intérêt pour les sujets autour du développement durable. Certaines vidéos de la rubrique Dame Nature sur les initiatives éco-responsables de la région ont atteint 50 000 vues. « C’est énorme à notre échelle. Cela montre bien que lorsque le développement durable est en lien avec la vie des gens et présenté commune une chance ou une opportunité, il devient accessible. Sur ces sujets, il s’agît moins d’être parfait que de s’améliorer », ajoute-t-elle.

ECOnomique ou ECOlogique

Pas moins de 45 dossiers ont été reçus pendant la première phase du concours qui proposait de concourir dans six catégories. Celles consacrées à l’innovation, au Made in Local et au tourisme durable de montagne ont recueilli le plus de dossiers, les trois autres catégories (économie sociale et solidaire, aménagement durable en montagne et mobilité) étant il est vrai plus ciblées. Pour organiser son Eco-Tremplin, le Groupe MontBlanc Médias a activé son vivier d’annonceurs et partenaires (la publicité étant la seule ressource de cette station locale indépendante, ndlr). Il a fédéré six partenaires de la vallée et de la montagne, qui sont devenus autant de parrains et même d’ambassadeurs autour de chacune des catégories du concours. « Somfy, installé à 2 kilomètres de la radio, est très impliqué dans l’économie sociale et solidaire et a souhaité parrainer cette catégorie. L’industriel Bontaz, spécialisé dans les systèmes hydrauliques, a opté pour la catégorie innovation, La Compagnie du Mont Blanc, exploitant de remontées mécaniques, celle sur l’aménagement de montagne, l’hôtel Armancette de Saint-Gervais celle sur le tourisme durable et Transdev Mont Blanc Bus pour la mobilité. La Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui n’était jusqu’alors pas cliente de Radio Mont Blanc, nous a rejoints sur le Made in Local », détaille Caroline Chicard. Les incubateurs régionaux – OSV dans le domaine de l’outdoor et French Tech in the Alps – ont aussi soutenu le concours, de même que Autoroutes et Tunnel du Mont Blanc (ATMB) et BNP Paribas Epargne & Retraite Entreprises.

Grand oral

En mai, 12 finalistes ont été sélectionnés avec les partenaires. Pendant tout le mois de juin, les deux représentants d’une même catégorie viennent se défier en direct à l’antenne à l’occasion d’un grand oral qui se tient face aux membres du jury. La vidéo de cet oral est relayée sur les réseaux sociaux de la station. L’exercice permet de remettre quelques pendules à l’heure, par exemple sur l’impact d’activités outdoor que l’on imagine pratiquer en montagne dans un environnement pur. « La production et la fin de vie d’une tente de bivouac produit en CO2 l’équivalent d’un trajet de 3000 km en voiture », a par exemple expliqué Thomas Gounot, cofondateur de Campsider, qui concourt dans la catégorie tourisme durable de montagne avec sa plateforme de revente d’objets ou de vêtements de montagne. Les oraux mettent en lumière des reconversions, comme celle de Bruno Rey, fondateur de Dahuts, qui a choisi de « prospérer sans nuire » en transformant en meubles design des déchets de bois, un matériau bien connu des Savoyards. L’effet média joue à fond : après le premier grand oral sur la mobilité, un auditeur a appelé pour savoir où on pouvait acheter les vélos Oklö Cycles, entièrement assemblés à Annecy et favorisant les circuits courts, dont il venait d’entendre parler à l’antenne.

Préparer l’avenir

« Tous les candidats ont besoin de visibilité pour accélérer leur business. Les gagnants, qui seront dévoilés le 16 septembre, gagneront une campagne de publicité sur la radio, et un mécénat de compétence, chaque partenaire s’étant engagé à organiser pour le gagnant de sa catégorie au moins trois rendez-vous dans l’année », note Caroline Chicard. Pour la directrice de Radio Mont Blanc, l’Eco-Tremplin est aussi une manière de préparer l’avenir de la marque sur les deux Savoie : « 45 % des dossiers de candidature que nous avons reçus venaient de zones que nous ne couvrons pas en FM mais sur lesquelles nous serons bientôt diffusés lorsque la station sera diffusée en DAB+. C’est un moyen de nous faire connaître avec un projet qui fait sens. Quand sa marque contient l’appellation Mont Blanc, il faut avant tout la respecter ! »

Monfort Christine

À lire aussi sur le même thème

14/09/2021
JCDecaux poursuit sa révolution data

François-Xavier Pierrel, chief data officer de JCDecaux, détaille pour INfluencia la nouvelle offre Data mondiale du groupe, mêlant solutions locales et globales.…

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia