17 mai 2021

Temps de lecture : 3 min

Ouigo, Renault, Flying Blue: des pubs très « Je me souviens », très « Pérec » …

A l’heure où les restaurateurs, hôteliers, musées, salles, magasins jouent du marteau-piqueur, de la visseuse et du plumeau pour accueillir à nouveau leurs clients, la pub, elle, se met en mode souvenirs, remonte le temps, nous propose de regarder dans le rétro. Par ici la nostalgie pour ceux qui sont en mode allo maman bobo.

« Je me souviens que mon oncle avait une 11CV immatriculée 7070 RL2. Je me souviens de Lester Young au Club Saint-Germain; il portait un complet de soie …Je me souviens des Malabar achetés chez la confiseuse au coin de la rue.… » Georges Perec égrenne plus de 500 souvenirs d’une banalité sans nom… mais qui pour lui ont une importance capitale…

Comme pour nous. « Que notre passé soit heureux ou malheureux, il y a un plaisir dans l’action même de se souvenir », remarquait le psychanalyste Jacques André dans la revue Psychologies, tandis que Jean-Paul Richter, romantique allemand déclarait, « le souvenir est le seul paradis dont nous ne pouvons être chassé »… C’est sans doute ce que les publicitaires se disent à l’heure où l’on se sent à la fois heureux de redécouvrir une vie sociale et économique à peu près normale, tout en se faisant la remarque que cette période nous a aussi permis de nous mettre entre parenthèse loin de la frénésie consumériste, agitée et guerrière qui était celle du juste avant la pandémie.

Ouigo propose aux parents de fabriquer des souvenirs pour leurs enfants

Ainsi OUIGO, l’offre SNCF dont la mission est de donner à tous accès aux voyages à grande vitesse, présente son ode à nos souvenirs de vacances et aux voyages en famille, dans un film nostalgique, sur fond du tube de l’été indémodable, la Lambada, pensé par Rosapark pour SNCF et réalisé par Ugo Mangin. Tout y est, l’odeur du sable chaud, les glaces à l’eau, la tartinade de crème solaire avant chaque baignade et même les cahiers de vacances… Autant de souvenirs qui nous ramènent tous au même endroit : les vacances en famille à la mer ou les premières amours de vacances… Le message s’adresse en fait aux parents, puisqu’il leur propose à leur tout de fabriquer des souvenir que leurs enfants toute leur vie. La promesse ? Voyager dans la France entière pour 8 euros maximum. Le film monté à partir d’images capturées au caméscope dans les années 80, 90 sont iconiques et rappellent le long métrage réalisé par Anthony Marciano avec Max Boublil et Alice Isaaz, PLAY, une heure et demie de nostalgie bien vue qui nous ramène à nos propres vies. Un 3ème film de la saga OUIGO qui se met au plus proche des Français en rendant le voyage accessible pour tous. L’enjeu ? Installer le reflexe OUIGO chez la cible famille, qui a souvent tendance à privilégier la voiture pour les vacances au détriment du train… La campagne sera appuyée par plusieurs activations, dont un jeu concours invitant les internautes à partager leurs photos de vacances sur Instagram avec le hashtag #OUIGOenVacances pour tenter de gagner des bons d’achats OUIGO.

PLAY, long métragé tourné au camescope a-t-il donné des idées à Ouigo?

Renault Scénic, joue sur le passé, l’amour et la famille en remontant le temps pour combattre les SUV… ou la SNCF?

Renault Scenic aime les familles depuis 25 ans

De son côté, Renault Scénic, la voiture familiale par excellence semble répondre à Ouigo, dans son spot et nous propose de fêter le 25ème anniversaire de son modèle familial vedette et pionnier du segment des monospaces compacts, qui accompagne les familles… Une campagne mondiale et multicanale qui redonne vie au segment en abordant la vie de famille sous l’angle de l’amour, qu’il soit charnel, platonique, paternel ou maternel. « Renault Scenic aime les familles depuis 25 ans ». Réalisé par Nicolas Larsson, le spot révèle ces histoires pleine d’émotions en remontant le fil du temps, de la naissance d’un nourrisson aux premiers flirts adolescents. Encore une fois quoi de mieux pour vendre du futur que de fêter le passé… C’est plus sûr… Car en effet, les acheteurs délaissent les familiales au profit des SUV depuis quelques années…. Le film est diffusé depuis hier 17 mai sur les réseaux sociaux de la marque, Facebook, Instagram, Twitter et TikTok, ainsi que sur Youtube en trueview.

Voyage dans le temps, en soi, imaginaire pour Flying Blue…

Hier enfin, Flying Blue nous faisait cadeau d’un film de 1minute 30 intitulé Voyager, est-ce vraiment une question de distance?. Le deuxième du genre réalisé par Isobar, film qui alterne entre images de paysages grandioses et moments plus intimes, emmenant ainsi le spectateur à la découverte d’une multitude de voyages : physique, émotionnel, imaginaire… Le tout dans une lenteur calculée pour nous immerger dans le slowtime juste avant la reprise d’une vie… Normale ?

Train, voitures, avions nous proposent donc un voyage dans le temps, rassurant et figé à jamais, alors que l’heure tourne, plus qu’un jour « m’enfin » comme dirait Gaston, sur qui, le temps n’a jamais eu la moindre prise…!

Alonso Cristina

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia