27 janvier 2021

Temps de lecture : 5 min

Made.com et Emmaüs Alternatives lancent des collections circulaires uniques

MADE.com s’associe au studio de design Les Résilientes, de l’association Emmaüs Alternatives, pour lancer des collections uniques de décoration en seconde vie. Un partenariat solidaire et responsable initié et orchestré par l’agence 1987. L’opération a démarré hier et durera jusqu’au 8 février.

CLIQUER SUR PLAY POUR ECOUTER LA VERSION AUDIO :

Ce partenariat est né de la volonté de proposer des collections d’objets de décoration issus de la revalorisation des produits MADE.com, en plaçant l’humain et la solidarité au cœur du travail créatif. Débutée en janvier 2020, cette collab. se concrétise à présent par la livraison mensuelle, au studio des Résilientes, d’environ 200 kilos de meubles et décoration. Tous les produits en question sont issus du renouvellement des collections présentées dans l’espace d’exposition parisien de la marque. Les produits en bon état sont ainsi confiés aux structures sociales d’Emmaüs Alternatives en vue d’aménager certains espaces d’accueil destinés aux salariés en insertion ou sont revendus dans le réseau des boutiques de l’association. Les produits abîmés, eux, font l’objet d’une réparation par une équipe de designers et de salariés en insertion, également localisés dans le 2arrondissement de Paris, à quelques mètres du showroom de MADE.com.

Ces objets abîmés ont été retravaillés sur le principe du kintsugi, du japonais kin, qui signifie or, et tsugi, qui signifie jointure. Cette technique, découverte au XVème siècle au Japon et souvent décrite comme l’art de la résilience, consiste à réparer un objet en soulignant ses lignes de faille au lieu de chercher à les masquer. Les têtes pensantes de cette opération s’étaient fixé l’objectif de moderniser cette pratique ancestrale grâce à différentes techniques d’upcycling -broderie, tissage, découpe laser, assemblage, épilation, superposition, peinture, enduit…-, parfois jusqu’au détournement du produit initial, réinventant complètement le design des produits. Les tapis usés, initialement exposés dans le showroom, sont re-brodés, ou se transforment en miroirs muraux ou en poufs, les lampes sont également ré-interprétées et ainsi de suite.

Un front commun et solidaire

C’est le nom donné à cette première collection éthique et circulaire, mais c’est également un défi lancé à nos représentations culturelles. Beaucoup en sont déjà persuadés : la conviction que la réponse aux enjeux climatiques et sociétaux que nous connaissons doit passer par notre questionnement, collectif et individuel, et notamment sur la seconde vie accordée aux objets et la seconde chance proposée aux femmes et aux hommes dans la société. L’époque est à l’imagination de nouveaux modes de vie, en questionnant notre rapport au temps, aux autres, au beau… une remise en question culturelle qui ne peut conduire qu’à des habitudes « Encore » plus durables.

Ce partenariat témoigne donc d’ambitions communes pour MADE.com et Emmaüs Alternatives, notamment d’expérimenter de nouvelles manières de créer des ponts entre marques et associations, au-delà du simple mécénat. Cela a donné lieu à de nombreux échanges entre les salariés des deux structures et des formations croisées avec pour objectif que les femmes et les hommes qui les composent apprennent les uns des autres. Ensuite, cette opération a permis plus globalement d’explorer une nouvelle voie vers l’éco-conception et l’allongement de la durée de vie des produits, avec par exemple la mise en place d’un atelier de réparation en circuit court. Enfin, ce partenariat s’inscrivant dans la durée, d’autres objets et détournements viendront enrichir la collection au fur et à mesure pour transformer en profondeur les représentations de l’art de vivre de demain.

Pour « un design plus juste »

Pour mieux comprendre comment cette opération a vu le jour et se faire une idée du futur du design responsable, nous vous retranscrivons une discussion entre Alice Hagger, directrice de MADE.com France, et Eugénie Delariviere, designer et directrice artistique Les Résilientes. Pour toutes celles et ceux qui souhaiteraient soutenir le projet et l’association Emmaüs Alternatives Les Résilientes, une vente caritative aux enchères solidaires sera lancé du 27 janvier 2021 au 8 février 2021, au moment du lancement de l’opération.

Qu’est ce qui a inspiré cette rencontre ?

Alice : c’est d’abord une rencontre entre amis. Romain Peton de l’agence 1987 m’a proposé de prendre un café et en échangeant on a très vite réalisé que des ponts pourraient se créer avec le projet mis en place par Emmaüs Alternatives et les enjeux chez MADE.com. Une première rencontre a permis ensuite de déboucher sur ce magnifique projet que nous connaissons à présent.

Eugénie : le studio Les Résilientes d’Emmaüs Alternatives est né de l’envie de faire se rencontrer les mondes, d’abord celui du design et celui de l’insertion professionnelle, et maintenant celui de la production manuelle en petite série avec celui de plus grosses entreprises comme MADE.com.

On pourrait penser que tout vous oppose et pourtant, quels sont vos points communs ?

Alice : c’est justement le contraste qui est intéressant. Les Résilientes est un chantier d’insertion au sein de la structure associative Emmaüs Alternatives, et nous sommes une marque qui fabriquons du mobilier et de la décoration. Pour autant, nous avons tous deux une passion commune : l’amour du beau et du design. Les frontières s’effacent au profit d’une belle conversation entre passionnés. On parle in fine le même langage et ce projet est la démonstration pleine et entière que nous pouvons construire ensemble, loin des antagonismes de l’ancien monde.

Eugénie : il est vrai que sur le papier tout nous oppose, mais Les Résilientes c’est l’envie de faire se rencontrer les mondes. Il est donc important de ne pas aborder les choses par ce qui les opposent mais par les rapprochements qui peuvent être opérés. Au-delà d’être concepteurs fabricants d’objets de décoration, ce qui nous relie c’est que nous partageons avec les équipes de MADE.com l’envie d’apprendre de nos différences.

Quel avenir pour le design responsable ?

Alice : j’aimerais d’abord me dire que le mot « présent » serait/devrait être le terme employé. Quel présent maintenant pour le design responsable ? Depuis notre création il y a 10 ans, nous avons eu à cœur de faire attention à notre manière de concevoir et de produire. Nous avons, depuis le début, peu, voire pas de stocks car nous produisons en petite quantité et quasiment à la demande. Le projet des Résilientes concourt à cette démarche en interne chez nous. C’est à la fois notre première collection circulaire réalisée avec un acteur extérieur à MADE.com, mais c’est aussi pour nous l’opportunité d’éveiller les consciences, en interne et auprès de notre communauté, et de travailler ensemble à un design plus responsable pour demain.

Eugénie : quand on parle de design responsable on pense à la responsabilité des designers de produire moins, mieux, de manière plus écologique, plus éthique, un peu tout cela à la fois. Mais la responsabilité du design n’est pas seulement celle des designers, elle demande un réaccord de toutes les entités impliquées dans la création de nouveaux objets du sourcing des matériaux, à la fabrication, à la distribution, à la fin de vie… Cela demande un changement en profondeur et cela prend du temps. Je crois surtout qu’il faut avancer avec humilité, comme le dit Alice, nous n’avons pas non plus toutes les clefs, ni toutes les ambitions mais on essaie à notre échelle d’ouvrir des possibilités pour un design plus juste.

Montagut Sacha

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia