24 octobre 2021

Temps de lecture : 3 min

La transition écologique : un pari

Voici la quatorzième tendance du Baromètre Retail Insights proposée par S4M. La réglementation oblige à la transition écologique et ouvre l’ère du « conscious retail ». Pression citoyenne et réglementations obligent aujourd’hui les entreprises à atteindre des objectifs de moindre émission et de respect de l’environnement tout au long de la chaîne de valeur.

La notion de transition écologique intègre la transition énergétique et cherche à repenser nos façons de produire, de travailler et de vivre ensemble sur un territoire, pour devenir plus écologique. Cette volonté de consommer des produits responsables devrait s’intensifier chez toutes les générations confondues. Poussées par les nouvelles réglementations et les citoyens, les entreprises sont donc dans l’obligation d’accélérer leurs efforts pour décarboner leurs activités, leurs produits et leur chaîne d’approvisionnement. Tout en continuant à mettre en place des initiatives écoresponsables pour leurs produits, leurs emballages et leurs méthodes de livraison.

Sur le marché des denrées alimentaires et du textile, la Convention Citoyenne pour le climat a demandé « la création et la mise en œuvre d’un CO2-score fiable à l’horizon 2024, intégré à une note globale environnementale et de l’utiliser pour informer le consommateur sur ses modes de consommation ». L’objectif de cette mesure est donc en priorité d’informer les consommateurs de l’impact de leurs produits préférés sur l’environnement via un logo sur les étiquettes et/ou les packagings.

La mode à l’épreuve de la question environnementale

Le secteur de la mode est très impacté par la question environnementale et la transformation semble passer par la mode « régénérative » ou à impact positif… La crise pourrait aussi faire émerger d’autres modèles. Par exemple, la marque de prêt-à-porter Asphalte propose de ne produire qu’à la demande, sur la base d’un prototype, le produit fini n’arrivant que quelques mois plus tard, une fois confectionné. Une autre tendance qui s’accélère est celle du vrac et du retour de la consigne. L’aspect recyclable des emballages va devoir être de plus en plus pris en compte par les industriels avec la nécessité de trouver des solutions alternatives au plastique.

L’heure est à la lutte contre l’obsolescence programmée et au grand retour de la réparation

S’inscrire dans l’économie circulaire devient une direction et un objectif incontournables pour le retail. Une démarche progressive et positive qui touche toutes les étapes de la chaîne de valeur. Les thèmes prioritaires les plus « visibles » pour les consommateurs sont les emballages, les déchets alimentaires et le gaspillage alimentaire. Le secteur fait donc face à des chantiers pluriels : le recyclage, l’écoconception, la lutte antigaspi, la valorisation des déchets et la réparabilité.

La seconde main arrive chez les enseignes traditionnelles

L’heure est à la lutte contre l’obsolescence programmée et au grand retour de la réparation. Alors que la seconde main était jusqu’ici principalement le fait de pure players tels Ebay, Backmarket ou Leboncoin, et de chaînes spécialisées (KiloShop, EasyCash), de plus en plus d’enseignes traditionnelles ont sauté le pas (La Redoute, Aigle, Promod, Ba&sh ou encore Cdiscount). Les acteurs de la grande distribution s’engagent également, qu’il s’agisse de généralistes comme E.Leclerc, Auchan ou Système U, ou d’enseignes d’habillement (Kiabi, Gemo) et d’électroménager (Darty, Boulanger).

plus de 110 millions de téléphones dormiraient dans les placards. Une vraie aberration écologique !

Ainsi, la seconde main se révèle-t-elle l’un des éléments du new chic qui booste la notoriété des marques. Entre septembre 2019 et septembre 2020, 29% des Français ont acheté des vêtements, des chaussures ou des accessoires d’occasion, soit 10 points de plus qu’en 2018*. Le marché de seconde main du luxe explose également et les prévisions sont à la hausse.

La tendance 2021 est sans conteste liée au succès du reconditionné. Un marché en forte croissance parce que les Français cherchent de plus en plus à consommer responsable et à faire attention à leur porte-monnaie. Aujourd’hui, acheter un smartphone neuf représente un lourd budget que les Français ne souhaitent plus dépenser. D’après le baromètre réalisé par Recommerce,  plus de 110 millions de téléphones dormiraient dans les placards. Une vraie aberration écologique !

Loin d’être un phénomène de mode, cette situation est largement due à deux facteurs, dont le prix en premier lieu pour 72% des sondés. En effet, le reconditionnement permet d’acquérir un produit comme neuf pour 30% à 50% moins cher. Second facteur de séduction : l’aspect écoresponsable, pour 72,7% des Français.

*D’après Kantar.

Pour consulter la treizième tendance S4M sur « Raison d’être et engagement : un nouveau défi pour l’entreprise » , c’est ici ! Et pour précommander le baromètre Retail Insights de S4M, , cliquez ici !

Sandrine Préfaut
Directrice Générale de S4M

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia