23 septembre 2021

Temps de lecture : 3 min

Greta Thunberg fait sa rentrée médiatique avec Fred et Farid L.A

À l’occasion de l’anniversaire de la Global Climate Strike, l’une des dates les plus emblématiques de la lutte contre le changement climatique, et l’organisation d’une grande marche vendredi prochain, l’ONG de Greta Thunberg, Fridays For Future, dévoile un spot qui illustre métaphoriquement notre déni de la crise climatique.

Après une édition entièrement numérisée l’année dernière, l’Assemblée générale de l’ONU, et son cortège de délégations présidentielles, ont posé physiquement leurs valises à New York le 21 septembre dernier. Pas moins de 193 pays sont invités à s’exprimer à la tribune pendant une semaine. Un grand débat qui reste « l’occasion pour les représentants des États d’exprimer leur position à l’égard des grandes affaires du monde, mais aussi à l’égard du fonctionnement des institutions multilatérales. C’est un moment important pour saisir l’air du temps, les évolutions du moment », expliquait Guillaume Devin, auteur de L’Assemblée générale des Nations unies. Autant dire que ces derniers mois n’ont pas été pauvres en matière de « grandes affaires du monde ». Entre l’invasion de l’Afghanistan, le coup d’État en Birmanie début février ou la lutte contre le covid-19 qui n’en finit plus dans certains pays, les discours de Joe Biden, Jair Bolsanaro et consorts sont très attendus.

Pour les rappeler à leurs engagements passés et les enjoindre à davantage d’actions communes à quelques semaines de la COP26, le mouvement Fridays for Future met l’accent sur le dérèglement climatique et annonce un grand retour ce vendredi 24 septembre des marches climatiques. Ces manifestations mondialisées, débutées en 2019, avaient dû s’interrompre à cause des différentes politiques sanitaires mises en place aux quatre coins du monde. Greta Thunberg, l’illustre fondatrice du mouvement, devrait participer à celle organisée en Allemagne. Interrogée à propos de ce week-end, la Suédoise concédait que nous avions connu une année et demi « très étrange mais que la crise climatique n’avait pas disparu pour autant, bien au contraire. La situation n’a jamais paru aussi urgente qu’aujourd’hui. Nous retournerons donc dans les rues, même si le mouvement n’aura peut être plus la même résonance. Dans certains pays nous serons nombreux, dans d’autres pays comme la Suède, nous nous contenterons d’actions symboliques à moindre échelle. Mais nous arpenterons tout de même le pavé pour montrer que nous n’avons pas disparu ».

 

Marquer l’imaginaire collectif

Afin d’occuper également le terrain médiatique, Fridays for Future a dévoilé récemment son spot publicitaire intitulé The Denial. Pour son élaboration, l’ONG créée en 2008 par Greta Thunberg s’est associée une quatrième fois à l’agence Fred et Farid Los Angeles. Loin des conventions du genre, et en se rapprochant — étrangement — plus des imageries du luxe ou de la cosmétique — on n’est vraiment pas loin d’une pub Terre d’Hermès — le film illustre notre déni de la crise climatique en donnant corps à une métaphore bien connue : aller droit dans le mur. Sa mission, identique à celle de Fridays for Future, est donc d’attirer l’attention du public sur les données scientifiques et de demander aux instances au pouvoir de prendre cette situation au sérieux et d’agir en conséquence. L’esthétique, très minimaliste, sur une toile de fond désertique, très désaturée, renforce l’impression d’une mise en scène inspirée par le Dune de Denis Villeneuve. Ou peut être que ces choix ne sont le fruit que d’un grand concours de circonstance. L’un dans l’autre… allez voir ce film, merci.

 

 

La bonne nouvelle, comme l’affirme Katharina Maier, responsable de la publicité chez Fridays For Future, est que « les scientifiques pensent que limiter le réchauffement est absolument possible techniquement. Grâce aux technologies des énergies renouvelables, à l’évolution de l’agriculture et des transports, et à d’autres changements importants, nous pouvons limiter le réchauffement et éviter des conséquences encore plus graves. Cependant, en parallèle nous ne changeons pas notre façon de vivre, notre façon de consommer, notre façon de voyager, ni notre façon de produire de l’énergie… Nous fonçons littéralement et collectivement droit dans un mur. Nous voulions jouer sur cette contradiction en mettant en avant  l’urgence d’agir pour sauver notre planète ».

Un retour aux affaires

Après plusieurs mois marqués par un silence justifié en raison du contexte sanitaire, Greta Thunberg assure définitivement sa rentrée médiatique. À l’occasion de la deuxième édition du Porquerolles film festival qui s’est tenue du 23 au 28 août dernier, le jury décidait de récompenser un documentaire réalisé par Nathan Grossman entièrement dédié à la jeune activiste. I Am Greta retrace un bout de la vie de la militante suédoise qui, du jour au lendemain, en 2018, a décidé de faire une grève de l’école et de manifester contre l’inaction politique face à la crise climatique. La jeune activiste est bientôt rejointe par des milliers d’autres étudiant.es. Le documentaire sortira en salle le 29 septembre prochain.

 

 

En résumé

Fridays for Future, l’ONG de Greta Thunberg, dévoile un spot publicitaire stylisé, censé nous rappeler les dangers du déni climatique.

Sacha Montagut

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia