AccueilETUDESROSAPARK/OPINION WAY: LES PETITS COMMERçANTS SOUTENUS PAR 65% DES FRANçAIS

Rosapark/Opinion Way: Les petits commerçants soutenus par 65% des Français


Publié le 08/12/2020

Image actu

 

 

Un sondage d’Opinion Way pour Rosapark confirme une nette évolution de l’attitude des consommateurs. Mais encore faut-il passer de la parole aux actes…

 

C’est un sentiment confus qui n’était encore étayé par aucune étude chiffrée sérieuse. La crise sanitaire et les confinements imposés par le gouvernement ont mis à genou des milliers de petits commerçants. « Quel que soit le niveau des aides gouvernementales, il y aura beaucoup de faillites et notamment parmi les 33.000 entreprises du secteur du commerce qui font l’essentiel de leur activité entre le 1er novembre et le 15 décembre », prédit le patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux . Pour venir en aide à leurs magasins de quartier, de nombreux consommateurs ont promis de bouder le Black Friday, le grand rendez-vous annuel durant lequel les vendeurs en ligne cassent leurs prix (). Le mouvement anti-Amazon prend de l’ampleur de semaine en semaine .

 

 

 Des réponses sans équivoque

 

« Il n’y a pas un journal télévisé à 13 heures ou à 20 heures sans que trois ou quatre commerçants soient interrogés sur la crise actuelle mais il n’y avait aucune donnée précise qui permettait de quantifier l’empathie des consommateurs face au drame économique vécu par les petits commerçants, explique Sacha Lacroix, le directeur général de Rosapark. Nous avons donc demandé à Opinion Way d’interroger un échantillon représentatif de 1000 personnes afin d’avoir une idée de ce phénomène. »

 

 

Noël à proximité

 

Les chiffres publiés sont sans équivoque. 59% des citoyens interrogés pensent changer leurs habitudes de consommation en privilégiant les commerces de proximité plutôt que la grande distribution à l’occasion de Noël, et ce même si les prix seront plus chers. Les femmes (à 63%) et les plus de 65 ans (à 62%) semblent les plus décidés à modifier leurs anciennes habitudes. Pour près de la moitié des sondés (47%), privilégier les commerces de proximité face à la grande distribution revient à bénéficier d’un contact direct et humain avec le commerçant. Beaucoup (26%) trouvent également qu’une boutique de quartier leur offre davantage de convivialité avec les autres consommateurs. Une nette majorité des particuliers (62%) estiment que faire ses achats dans un commerce de proximité permet de soutenir l’économie locale. Cette dimension financière est devenue un véritable souci pour de très nombreux Français.

 

 

 Le second confinement ne ressemble pas au premier

 

« Notre vécu entre les deux confinements a nettement évolué, constate Sacha Lacroix. Au printemps, nous avions l’impression de vivre un drame sanitaire et nous avions peur de tomber malade. Ces dernières semaines, c’est surtout la question économique et notamment l’impact des fermetures imposées aux commerçants dits non essentiels qui étaient au cœur de toutes les discussions. Les femmes et les personnes âgés de plus de 50 ans sont particulièrement sensibles à ces questions. »

 

 

Défiance à l'égard des géants pour 65% des Français

 

L’étude réalisée par Opinion Way montre également la défiance de consommateurs envers les géants de la grande distribution. Pour 65% des Français, les chaînes d’hypermarchés et les spécialistes de l’e-commerce n’ont pas suffisamment aidé les petits commerçants durant la crise sanitaire. A cette même question, ce sont les femmes (à 67%) et les plus de 50 ans (à 70%) qui adressent le plus haut niveau de déception quant à cette attente. Cette défiance doit être considérée comme une opportunité par Carrefour, Leclerc, Casino ou Magasins U. « Beaucoup de grands groupes ont proposé sur leurs sites des produits mis en vente par des petits commerçants, observe le directeur général de Rosapark. Pour que leur image ne se dégrade pas plus, ils devraient continuer de leur venir en aide même lorsque la pandémie aura pris fin. »

 

 

Pour Noël, iront-ils pour autant chez leurs petits commerçants?

 

La grande inconnue concerne l’attitude des consommateurs durant cette période des fêtes. « Il est difficile de savoir si les Français vont réellement aller chez leurs petits commerçants pour acheter leurs cadeaux de Noël, reconnaît Sacha Lacroix. Mais on perçoit des micro-signes qui semblent montrer une certaine évolution des mentalités. » Passer de la parole aux actes n’est pas toujours simple…

Commentez


Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR






INCLUSION
MARQUEURS by SUP DE PUB
INCLUSION