AccueilETUDESCOMPARATEUR IDEALO : BIO ET SOLIDE SONT LES TENDANCES LOURDES DE L'HYGIèNE BEAUTé

Comparateur Idealo : bio et solide sont les tendances lourdes de l'hygiène beauté


Publié le 21/07/2021

Image actu

 

 

Une étude du comparateur de prix Idealo prouve à quel point les attentes des consommateurs dans le secteur de la beauté ont été bouleversées durant la crise sanitaire.

 

Prendre soin de soi plutôt que de paraître… La pandémie a profondément bouleversé le marché mondial des cosmétiques. Une toute nouvelle étude d’Idealo confirme cette tendance.Cet été, les  Français veulent se protéger. Parmi les dix produits les plus recherchés sur le comparateur de prix du groupe allemand Axel Springer entre le 1er avril et le 30 juin 2021, cinq ont un lien direct avec le soleil. Crème et lait solaire, crème et soin après-soleil pour le corps ou les cheveux, accélérateur de bronzage… Le cancer de la peau inquiète à juste raison les estivaliers. Mais si les crèmes, les sprays ou l'huile pour le corps, restent des incontournables des beaux jours, le principal enseignement de cette étude est que le second produit le plus recherché sur Idealo à l’approche des grandes vacances est le… shampoing solide.

 

 

 

 

Lamazuna, vous connaissez ?

 

L’article le plus demandé sur le premier comparateur de prix européen est le shampoing solide pour cheveux secs à l’orange de Lamazuna. Cette marque française spécialisée dans les cosmétiques solides et durables source l’intégralité de ses ingrédients à moins de 800 kms de ses bureaux situés à Marches dans la Drôme. Les références de cette minuscule start-up sont aujourd’hui plus convoitées que celles des géants du secteur. Dans le classement des dix produits les plus recherchés sur Idealo qui compare plus de 170 millions d’offres proposées par 14.000 marchands figurent quelques grands noms de ce marché comme Clarins, Caudalie, Bioderma, Avène, La Roche Posay, Weleda ou Biotherm. « Si les grandes marques restent celles qui sont le plus recherchées sur notre comparateur, certains labels récents commencent à être de plus en plus populaires, analyse Anna Perret-Silberberg, Responsable RP chez Idealo. Les demandes concernant Lamazuna ont augmenté de 1500% depuis 2018. Celles sur Benecos qui proposent des cosmétiques naturels à petits prix ont bondi de 40% en un an. Les requêtes centrées les Laboratoires Biarritz qui vend des soins dermo-cosmétiques bio fabriqués en France sont aussi en forte hausse. »

 

 

 Les gagnants et les perdants

 

La pandémie a profondément bouleversé les marques de cosmétiques. Après plusieurs années de croissance continue, les ventes enregistrées dans ce secteur ont reculé de 8% l’année dernière pour atteindre 200 milliards d’euros. Les confinements ont eu un impact direct sur les achats des consommateurs. Coincés à leur domicile, ils ont privilégié les soins de la peau qui représentaient l’an dernier 42% du marché de la beauté ainsi que les produits capillaires (22%) aux dépens du maquillage (16%) et des parfums (10%) qui pesaient autant que les produits d’hygiène (10%). La dermocosmétique est le seul marché qui a progressé en 2020 (+2%).

 

 

 

 

Les ventes en ligne ont explosé

 

La fermeture imposée des points de vente physiques a boosté l’e-commerce qui représentait 22% du marché de la beauté l’année dernière contre 14% douze mois plus tôt. Lors du premier confinement, plus de 1,2 million de foyers supplémentaires ont achetés des produits de soin et de beauté sur la Toile, dont près de 500.000 retraités. Les acheteurs font également de plus en plus attention à la durabilité des articles qu’ils achètent. Selon une enquête menée par Influenster, 68% des consommateurs regardent en rayon les ingrédients de leurs produits de beauté et de soin de la peau et 43% privilégient des soins du visage, des maquillages et des soins capillaires « propres ». Les trois quarts des personnes interrogées dans cette étude souhaitent que les fabricants fournissent plus de détails sur les ingrédients de leurs produits et sur leurs avantages.

 

 

 Nouvelles normes

 

Ces évolutions qui ont commencé à apparaître, pour certaines, avant l’arrivée de la pandémie sont devenues de véritables normes à suivre pour les marques en quelques mois à peine. « La crise sanitaire a été un accélérateur de tendances », résume un rapport publié par l’institut d’études Kantar. L’an dernier, les achats de produits BIO et naturels (+4,5 pts de part de marché volume vs 2016) et de références « faites à la maison » (10,8% déclarent fabriquer eux-mêmes leurs produits d’hygiène-beauté d’après LinkQ) ont littéralement explosé. L’étude d’Idealo ne dit rien d’autre. « Quand on vend de grands groupes comme Garnier qui commercialisent désormais des shampoings solides, on comprend que les nouvelles tendances qui sont apparues ces derniers mois sont là pour durer », estime Anna Perret-Silberberg. Si 90% du marché mondial des cosmétiques est aujourd’hui encore contrôlé par 50 groupes, de plus en plus de nouvelles marques comme Lamazuna parviennent aujourd’hui à grappiller des parts de marché aux géants de ce secteur. Ces jeunes pousses, appelées Indies sont en ordre de marche.

Commentez


Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR