AccueilMEDIAAVEC DR GOOD, WEBEDIA ACCéLèRE SUR LA PRéVENTION SANTé ET L’éCONOMIE POSITIVE

Avec Dr Good, Webedia accélère sur la prévention santé et l’économie positive


Publié le 07/07/2020

Image actu

 

 

Franck Cymès et Antoine Meunier expliquent les enjeux du renforcement de Webedia spécaliste de contenus sur le web, dans les contenus à portée sociétale et dans la promotion de l’économie positive. Ils vont irriguer ces différentes verticales, notamment la santé avec Dr Good et la cuisine.

 

Aider les Français à vivre en meilleure santé et plus longtemps ! Voilà l’ambition défendue depuis 2012 par la marque Dr Good, créée par Michel et Franck Cymès et passée sous pavillon Webedia en juin 2019. Pour permettre à ses publics (31 millions de visiteurs uniques mensuels sur l’ensemble des propositions du groupe) de vivre mieux dans le monde de demain, Webedia va donner un nouvel élan à la marque Dr Good, dotée d’une chaîne YouTube à partir de la rentrée. « En septembre, une émission Dr Good L’Hebdo permettra de réagir à chaud sur différents sujets sur la santé, le bien-être et la prévention positive. Pour personnaliser les messages, elle s’appuiera sur des incarnants légitimes dans leur domaine et qui ont eux-mêmes une communauté sur les réseaux sociaux », précise Franck Cymès. Deux premiers numéros ont été lancés sur les thèmes du sommeil et de l’activité physique. Menée par le très médiatique Michel Cymès, la « team Dr Good» est en cours de constitution. La bande, qui apporte une expertise abordable et déculpabilisante, s’appuie déjà sur Marine Lorphelin, ancienne Miss France devenue influenceuse et interne en médecine, la vétérinaire Hélène Gateau, l’ancienne sportive et animatrice télé Nathalie Simon, le kiné Major Mouvement...

 

 

Un virage audiovisuel

 

« Pour capter un nouveau public, nous réfléchissons à plusieurs formats sur différentes thématiques, qui seront portés par la team. La marque prend un virage audiovisuel mais elle s’appuie déjà sur une communauté digitale dynamique, qui a d’ailleurs augmenté avec la crise sanitaire. La newsletter compte aujourd’hui 150 000 abonnés avec un taux d’ouverture de plus de 25 % et les podcasts Conseil(s) de famille et Aux petits soins, présentés par Michel Cymès atteignent 15 000 écoutes par mois », poursuit Antoine Meunier, DGA marketing et études chez Webedia. Sur le papier, la marque Dr Good, exploitée sous licence par Reworld Media, reste le meilleur lancement presse des dix dernières années. Au-delà du bimestriel lancé en 2017 (210 159 ex. de diffusion France payée en 2019), l’écosystème s’est progressivement enrichi des trimestriels Dr Good C’est bon (125 183 ex.), Dr Good Kids (septembre 2019) et Dr Good Véto (en juin 2020). Côté produits dérivés, une collection de livres va paraître à partir de novembre 2020 à la faveur d’un accord conclu avec Editis.

 

 

Un axe de développement autour de l’économie positive

 

La dynamique surfe sur la demande des marques pour de nouveaux axes de communication en matière de RSE. « En s’associant à Dr Good, les marques peuvent illustrer leur promesse et légitimer leurs prises de parole sociétales et responsables », affirme Franck Cymès. À condition de s’inscrire dans la philosophie de la marque : la régie, qui s’interdit de diffuser toute publicité issue des laboratoires pharmaceutiques, privilégie les messages à portée sociétale ou environnementale, plutôt sous forme de parrainage, d’opérations spéciales ou de partenariat au long cours. Un « Collectif des Engagés Dr Good » vient d’être lancé pour développer des actions de prévention autour de ces valeurs et construire des prises de parole. Après un premier accord avec Essity (Lotus, Nana, Demak’up…), Webedia souhaite trouver 5 à 7 partenaires engagés autour de l’économie positive ou responsable, par exemple dans le domaine du sport, de l’hôtellerie, de la distribution alimentaire…

 

 

Activités sociétales au programme

 

« Le virage autour de l’économie positive ne se limitera pas à Dr Good et irriguera toutes nos activités. Des nouveautés seront lancées à la rentrée autour de la notion de transition alimentaire dans notre verticale food. Elle s’illustre aussi sur des activités sociétales, par exemple avec Parent épuisé, qui est dans une vraie logique d’accompagnement décomplexé de la parentalité », note Antoine Meunier. À suivre.

 

 


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR