AccueilETUDESCOVID-19 : DIS-MOI CE QUE TU GOOGLES, JE TE DIRAI COMMENT VA LE MONDE

Covid-19 : Dis-moi ce que tu Googles, je te dirai comment va le monde


Publié le 15/04/2020

Image actu

La France vient d'entrer en récession. Face au Covid-19, les comportements citoyens, consommateurs, politiques et entrepreneuriaux s’adaptent et influencent directement l’économie. Puisque nos recherches Google et nos usages en disent beaucoup sur nous comme sur le monde, SEMrush dévoile un compte-rendu mondial sur les secteurs les plus impactés par les nouveaux comportements en ligne.  

 

Dire que l’économie mondiale subit quelques tourments serait un euphémisme de bienséance clairement impolitique. La vérité, c’est que les estimations, enquêtes et études ne laissent présager que des mirages. D'après la banque de France, le PIB s'est effondré d'environ 6 % au premier trimestre 2020. Un tiers de la population mondiale est passé en confinement.

 

Pour le spécialiste du marketing web et du référencement SEO SEMrush, l’enjeu de cette crise est lourd d’impacts sur le digital. Comme nombreuses études décryptées par INfluencia au fil des quatre dernières semaines ont pu le montrer, les usages du digital se sont renforcés. Qui dit confinement dit télétravail, Netflix et Zoom, un transfert  des habitudes de lien social et d’activités est passé du réel à l’écran en un rien de temps. Pour les entreprises, qu'est-ce que cela implique ? Par ici les enseignements.  

 

 

Bonnes nouvelles d’abord 

 

L’heure de gloire des pro-télétravail ! Les plateformes de travail à distance connaissent évidemment un essor fulgurant. Si l’idée du télétravail avait déjà conquis le coeur de la majorité des populations, venant jusqu’à y trouver sa propre souplesse juridique dans le code du travail comme en France, le confinement le fait passer à son apogée. Niveau mondial, Le volume de recherche pour Zoom a grimpé de 22% de janvier à février et de 108% de février à mars. La plateforme de call prend +10 millions de visites sur le site web dès février. Une augmentation ahurissante de 50%, dans un contexte où les marchés boursiers se sont effondrés de plus de 30%. En France, Sparkup, une plateforme de conférence digitale en temps réel connaît depuis l’arrivée du Covid-19 une multiplication x10 de son activité.

 

Côté divertissement, la liste non exhaustive des offres proposées par tous les acteurs de l’audiovisuel comme des médias donne le tournis. Les chiffres SEMrush montrent que certains des plus gros services de streaming ont connu une croissance sans précédent dans les recherches durant le mois de mars : 12,7% en moyenne. Avec 18%, Netflix connaît une augmentation un rien moins importante. Parmi les services disponibles, la croissance est majoritairement portée par Disney+ (+43,5% de recherches de février à mars) qui occupe les bambins, et ça sauve ! Suivi pas … Kanopy (+42,4%). En revanche, Apple TV est en baisse de 15%…

 

Autre occupation pour les confinés, le sport. Yoga en FaceTime et Home-fitness, les programmes se multiplient.  Les recherches en ligne en matière de yoga connaissent ainsi une croissance de 66% en mars, tout comme les volumes de recherche pour les cordes à sauter et les haltères (+70%). 

 

Et puisqu’après l’effort le réconfort, les recherches pour les livraisons de repas type Deliveroo ou UberEats ont augmenté de 80% en moyenne dans le monde entier en mars ! D’une manière générale, les recherches pour les livraisons ont augmenté de 80% en moyenne. Consommer coûte que coûte, Amazon Fresh et Instacart ont connu les plus grosses augmentations, avec + 200% de recherches.

 

 

 

 

Chute libre pour le tourisme et l'événementiel 

 

Evidemment, ce n’est pas la fête pour tout le monde. Une économie qui s’effondre, c’est aussi et surtout des secteurs économiques sans dessus-dessous. Les compagnies aériennes les plus durement touchées en termes de volumes de recherches sur le web sont Bangkok Airways (-33%), China Eastern (-33%), et China Southern (-45%).  Néanmoins, le volume des recherches est en augmentation moyenne de 16,5% en mars. Preuve d'un rebond ? Pas sûr, puisque des millions de personnes ont passé des heures sur les sites et les lignes d'assistance des compagnies pour modifier leurs projets de voyage.

 

Un autre secteur sinistré : l'événementiel grand public. Conférences, festivals de musique, marathons, et les plus gros événements sportifs sont évidemment annulés, reportés, et suscitent la décéption. Sur Twitter, ils constituent les sujets principaux de débats et de discussions. 



 

 

 

Enfin, sans surprise, le tourisme en prend un sacré coup et  les recherches web en matière d'hôtels sont en chute libre ce trimestre (-4% en février puis -15% en mars). Les plus touchées sont Raffles Luxury Hotels (-33%), Choice Hotels (-19%), ainsi que Hotel Belmont, Aman Resorts, Ritz Carlton, et Disney Resort Hotels (-18.5% pour chacune de ces chaînes). 

 

Globalement, nous sommes tous touchés. Privé, public, entreprises comme citoyens, la crise est dite économique à longueur de journée mais n’oublions pas que l’humain est en son coeur. Si certains secteurs, par leur nature se trouvent plus chanceux que d’autres dans ce malheur, l’évolution des usages, comportements, et celui du virus surtout, définiront la marche à suivre pour la survie de chacun. 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR