AccueilETUDESCONVERSATIONS CONFINéES : QUELS éCHANGES SUR LES RS ?

Conversations confinées : quels échanges sur les RS ?


Publié le 21/04/2020

Image actu

En plein boom conversationnel Loopsider nous dresse un panorama des grandes tendances conversationnelles observées : qui parle, qui réagit, quelles mesures suscitent l’interêt, quelle confiance et quelles craintes, quelle solidarité et quels engagements ? Ici les conclusions.

 

 

Depuis l’arrivée du Covid-19 en territoire français, Loopsider -sorte de Brut. proposant des pastilles vidéos courtes sur des sujets d’actualité- s’est vue diffuser pas moins de 54 vidéos relatives à la crise actuelle. Au total, plus de 26 millions de vues, 600 000 interactions et 450 000 partages. Qui dit crise planétaire et confinement dit boulimie digitale, les médias ont le vent en poupe. Comme la plupart de ses confrères tous supports confondus, le pure player voit ses chiffres gonfler en continu et comptabilise + 82 % de vues et + 78 % d'engagements. Média pure-player qui raconte et décrypte en images les actualités qui connectent les communautés digitales, Loopsider dévoile ce jour un compte rendu d’enquête sur l’activité conversationnelle des Français confinés. Un moyen de mieux comprendre les enjeux sociaux et d’anticiper les mesures à prendre pour et par les entreprises.

 

 

Solidarité, par et pour qui ? 

 

Si la crise sanitaire et économique actuelle met littéralement le monde sur pause, il semblerait que la solidarité, elle, vive ses beaux jours. Dans l’ambiance findumondesque et l’angoisse collective qui sévit depuis plus de six semaines en France, les initiatives solidaires se multiplient. Comme les réseaux sociaux en témoignent, un élan de soutien physique, moral et financier se met en place au fil des semaines. Destiné en premier lieu au personnel médical (40 % du soutien apporté sur les RS) s’en suivant d’autres professions en première ligne : routier.es, caissier.es, éboueur.ses, livreur.ses, etc.

 

Au delà des métiers fortement exposés, les personnes âgées et populations précaires suscitent également solidarité via dons, actions concrètes et soutien moral, toutefois plus faible (3% environs des réactions). Mais puisque le digital et son aspect conversationnel n’amène pas que du bon, on notera une vague d’asiaphobie désastreuse sévissant sur les plateformes depuis début février. Face à ces propos racistes, une vague de soutien se met en place, par du contenu éditorial qualitatif, des prises de paroles politiques, et des contenus solidaires sur les réseaux sociaux (5%).

 

 

Côté politique, bons et mauvais élèves 

 

Emmanuel Macron et Didier Raoult sont sans conteste les personnalités les plus citées sur les réseaux sociaux. Le Président de la République ainsi que son gouvernement concentrent 85 % des critiques observées sur les réseaux sociaux envers les personnalités et les corps constitués. Parmi elles, près de 15 % s’adressent directement à Emmanuel Macron pour sa gestion de la crise (à noter que nombre de ces critiques dépassent le cadre de la crise sanitaire). Quant à Agnès Buzyn, elle cristallise elle aussi de nombreuses critiques, notamment après ses déclarations dans la presse au lendemain du 1er tour des Municipales.

 

Suite à son annonce du 23 mars indiquant qu’il traiterait tous les patients atteints du Covid-19 avec l’hydroxychloroquine, le Professeur Raoult a suscité de nombreuses réactions. Parmi les personnalités les plus citées, il fait exception en recueillant plus de 78 % des messages de soutien publiés sur les réseaux sociaux. Olivier Véran, successeur d’Agnès Buzyn au ministère de la Santé, reçoit lui aussi plus de messages de positifs que de critiques en rassemblant 9 % des messages de soutien. Enfin 1 message sur 100 salue l’action de Roselyne Bachelot lors de la crise H1N1 en 2009. 

 

 

Sensibilisation et mesures concrètes au rendez-vous

 

Les commentaires relatifs à la prévention sont majoritairement axés sur l’épidémie et sa nature. Au sein de cette catégorie, près de trois quarts (68,1 %) des réactions portent sur le Covid-19. Quasiment 1 commentaire sur 5 (18,8 %) fait référence à la nature des symptômes, ce qui peut s’expliquer par le fait que peu d’informations claires circulaient à ce sujet. Si nous excluons les commentaires généraux sur la nature du virus, certains socionautes comparent en début d’épidémie le Covid-19 à d’autres virus grippaux, dans ce contexte, ils se rapportent à des éléments liés à la létalité et au nombre de victimes.

 

Parmi les réactions prises pour endiguer la progression du virus, les gestes barrières concentrent 65 % des commentaires. Les mesures de confinement et leur respect ou non représentent près d’1 commentaire sur 5 (23 %). Le thème de la chloroquine (7 %), ne s’est lui imposé dans les conversations qu’à partir de la dernière semaine du mois de mars.

 

 

Chine en haut de l’affiche 

 

Sur les réseaux sociaux, le volume des échanges à propos du Coronavirus a fortement augmenté suite aux allocutions de Macron les 12 et 14 mars. Après la première allocution, près d’1 message sur 5 (20 %) portaient sur la situation à l’étranger. La Chine occupe une large majorité des discussions, et ce, y compris depuis l'aggravation en Europe. Ces commentaires mentionnent majoritairement la situation en Chine et à Wuhan (66 %) et en Italie (14 %), notamment depuis le début du confinement en Lombardie le 8 mars. On retrouve ensuite les États-Unis via les prises de position de Donald Trump, qui génèrent 7 % des commentaires, pour la plupart à tonalité négative. Il est à noter que le volume de commentaires sur la situation à l’étranger n’a pas chuté depuis le début de la crise en janvier.

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI

Abonnez-vous à la revue

RECHERCHER PAR