29 septembre 2021

Temps de lecture : 2 min

Comment Coca-Cola espère aguicher les gamers !

Pour relancer ses ventes en baisse depuis plusieurs années, le groupe américain joue une nouvelle fois la carte des bons sentiments avec un film axé sur l’e-sport…

La ficelle est grosse, très grosse. Voilà des années pour ne pas dire des décennies que Coca-Cola axe ses campagnes de communication et de marketing autour des bons sentiments. Le dodu père Noël à la barbe blanche qui vient livrer les petits assoiffés avec des poids-lourds illuminés comme un sapin près de la cheminée

des ours polaires en image de synthèse qui font des figures libres sur la glace pour ne pas renverser une goutte du précieux breuvage commercialisé pour la première fois en 1886 dans une pharmacie d’Atlanta , des distributeurs de canettes comparés à des… « fabriques du bonheur » … La stratégie de la marque américaine n’a pas beaucoup évolué au fil du temps. Sa nouvelle campagne, dévoilée hier, est censée représenter, selon Selman Careaga, le président de Global Coca-Cola Trademark, la toute « nouvelle philosophie » du groupe. Son slogan « Il suffit d’un Coca-Cola pour nous rapprocher » vise, selon cet ancien consultant au cabinet Booz Allen Hamilton , à « rapprocher le réel et le virtuel ». Rien que ça…

 

Cucul la praline

Son tout nouveau film publicitaire à gros budget, qui va être diffusé à partir du 3 octobre à la télévision, nous plongera dans l’univers fantastique du gaming. Lors d’une compétition d’e-sport à laquelle assiste un public en feu, une joueuse perd un combat d’orques . Après avoir bu une gorgée de la boisson que vous n’aurez aucun mal à deviner, le « monstre » se réveille et fait copain avec ses ennemis avant de regarder le ciel bleu et de saluer d’un hochement de tête la compétitrice. That’s it!. En regardant ces images, une expression vient vite en tête : cucul la praline … Le géant basé en Géorgie pense visiblement que les meilleures soupes se font toujours dans les vieux pots mais ses dirigeants ne devraient-ils pas tenter de changer de casseroles pour repartir de l’avant ?

L’an dernier, les revenus du groupe ont en effet  tout juste atteint 33 milliards de dollars alors qu’ils dépassaient encore la barre des 48 milliards de dollars en 2012 . L’idée de séduire les gamers qui passent leur temps à manger des pizzas en buvant des boissons gazeuses devant leur écran d’ordinateur n’est pas dénuée de bon sens mais ce film n’aurait-il pas dû suivre un scénario un peu plus malin pour faire mouche ?

Twitch à la rescousse

Pour sa dernière production, Coca-Cola a mis les petits plats dans les grands en faisant appel au DJ Alan Walker dont le titre « Faded » a été visionné plus de 3,1… milliards de fois sur YouTube . « Moi qui vient de ce monde, je m’aperçois à quel point le gaming est de plus en plus accepté au fil du temps », explique ce compositeur et producteur britannico-norvégien. Le groupe américain s’est également associé pour cette opération avec la plateforme Twitch qui est utilisée chaque jour par 30 millions de gamers. « J’espère que cette campagne va permettre de démystifier le gaming et les gamers », résume Sarah Iooss, la directrice des ventes sur le continent américain de Twitch. Cet objectif pourrait être atteint mais d’ici à dire que ce film relancera les ventes de Coca-Cola dans le monde…

La multinationale continue en effet de faire la sourde oreille à ses détracteurs qui se battent contre la malbouffe et l’obésité infantile. Sa publicité imaginée par l’agence BETC et son « hug logo » où la marque en arrondi semble faire un câlin à la canette ne devraient pas calmer les personnes qui montrent du doigt les 7 morceaux de sucre contenus dans chacune de ses canettes. Pas sûr dans ce climat, qu’un Coca parvienne réellement à nous rapprocher les uns des autres…

Frédéric Thérin

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia