8 septembre 2015

Temps de lecture : 2 min

Un Barrack Obama peut en cacher un autre

Eh toi, à la tête de démocratie occidentale ou des Nations Unies, #AnswerBarrack. Le sort du personnel des ONG est en jeu. Action Contre la Faim et TBWAParis lancent une alerte auprès des grosses huiles de ce monde.

Eh toi, à la tête de démocratie occidentale ou des Nations Unies, #AnswerBarrack. Le sort du personnel des ONG est en jeu. Action Contre la Faim et TBWAParis lancent une alerte auprès des grosses huiles de ce monde.

Les réfugiés, les migrants, les déplacés… à cause des guerres, des famines, des dictatures… Ils en font couler de l’encre et ils en suscitent des paroles empruntes de bons sentiments, de raisonnement raisonné, de démagogie, d’ignominie, de poujadisme, d’élan éphémère… sans que rien de plus et surtout de fondamental ne se passe pour permettre à ces malheureux TERRIENS d’être sauvés voire de pouvoir rester dans leur pays sinon florissant et en paix au moins sécurisé. Et puis il y a aussi tous ces hommes et femmes de terrain qui osent, qui y sont : les humanitaires dans l’action, loin de toutes ces agitations stériles ou mi figue-mi raisin, qui ont une vraie connaissance des situations, qui ont une expertise pro qu’ils mettent au service de leur prochain.

Interpeller pour du concret : créer un poste de rapporteur spécial aux Nations Unies

Mais ces 15 dernières années plus de 3000 d’entre eux ont été kidnappés, blessés, tués alors qu’ils exerçaient simplement leur métier dans des pays et auprès de populations où leur présence est vitale. Des attaques en nette augmentation (3 fois plus qu’il y a 10 ans) qui remettent en cause leur présence. Action contre la Faim, victime de ces violences lance donc une alerte sur l’urgence de protéger ce personnel humanitaire et réclame du concret. Avec la création d’un poste de rapporteur spécial aux Nations Unies. Un principe de solidarité mérité car cette ONG et ses homologues sont non seulement l’espoir mais aussi un relais et une source de connaissances locales pour envisager des solutions aux racines. Il nous concerne tous mais seules quelques personnes de par leur fonction peuvent agir. ACF avec son agence TBWAParis interpellent donc aujourd’hui sur Twitter par un message personnel via une vidéo 6 grosses huiles aux commandes du monde occidental : François Hollande, Barack Obama, Angela Merkel, David Cameron, Ban Ki-Moon -Secrétaire Général des Nations Unies et Zeid Ra’ad Al Hussein -Haut Commissaire aux Droits de l’Homme des Nations Unies. Reprenant des codes attendus et peut-être un peu faciles (un enfant, un pays, un constat de désespérance…) de ce type de communication pour faire buzzer, il leur est adressé très solennellement à travers une mise en scène sans fioriture et in situ, par le jeune Barrack Obama qui parle vrai. Ca ne s’invente pas et ça sauve le propos ! A quelques jours de l’ouverture de la 70ème Assemblée Générale des Nations Unies (le 15 septembre à New York), espérons que ces messages soient entendus et que le #AnswerBarrack soit le trend topic efficace de cette rentrée. Entre devoir et nécessité absolue.

Berthier Florence

À lire aussi sur le même thème

Allez plus loin avec Influencia

the good newsletter

LES FORMATIONS INFLUENCIA

les abonnements Influencia