portraits de michel janneau (à g.) et de jean de loisy (à dr.) par tallia oester
L’art de la conversation, secret d’un mécénat vertueux
Les passerelles entre l’art et le monde de l’entreprise permettent de définir une nouvelle ambition pour la Culture et de développer les valeurs de l’entreprise. Jean de Loisy, président du Palais de Tokyo, et Michel Janneau, directeur délégué de la Fondation Louis Roederer, détaillent les ressorts du partenariat culturel qui les lie depuis 2012 et qui a coïncidé avec la naissance de la fondation et la réouverture du Palais de Tokyo, agrandi et rénové.

DÉCOUVREZ UNE SÉLECTION DES EXPOSITIONS DU PALAIS DE TOKYO 2013


IÑfluencia L’artiste Jean-Michel Alberola, qui a créé au Palais de Tokyo la salle des instructions grâce au mécénat de la Fondation Roederer, vous a mis en relation. Sur quelles valeurs communes s’est noué ce partenariat ?


Jean de Loisy Notre rôle de centre d’art dédié à la création contemporaine consiste à mettre le présent en turbulence avec des artistes toujours plus audacieux. Comme Roederer le fait avec le champagne, nous pétrissons une matière vivante, nous travaillons sur une métamorphose de la nature. Ces valeurs communes s’incarnent à chaque moment d’exposition. Par exemple, pour l’exposition de Philippe Parreno, l’ensemble du Palais de Tokyo a été radicalement transformé. C’est comme un nouveau cru. Selon le succès rencontré par la programmation, il y a donc aussi pour le Palais un phénomène de millésime... Le vernissage d’un artiste, même confirmé, est, comme pour l’ouverture d’un grand vin, un moment de grande tension et de dramaturgie.
Michel Janneau Le vernissage est un moment magique, marqué par une confrontation de pétillements entre le champagne et l’exposition. Au Palais de Tokyo, peut-être plus que dans toute autre institution, on sent une prise de risque constante, une vibration. Quand on cisèle un grand champagne, il y a aussi cette notion de risque.



Le Palais de Tokyo  s'expose : 
IMAGINEZ L'IMAGINAIRE

Au plus près de la pensée de l’artiste, au plus près de la création en train de se constituer, dans le sillage même de l’invention de l’œuvre… la nouvelle saison du Palais de Tokyo,Imaginez l’imaginaire, rassemble des artistes de diverses générations dont les œuvres témoignent et parfois décrivent les processus de leur développement. 

De la pensée de l’artiste à ce que le regardeur instaure, mille trajets sont possibles, aucun ne se ressemble. 

Imaginez l’imaginaire dresse une cartographie mouvante et non exhaustive de cette élasticité de l’art en construction.



Quels sont les ressorts d’un partenariat ou d’un mécénat vertueux ?


JdL Ce doit être avant tout une recherche de partage, le début d’une conversation qui ne change pas les projets de l’un et de l’autre, mais permet de les accompagner. Nous avons rencontré la Fondation Roederer au moment où elle avait une tentation plus contemporaine dans sa politique de soutien des œuvres d’art et où nous vivions, de notre côté, une grande mutation qui a amené à la réouverture du Palais en avril 2012. Pour le Palais de Tokyo, avoir un groupe solide de mécènes vertueux, c’est bénéficier de ressources régulières pour financer des projets artistiques et aussi disposer d’un réseau de confiance et de dialogue. Pour l’entreprise, il s’agit non seulement de mettre ses valeurs en perspective auprès d’un large public à qui elle offre une expérience culturelle forte, mais aussi de mettre en avant son sens de la responsabilité sociale.
MJ Lorsqu’un mécénat se passe bien, le mécène est associé pas à pas à l’œuvre en construction. C’est tout à fait le cas au Palais de Tokyo et nous sommes souvent étonnés par la qualité et la densité des informations que l’on nous donne. Au-delà du plaisir de suivre les choix des institutions ou des maisons que nous mécénons, nous y trouvons matière à nous enrichir dans notre quotidien d’amoureux des grands vins. La rencontre avec le Palais de Tokyo a par exemple touché notre Chef de Caves, concepteur du Cristal, et lui a ouvert de nouvelles sources d’inspiration. En faisant connaître à notre personnel les événements que le Palais réalise grâce à notre maison, nous sentons naître une vraie fierté, un supplément d’ouverture vers l’extérieur.



Le Palais de Tokyo  s'expose : 
SOLEIL FROID

De l’invention de l’oeuvre aux artifices d’un nouveau monde

Après la saison « Imaginez l’imaginaire » qui a entraîné le visiteur dans le sillage même de l’invention de l’oeuvre, la nouvelle saison du Palais de Tokyo « Soleil froid » explore la surface d’un monde étrange où, comme l’écrivait Raymond Roussel à propos de l’écriture, « rien de réel ne doit entrer ». Celui-là même qui écrivait Nouvelles impressions d’Afrique sans avoir jamais posé le pied sur ce vaste continent inspire cette saison placée sous le signe d’un soleil paradoxal, un soleil qui, comme le souligne Michel Foucault1, « ne bouge pas, équitable à toutes choses, dressé pour toujours au-dessus de chacune » et qui éclaire un monde où « tout est lumineux. Mais rien n’y raconte le jour : il n’y a ni heure ni ombre. » Les artifices d’un tel monde font naître des « espaces insoupçonnés » que les nombreux artistes invités pour cette saison explorent chacun à leur manière.



Quelle est l’importance de la durée dans ce type de relation ?


JdL Elle est fondamentale. S’il y a bien une chose à ne pas faire, ce sont les « coups » ou les effets d’annonce qui tuent la relation entre l’entreprise et l’art !


Le fait de travailler sur l’art contemporain modifie-t-il le rapport de l’institution à l’entreprise ?


JdL Le Palais de Tokyo doit générer 50 % de ses ressources grâce à la billetterie, aux privatisations, aux partenariats, au mécénat... Pour nous, la relation à l’entreprise est donc cruciale mais elle ne se vit pas comme une contrainte. C’est en effet une façon d’être contemporain. Comme nous travaillons avec des artistes qui sont contemporains de leur propre époque, nous travaillons aussi avec les entreprises. Quand bien même nous n’en aurions pas le besoin, nous le ferions tout autant.


ce partenariat à t-il tout de même un impact sur les ventes de Roederer ?


MJ Les grands champagnes sont certes appréciés pour leurs vertus, leurs qualités... Mais on sent maintenant, depuis plusieurs années, que le public s’approche d’une maison comme la nôtre avec une idée de ce qu’elle réalise et de sa richesse immatérielle. Cette idée que les gens ont de Roederer ajoute au plaisir de la dégustation et finit certainement par avoir une influence sur les ventes.



Le Palais de Tokyo  s'expose : 
NOUVELLE VAGUE

Le Palais de Tokyo entraîne avec lui une trentaine de galeries et lieux d’art dans tout Paris pour rendre manifeste l’émergence de la figure du curateur. Au Palais de Tokyo, « Nouvelles vagues » est une grande manifestation composée par 21 curateurs ou groupes de curateurs internationaux (13 nationalités), sélectionnés par un jury parmi plus de 500 candidatures.

Cette saison transforme le Palais de Tokyo dans son intégralité et se diffuse dans toute la ville, en révélant les artistes, les idées et les situations pour lesquels s’engagent ces nouveaux professionnels.

Grâce au Comité professionnel des galeries d’art, cet événement est complété par l’implication de plus d’une trentaine de lieux dans la capitale. Ils s’associent au Palais de Tokyo et invitent chacun dans leurs espaces un jeune curateur à concevoir une exposition. Cette cinquantaine de propositions constitue un moment inédit dans la vie artistique à Paris, et ouvre un nouveau regard sur les pratiques de l’art aujourd’hui.
12
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI DÉJÀ UN ABONNEMENT POUR CE N°
E-mail

Mot de Passe


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peux accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la revue digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

J'accède à la version restreinte des contenus en mode « non abonnés »
version restreinte
JE ME CONNECTE OU M'ABONNE POUR ACCÉDER AUX CONTENUS ×
J'AI OUBLIÉ MON MOT DE PASSE
E-mail


JE VEUX UN NOUVEL ABONNEMENT

Je peut accéder immédiatement à la suite de la revue digitale et recevrai mes revues papier par courrier.

Je pourrai accéder à la suite de la digitale après réception du paiement et recevrai mes revues papier par courrier.

JE M'ABONNE, ME REABONNE OU COMMANDE UN SEUL N°
×
JE M'ABONNE
Vous aurez accès aux numéros 29,30,31,32
de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'Étranger - 129 €
1 an - Tarif Étudiant - 78 €
1 an - CODE PROMO
Mon code promo :
VALIDER
L’abonnement démarre à réception du paiement. À échéance, votre abonnement sera renouvelé automatiquement, sauf avis contraire de votre part. Un avis de renouvellement vous sera envoyé un mois avant la fin de votre abonnement.
JE COMMANDE UN SEUL N°
Numéros encore disponibles
No29 - Sport - 29 €
No28 - Femmes engagées - 29 €
No27 - Les jeunes - 29 €
No26 - I.A. - 29 €
No25 - La pub TV - 29 €
No24 - Le Retail - 29 €
No23 - Les français - 29 €
No22 - Entertainment - 29 €
No21 - Curiosite - 29 €
No20 - Emotion - 29 €
No19 - Transformation - 29 €
No18 - Inspiration - 29 €
No17 - Anthologie - 29 €
No16 - Vivre connecté - 29 €
No15 - Le Shopper - 29 €
No13 - L'Influence - 29 €
No12 - Le Design - 29 €
No11 - Le Futur - 29 €
No10 - La Ville - 29 €
No9 - Data - 29 €
No5 - Les Médias - 29 €
JE ME REABONNE
Vous aurez accès aux numéros 30,31,32,33
de la revue papier et leurs versions digitales
1 an - Envoi en France - 98 €
1 an - Envoi à l'étranger - 129 €
1 an - Tarif Etudiant - 78 €
JE COMMANDE UN HORS-SERIE
Hors-série - La conversation - 29 €
Commande avec obligation de paiement
J'AI DÉJÀ UN COMPTE

INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax



JE VEUX CREER UN NOUVEAU COMPTE


INFORMATION FACTURATION
Nom*

Prénom*

Société

Activité de l'entreprise

Email envoi de facture*


Adresse*

Code Postal*

Ville*

Pays

Tel

Fax