AccueilTENDANCESMARQUES ENGAGéES : COMMENT VENDRE CES NOUVELLES OFFRES ?

Marques engagées : comment vendre ces nouvelles offres ?


Publié le 08/03/2020

Image actu

Alors que toutes les marques se lancent tête baissée dans l’économie pour le bien commun, dans la location de produits ou la circularité, certaines petites pépites inventent de toutes nouvelles façons de vendre leurs offres. Désormais avant d’acheter un produit neuf, les consommateurs se posent la question d’autres recours possibles. Tour d’horizon avec Laetitia Faure, fondatrice du bureau de tendances Urban Sublime et auteure de l’étude « 50 expériences inspirantes pour aller vers l’éco-responsabilité ».

 

Tout est à ré-inventer au niveau de la vente des produits et services pour essayer d’intégrer ces nouveaux paramètres : seconde vie des produits, location et développement des partenariats, valorisation des circuits courts, nouvelles filières, consignes et recyclage. Alors que certains lancent des sites de seconde main, d’autres se focalisent sur la valorisation de leur produit avec de nouveaux indicateurs.

 

 

Trouver de nouveaux indicateurs à la place de la juridiction

 

La marque Respire n’a même pas encore soufflé sa première bougie qu’elle se retrouve déjà dans tous les Sephora de France, les Monoprix et en pharmacie ! Produits naturels, sans filtres chimiques, ni nano particules, faits en France et en co-création avec ses clients (création d’un dentifrice naturel suite à la forte demande), Respire impose le respect par sa forte cohérence. Le plus ? L’indicateur Yuka exposé sur chaque produit du site Internet. Une référence qui est devenue légitime du fait des 2 millions d’articles scannés chaque jour sur l’application. Même quand celle-ci n’est pas élogieuse, Respire indique quand même sa note Yuka, avec une simple explication contextuelle : « la note Yuka s’explique par la présence d’huiles essentielles ».

 

 

 

Autre secteur, autre indicateur : celui de l’empreinte carbone affiché sur chaque produit. Reformation, la marque de vêtements en vogue chez les jeunes américains, affiche sous la taille disponible l’empreinte carbone de chaque vêtement, ainsi que les litres d’eau qui ont servi à sa réalisation. Les sacs dans lesquels les vêtements sont approvisionnés sont 100% compostables et biodégradables, sans résidus chimiques. La marque neutre en carbone depuis 2015 se fournit pratiquement uniquement aux Etats-Unis pour éviter les longues distances. Une façon d’ajouter de nouveaux critères de sélection pas seulement basés sur l’esthétisme mais aussi sur l’éthique et l’impact environnemental.

 

 

Faire de la durabilité un argument

 

En France, Fnac-Darty a anticipé la loi sur l’indice de réparabilité des produits. En effet depuis 2018, un indice existe sur les offres de PC portables et les Smartphones pour que les consommateurs puissent comparer avant achat. Fin 2019, Darty étend sa sélection des produits les plus fiables et réparables. Elle prolonge ses garanties avec un abonnement à la réparation. La marque se distingue sur ce marché en proposant un service qui participe à l’allongement de durée de vie des produits. Le service après-vente, qui était déjà sa marque de fabrique, se renforce encore et devient ainsi un critère de choix pour le consommateur.

 

 

S’occuper soi-même du recyclage des produits

 

Dyper est une marque de couches fabriquées à partir de bambou, sans parfum ni substance nocive. L’entreprise a mis au point le programme « Redyper » en partenariat avec TerraCycle, entreprise spécialisée dans le recyclage de déchets dits « non recyclables ». Pour 39$ de plus par livraison, vous pouvez désormais renvoyer vos couches usées à l’entreprise qui se charge de les composter pour vous dans les règles de l’art ! L’entreprise se charge aussi de compenser l’empreinte carbone due à la livraison de vos colis, ce qui est encore rare dans la livraison de produits à domicile.

 

 

 

Signe que les temps changent au niveau des habitudes : 39% des Français ont acheté au moins un vêtement de seconde main en 2019 (Institut français de la mode, France, juin 2019). Même si les consommateurs sont de plus en plus en quête de produits DIY ou de seconde main, certains produits seront toujours achetés neufs. Le travail commercial doit être orienté sur la valeur ajoutée que proposent ces nouvelles offres. Le marketing de la transparence s’attachera à montrer que, du sourcing à la production en passant par la distribution, l’emballage, la durabilité et le recyclage, les marques ont écouté leurs consommateurs et s’engagent auprès des citoyens pour, ensemble, créer une offre différente et s’attacher à être plus responsable, plus adulte face à l’ampleur des changements à venir.

 

 

Découvrez tous les exemples analysés et décryptés pour vous dans l’étude « 50 expériences inspirantes pour aller vers l’éco-responsabilité ».

Commentez


Abonnez-vous à la revue


RECHERCHER PAR