AccueilTENDANCESLES MARQUES DOIVENT-ELLES S’ENGAGER POUR EXISTER ?

Les marques doivent-elles s’engager pour exister ?


Publié le 24/03/2019

Image actu

A service ou produit égal les consommateurs se dirigent de plus en plus vers des marques affinitaires, reflet de leur style de vie mais aussi, et de plus en plus, reflet de leurs valeurs.

 

 

De l’implication politique chez Nike mais aussi sociétale chez Michel & Augustin, religieuse chez L’Occitane ou écoresponsable chez Prêt à Manger, voici un bref tour du monde des marques par Urban Sublime et son étude 50 nouvelles tendances à intégrer à votre stratégie qui décrypte comment certains choisissent l’engagement pour créer la différence. 

 


Engagement éco responsable



Des listes d’ingrédients qui sonnent comme des slogans, des phrases en gras qui proclament haut et fort les qualités du produit : bienvenue dans l’air du packaging engagé. A l’heure où il est souvent difficile d’analyser le contenu de ce que nous mangeons, quelques marques ont compris la volonté massive des consommateurs d’aller vers une alimentation plus saine et mieux informée. Du coup certains industriels, sous peine d’être délaissés, fournissent les informations clés pour aider les consommateurs dans leur choix. Ils clament leur « naturalité » et leur souhait d’écarter tout produit néfaste. 

 

 

 

Les yaourts Siggi’s

Crédit photo : Laetitia Faure

 


 

Crédit photo : Laetitia Faure

 


Prêt à manger base une partie de sa communication sur cette volonté de ne rien cacher dans un monde où les consommateurs sont de plus en plus méfiants. Les serviettes en papier deviennent alors ses manifestes : « Nothing to declare », « Nothing to hide ». 

 


Paradiset, la plus grande chaîne de supermarché bio en Suède, affiche à l’entrée sa blacklist : la longue liste des produits nocifs ou douteux que vous ne trouverez pas dans ses allées. Une façon de rassurer le consommateur dès l’entrée. 

 


Crédit photo : Anna Andersson

 

 

Et certains supermarchés, comme ici depuis janvier chez Thornton Budgens à Londres, ont décidé de créer des zones sans plastique. 

 

Crédit photo : Positive News


Cette nouvelle forme de communication est très partagée sur les réseaux sociaux car elle est visuelle, elle nous parle et interpelle forcément. L’engagement écoresponsable est probablement le plus relayé aujourd’hui par les entreprises dans l’alimentaire, la cosmétique mais aussi de nombreux autres secteurs puisqu’il les concerne tous. Loin d’être uniquement altruistes, ces initiatives se basent surtout sur les résultats d’enquêtes d’opinion qui montrent à quel point les consommateurs et surtout les Millenials sont sensibles à l’urgence écologique et sociale. Pour rappel, 49% des Millenials ont délaissé une marque ces douze derniers mois à cause d’un manque d’éthique. (Source : Canvas8)

 


Engagement par le droit à la différence

Aux Etats-Unis, la dernière campagne de L’Occitane fait parler d’elle. Basée sur le thème « No filter », elle se décline en différents slogans : « I don’t need a filter to express my beauty », (je n’ai pas besoin d’un filtre pour exprimer ma beauté), « I don’t need a filter to hide behind », (je n’ai pas besoin d’un filtre pour me cacher), mais aussi le surprenant « I don’t need a filter to express my religious beliefs », soit je n’ai pas besoin d’un filtre pour exprimer mes croyances religieuses. Par ce biais, l’enseigne s’engage sur un territoire, celui de la liberté de religion, encore peu exploré par les marques. 

           

             

 

 


Crédit photo : Laetitia Faure                                        

 

 

Autre symbole des temps modernes, le nouveau concept new yorkais The Phluid Project, le premier magasin au monde non genré, c’est-à-dire à destination de tout sexe : homme, femme et transgenre. Tous les produits du magasin – vêtements et cosmétique – peuvent être portés par tous. Un manifesto accompagne l’engagement porté par ce magasin et un petit amphithéâtre accueille des conférences sur ce sujet. De beaux signaux de tolérance, portés par des marques iconiques ou indépendantes qui osent s’engager sur ces sujets de société. 


 

 


Crédit photos : The Phluid Project 

 


 

Crédit photo : Lola Thélin


Engagement par l’éducation


Plus que simplement vous inciter à acheter leurs produits, Michel & Augustin souhaitent transmettre leur passion. Via un concours, ces « trublions du goût » proposent chaque année à quelques chanceux de passer deux ans dans les locaux de la marque pour apprendre le métier et passer leur CAP pâtissier. Une fabuleuse façon d’accompagner et d’élever ses clients vers des aspirations profondes, qui vont parfois changer leur vie. 

 

 


 

 

A Tokyo, le dernier Starbucks Reserve Roastery a ouvert ses portes il y a un mois. Créé par un architecte local, ce véritable temple dédié au café consacre son quatrième étage aux évènements locaux et à la formation des professionnels. Il est le premier Starbucks certifié par Specialty Coffee Association (SCA) et offre des cours spéciaux dédiés aux professionnels. L’impact social et local devient une cause portée par de petites startups mais aussi par les plus grands acteurs mondiaux. 

 

 

 

 

 Crédit photo : MATTHEW GLAC  STARBUCKS JAPAN

 

La seule mention du nom de la marque ne fait souvent plus entrer les consommateurs en magasin, ni acheter. Les consommateurs sont en attente d’une relation qui apporte du sens, de la transparence et de la valeur ajoutée et pour cela ils choisissent leurs interlocuteurs en fonction du prix mais aussi et de plus en plus en fonction de leur engagement. Dis-moi chez qui tu consommes et je te dirai ce en quoi tu crois. Aux marques d’être maintenant courageuses et d’affirmer leurs choix, quitte à accepter de ne pas plaire à tout le monde. 

 

Téléchargez l’étude 50 nouvelles tendances à intégrer à votre stratégie.

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR