AccueilTENDANCESLES MAINS EN L'AIR, POSEZ LENTEMENT VOTRE SMARTPHONE

Les mains en l'air, posez lentement votre smartphone


Publié le 03/07/2015

Image actu

 

A force d'avoir les yeux rivés sur notre smartphone, les générations futures auront le dos vouté et le cou plat. Pour éviter pareille mésaventure, la rédaction vous a préparé un cocktail spécial digital detox. A consommer sans modération.

 

L'un de vos amis est parti depuis quelques jours en vacances et cumule déjà 10 publications sur Facebook : #OKLM, #posey, #lespiedsdansleau... Fuyez mes amis, activez le mode avion ou reléguez votre smartphone sur le banc des remplaçants. L'heure est à la déconnexion en attendant le tourbillon de la rentrée. Reprenez contact avec un livre, baladez-vous nus dans les montagnes, devenez injoignables, soyez égoïstes... Bonne lecture !

 

 

La phobie d'être éloigné de son smartphone bien réelle...

 

Il fallait le faire, elle l’a fait : notre société ultra connectée, qui finalement contente tout le monde tant que sa boulimie de données ne s’incruste pas trop dans notre vie privée, a réussi à créer une nouvelle phobie bien à elle : l’absence de smartphone.

 

 

Russell Clayton est un étudiant lambda comme les campus des Etats-Unis en regorgent. C’est justement parce qu’il est un « djeune » de l’Oncle Sam comme les autres qu’il prend la mesure de la généralisation possible de ses observations. Quand lors d’un déjeuner l’amie assise en face de lui quitte la table pour aller chercher son smartphone, oublié chez elle, Russell Clayton, éberlué, se dit que notre société connectée a peut-être crée des phobies risibles mais si révélatrices. Lire la suite...

 

 

Dessine-moi un drogué du numérique

 

Alors que l’Apple Watch vient d’être commercialisée, et que les objets connectés n’ont jamais eu autant de succès, l’homme s’engage à toute « berzingue » sur l’autoroute de la connectivité. Levons un peu le pied et redressons la tête avec les illustrations décalées du graphiste français Jean Jullien.

 

 

La dernière campagne d'Orange : " Et si tout s’accélérait à Paris avec la Fibre Orange, 100% Fibre ? " nous a un peu laissé perplexe... Elle nous propose de vivre plus intensément et démontre que les objets pourraient, grâce à la fibre aller plus vite.... Mais avons-nous besoin d'aller plus vite ? Nous sommes déjà noyés par les écrans et ultra connectés. Lire la suite...

 

 

Mobilité : du smartphone au Light Phone

 

Vous vous souvenez de l'époque où votre téléphone ne sevrait qu'à vous faire appeler et à passer des coups de fil ? Light Phone ravira les nostalgiques et les chantres de la désintoxication digitale.

 

 

Le retour à l'essentiel est une ficelle marketing qui, avec le phénomène montant des digital detox, convainc le consommateur que dans un monde robotique et connecté, l'humain doit rester au centre des comportements. Le retour à la terre est en vogue et les racines priment, comme si un embryon de paroxysme technologique avait déjà crée ses premiers ras-le-bol. Le citoyen connecté est-il en train de se perdre ? Lire la suite...

 

 

 L'objet de la déconnexion

 

Et si tailler le bout de bois pouvait aider à se tailler une autre vie. Tälja fait partie de ces nouveaux concepts qui réinventent et réintroduisent des objets ou des usages pour permettre une totale déconnexion des réseaux et du quotidien.

 

 

En mal d’inspiration pour vos cadeaux à déposer au pied du sapin? Et si finalement la solution était d’offrir à l’autre une pause pour sortir de son quotidien et se déconnecter pour prendre à nouveau le temps de s’évader ou de détendre son corps et son esprit ? Lire la suite...

 

 

Le papier se moque du numérique

 

Pour promouvoir sa signature, « La technologie est l’opium du peuple », le trimestriel Humanoïde et l'agence Gloryparis réinterprètent à leur manière l'addiction provoquée par les nouvelles technologies.

 

 

Il y a quelques semaines, nous abordions, à travers les illustrations de Jean Jullien, le concept de digital detox et des dérives provoquées par une utilisation compulsive de nos smartphones et des réseaux sociaux. A son tour, le magazine Humanoide s'attaque à cette nouvelle forme d'addiction en détournant les noms et logos des géants du secteur. Lire la suite ici...


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR