AccueilTENDANCESCOVID-19 ET éTUDES : L'ENFERMEMENT DONNE LA BOUGEOTTE à TOUS

Covid-19 et études : L'enfermement donne la bougeotte à tous


Publié le 06/05/2020

Image actu

Une étude du spécialiste de l’emploi et du recrutement HelloWork a interrogé 1015 utilisateurs du 6 au 9 avril dernier. Entre autres enseignements : 1 salarié sur 3 juge la crise mal gérée par son employeur et pour beaucoup continuent de chercher un job pendant le confinement.

 

S'il emprisonne les corps, le confinement délie les esprits et par conséquent enclenche des envies de vivre une autre vie. Faire le point voilà la grande tendance du moment. Car souvenons-nous, au cycle infernal « métro, boulot, dodo » est venu se substituer le ronronnant et souvent excédant, « télétravail, devoir des enfants, apéro sur Zoom ». Cette période sans précédent permet à bon nombre d'individus de réfléchir à leur avenir. Notre vie « d’après » doit-elle ressembler à celle « d’avant » ? Notre sphère privée et notre parcours professionnel nous conviennent-ils ? En clair, on cesse de procrastiner pour su'nterroger sérieusement.

 

 

Il y a les couples qui se séparent après cette intimité forcée ...

 

De nombreux couples ne vont pas survivre à cet enfermement forcé. En Chine, les bureaux d’état civil ont été pris d’assaut dès leur réouverture le 1er mars par des couples qui souhaitaient divorcer. En France, un couple sur dix prévoit de « prendre de la distance » (et pas seulement sociale) dès la fin du confinement et 4% envisagent déjà le la séparation, selon un sondage réalisé par l’Ifop pour le site charles.co . La proportion de Français n’ayant pas eu de rapport sexuel au cours du dernier mois (44%) est, quant à elle, presque deux fois plus élevée qu’à l’accoutumée (26%). Ceci explique peut-être cela…

 

 

Au Japon, des refuges temporaires  pour ne plus voir son conjoint...

 

Au Japon où les citoyens ont encore le droit de sortir de chez eux, une entreprise a même créé des « refuges temporaires » pour les mariés qui souhaitent s’isoler et ne plus voir leur « moitié » pendant quelques jours. Le confinement est aussi le moment idéal pour penser à sa carrière. Au calme chez eux, de nombreux salariés réalisent que leur vie professionnelle ne leur convient plus.

 

 

 86% des salariés cherchent un nouveau job en plein confinement

 

L'étude du spécialiste de l’emploi et du recrutement HelloWork effectuée auprès de 1015 utilisateurs de ses sites du 6 au 9 avril montre qu’une immense majorité des travailleurs en poste (86%) sont enclins à chercher un nouveau job dans un avenir proche. Près d’un quart des sondés (29%) ont même intensifié leurs recherches depuis le début du confinement. Les raisons qui les poussent à aller voir si l’herbe est plus verte ailleurs sont diverses et variées. 28% des personnes interrogées affirment avoir envie de se lancer dans un nouveau projet. Plus d’un quart des membres de ce panel (27%) avoue que leur recherche d’emploi est surtout liée au fait qu’ils ont davantage de temps libre pour postuler à droite et à gauche. Mais un employé sur cinq (20%) affirme que sa volonté de changer d’entreprise est liée à la gestion du confinement par sa société.

 

 

32% estiment la crise mal gérée par leurs employeurs

 

Près d’un tiers des Français (32%) juge en effet que la crise actuelle est mal gérée par leur employeur. La mise en place du télétravail et la communication interne sont jugées « plutôt mauvaise » voire même « très mauvaise » par 41% des sondés. Alors si une petite majorité (52%) des salariés reconnaît que la pandémie n’a pas modifié l’avis qu’ils se faisaient de leur entreprise, 29% jugent que leur opinion s’est détériorée depuis le début du mois de mars. Et à peine 19% des personnes interrogées voient leur société d'un œil plus positif qu’au tout début de l’année.

 

 

Les Français sont les plus pessimistes parmi les Européens

 

« Les Français sont, par nature, plus pessimistes que la plupart des habitants des autres nations, analyse Flavien Chantrel, le responsable éditorial chez HelloWork. J'estime  donc que c'est plutôt positif de voir que six salariés sur dix affirment être globalement satisfaits de la manière dont leur employeur gère la crise actuelle ».

 

 

Des citoyens en recherche d'un nouveau job pendant le confinement

 

Mais le principal enseignement de cette enquête est que ceux qui souhaitaient changer de travail avant leur confinement n'ont pas stoppé lers recherches pendant. Le marché de l’emploi a pourtant beaucoup évolué ces dernières semaines. En effet, après des hausses spectaculaires de 34% et de 45% enregistrées en janvier et en février, le nombre d’offres de jobs postées sur HelloWork, qui a généré l’an dernier plus de 17 millions de mises en relation candidats-recruteurs et candidats-centres de formation, a reculé de 14% lors des deux premières semaines du mois de mars en comparaison de la même période en 2019. Les secteurs de la restauration (-61%) de l’industrie automobile/mécanique /navale (-52%), des medias et la communication (-49%) ainsi que l’enseignement et la formation (-38%) ont été particulièrement impactés par la pandémie alors que les spécialistes travaillant pour la santé (+78%), l’énergie et l’environnement (+54%) ou l’industrie high-tech et télécoms (+30%) sont de plus en plus recherchés.


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR