AccueilA NE PAS MANQUERCOMMENT COPENHAGUE SOUHAITE DEVENIR NEUTRE EN CARBONE DèS 2025 ?

Comment Copenhague souhaite devenir neutre en carbone dès 2025 ?


Publié le 28/05/2019

Image actu

Des éoliennes, des pistes cyclables, des centrales fonctionnant à la biomasse, de nouvelles lignes de métro… La capitale danoise ne ménage pas ses efforts pour devenir la première capitale au monde à ne pas émettre de CO2 dans l’atmosphère. Reportage…


 

Et non, nous ne sommes pas à Pékin ou à Shanghai. Les milliers de cyclistes qui se rendent sagement au travail peuvent prêter à confusion. Plus de 400 kilomètres de pistes toutes bleues quadrillent Copenhague. Des autoroutes cyclables (cykelsuperstier) ont même été construites (ci-dessous) pour permettre aux banlieusards d’atteindre le centre-ville le plus rapidement possible. Chaque jour, 42.000 cyclistes parcourent les 2,2 km de la Nørrebrogade qui relie le quartier populaire de Norrebro au cœur de la cité. À Amsterdam, l’artère la plus fréquentée n’enregistre pas plus de 25.000 passages quotidiens. Le vélo représente aujourd’hui 40% des déplacements dans la capitale danoise où à peine un quart des habitants possède une voiture. Un chiffre impressionnant au regard des hivers locaux pour le moins rigoureux.

 

 

 

 

Et si on allait skier sur l’incinérateur ?

 

La reine Margrethe II profite, elle, des fenêtres de son palais d’Amalienborg d’une vue imprenable sur l’usine de traitement des déchets qui sert aussi de piste de… ski pour les amateurs de slalom . L’incinérateur d’Amager Bakke, qui a brûlé ses premières tonnes de détritus en mars 2017, comprend également un mur d’escalade de 80 mètres de hauteur et un café panoramique. Juste derrière cette immense centrale, une forêt d’éoliennes construite en pleine mer tourne au grès des vents. D’ici quelques semaines, une troisième ligne de métro va être inaugurée. La Cityringen (M3) comprendra dix-sept nouvelles stations. L’ouverture de la M4 est, quant à elle, annoncée pour 2024 . Ce projet devrait permettre de doubler le nombre de voyageurs entre 2018 et 2020, passant de 63 à 122 millions par an. Toutes ces infrastructures ont un seul et même but: faire de Copenhague la première capitale au monde à ne pas émettre de CO2 dans l’atmosphère . Les autorités souhaitent atteindre cet objectif dès 2025, autant dire demain… Son aéroport international est, lui, « carbon neutral » depuis cette année.

 

 

 Vive la crise

 

Les émissions de la ville ont déjà chuté de 40% depuis 2006. Cette baisse atteint même 50% par habitant si on inclue l’augmentation de la population (10.000 nouveaux résidents par an). La municipalité a plus d’un atout dans son sac pour atteindre cet objectif. Elle abrite tout d’abord à peine plus de 600.000 habitants. Après la crise pétrolière de 1973, le gouvernement danois a également souhaité limiter sa dépendance envers ses importations de brut. Copenhague a transformé au fil des années ses centrales électriques en centrales de cogénération, qui alimentent en eau chaude son réseau de chauffage urbain. Les habitants ont été encouragés, grâce à des incitations fiscales, à abandonner leurs chaudières à fioul pour se connecter au réseau de chauffage urbain qui couvre aujourd’hui 98 % des besoins des habitants. Un record mondial.

 

 

Un projet lancé dès 2009

 

L’élection de la sociale-démocrate et ancienne commissaire européenne à l’environnement, Ritt Bjerregaard, à la mairie en 2005 a encore accéléré cette mutation. A l’occasion de la réception de la quinzième Conférence internationale sur le climat, la municipalité a adopté en 2009 un plan ambitieux afin de devenir « carbon neutral » en 2025. Une liste de soixante projets a été définie. Parmi eux figurent la conversion des centrales de cogénération qui ne consommeront plus que de la biomasse d’ici 2020 ainsi que la construction pour 740 millions d’euros d’une centaine d’éoliennes en baie de Copenhague et l’extension du métro pour un coût de cinq milliards d’euros. Pour chaque couronne (la monnaie locale) que la ville dépense dans la construction de nouveaux bâtiments, la réhabilitation d’anciens logements ou le développement du système des transports (soit 360 millions d’euros entre 2011 et 2025), le secteur privé en investit 85. Pour stocker l’énergie produite par les éoliennes et les panneaux solaires, une énorme batterie capable d’alimenter soixante foyers pendant vingt-quatre heures a été installée en plein cœur de l’Energylab dans le quartier de Nordhavn dans lequel 40.000 personnes devraient à terme vivre et travailler. Mais l’enfer est parfois pavé de bonnes intentions.

 

 

 

 

L'air n'est pas toujours bon pour les cyclistes

 

Les habitants de Copenhague ne rejettent pas suffisamment de déchets pour alimenter l’incinérateur d’Amager Bakke. Pour éviter la faillite, la centrale doit importer des détritus de l’étranger qui sont souvent mal triés et donc nettement plus polluants . Les cyclistes de la ville ne respirent donc pas toujours un air sain lorsqu’ils se baladent à vélo. Les efforts, aussi nobles soient-ils, ne sont pas toujours récompensés à leur juste valeur.

 

Par notre correspondant Frédéric Therin à Copenhague

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR