AccueilL'OBSERVATOIRE INFLUENCIAET SI L’éCHEC éTAIT LA CLEF DU SUCCèS ?

Et si l’échec était la clef du succès ?


Publié le 21/10/2019

Image actu

Embarquer dans l’aventure entrepreneuriale revient à s’engager sur des montagnes russes émotionnelles. 2 options s’offrent alors à celle ou à celui qui se lance. Soit, la personne décide d’avoir peur pendant tout le tour, soit, au contraire, elle prend plaisir à vivre ces hauts et ces bas, y puisant chaque fois une nouvelle énergie, même si sa prise de risque la conduit dans une impasse. Car au fond, comme le disati Winston Churchill, la recette du succès, ne serait-ce pas finalement d’aller d’échec en échec sans jamais rien perdre de son enthousiasme ?

 

 

Dans le dictionnaire, l’échec est défini ​comme ​l'état ou la condition qui fait que l'objectif désiré ou prévu n'est pas atteint​. ​En France, nous l’opposons généralement au succès, contrairement aux pays anglo-saxons, où échouer fait pleinement partie de la prise de risque. Aux États-Unis notamment, il s’agit d’un droit et jamais d’une sanction définitive. Considérer l’échec comme une forme d’apprentissage, c’est éviter par la suite de commettre les mêmes erreurs. Pourtant, alors qu’il n’est pas rare d’entendre un parent dire de son enfant qui s’apprête à commettre une bêtise « ​Laisse-le faire, il le fera une fois, mais ne recommencera pas​ », il semblerait qu’à l’âge adulte, l’échec ne soit plus toléré. Pourtant que l’on casse un vase ou que l’on manque la signature d’un contrat, il y a, dans les deux cas, une leçon à en retirer. Envisager l’échec comme une expérience positive est indiscutablement le premier pas vers le succès.

 

 

Commencer à échouer, c’est déjà commencer à réussir

 

Tous les entrepreneurs qui ont réussi ont d’ailleurs commencé par échouer, parce qu’ils ont eu cette audace de s’aventurer sur des terrains où personne d’autre qu’eux n’avait osé aller. Ce qui a fait la différence ? Leur faculté à préserver leur enthousiasme, même en cas d’erreur, et à se servir de cette expérience pour repenser leur stratégie ou leur offre.

 

 

Entreprendre, c’est courir un marathon à la vitesse d’un sprint

 

Diriger une entreprise, c’est tenir en permanence un fragile équilibre. Lorsque j’ai obtenu le prix BNP entrepreneur, j’étais à deux doigts de la faillite. Il me fallait à la fois rester en pleine lumière pour espérer trouver une solution, tout en acceptant dans le même temps la perspective de déposer le bilan. Être entrepreneur revient ainsi à passer sans cesse de périodes d’euphorie à des périodes de doutes. Nous nous réjouissons lorsque nous signons un nouveau client et nous nous lamentons quand un investisseur refuse de nous renouveler son soutien. Quoi qu’il en soit, tant que nous sommes dans l’action nous n’échouons jamais : on apprend, on teste, on rate et on recommence, en mieux. Diriger une start-up, c’est comme apprendre à courir un marathon à la vitesse d’un sprint avec des escarpins aux pieds. Même si on a mal, il faut continuer à avancer.

 

 

Anticiper l’échec est essentiel

 

Et si, malgré tous nos efforts, les choses ne se déroulent pas comme prévu, il faut alors anticiper la toute dernière expérience d’une aventure entrepreneuriale : celui de déposer le bilan. Certes, accepter la faillite d’une entreprise dans laquelle on a mis toute son énergie et tous ses espoirs n’a rien d’une partie de plaisir. Mais passer devant un tribunal de commerce est une des options de l’entrepreneur, au même titre que de monter sa société. C’est aussi et surtout un devoir qu’a le dirigeant par rapport à ceux qui l’ont suivi et soutenu, en faisant en sorte d’épargner au maximum ses salariés et en laissant, si possible, un minimum de dettes. Le secret ? Être lucide sur sa situation, ne pas attendre le point de non-retour pour prendre des dispositions et vivre le moment. Alors, les apprentissages seront clés et garant d’une nouvelle philosophie de vie ! Même si ce n’est pas là un moment facile, cette expérience donne l’opportunité de se retrouver réellementface à soi et à son avenir. Tout perdre, c’est revenir à l’essentiel, aux choses qui comptent vraiment, c’est prendre le temps d’analyser et comprendre les erreurs pour ne plus les commettre. 

 

 

L’échec est une injonction à rebondir

 

Ce qui est important dans ce genre de situation est de rester très entouré, par sa famille ses amis, des coachs en développement personnel mais aussi son conseil d’administration, ses investisseurs. S’ils comprennent que vous avez tout fait pour sauver votre entreprise, alors ils vous accompagneront pour que cette étape se déroule le moins douloureusement possible. Une fois la société déclarée en faillite, il faut prendre du temps pour se recentrer. Se mettre au sport ou à la méditation pour évacuer les tensions. Se faire accompagner aussi, pour comprendre ce qui s’est passé. Ce temps de « l’après-échec » est celui de l’humilité et de l’apprentissage. Le rebond vient tout seul et cela est tout bonnement incroyable. Je n’ai à aucun moment eu besoin de rechercher un emploi. Dans ce sens, l’échec est une injonction à rebondir, à ne jamais regretter d’avoir osé. Ne prendre aucun risque revient à passer à côté de sa vie. Et cette vérité est valable dans toutes les situations que nous rencontrons au quotidien. C’est aussi cela la vertu de l’échec : nous permettre d’envisager de nouvelles voies, jusqu’à trouver celle qui nous conviendra le mieux.

 

 

Par Cécile Morel, responsable Grands Comptes chez CENAREO

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR