AccueilINNOVATIONS2019 : VERS UNE CONSOMMATION « éTHIQU-OCOLOGIQUE »

2019 : vers une consommation « éthiqu-ocologique »


Publié le 02/12/2018

Image actu

Avec son cahier annuel des tendances, J.Walter Thompson annonce 100 transformations pour 2019 dans les domaines de la culture, technologies et innovation, voyages, gastronomie, marques, beauté, commerce de détail, luxe, santé et mode de vie. L’avenir de la consommation n’aura plus aucun secret pour vous.

 

 

Si l’on sait d’où l’on vient, on peut difficilement prédire où l’on va. Mais dans une Union Européenne en pleine transformation numérique, les industriels et les publicitaires ont de quoi espérer pour le futur de leurs professions. Si l'on ajoute à cela, une prise de conscience écologique et éthique massive de la part des consommateurs, les perspectives d’avenir semblent infinies. Pour vous armer au mieux face aux transformations futures de notre société, nous vous proposons un panorama des tendances de consommation majeures à venir pour l’année 2019. S’adapter pour survivre, telle est votre mission. 

 

 

La 5ème édition du rapport annuel sur les tendances concocté par J.Walter Thompson, Future 100, vient juste de sortir. Il livre son lot d’enseignements quant à l’année à venir qu'il serait imprudent d’ignorer par tous bons communicants ou marketers. Dans cette nouvelle édition, les experts de l’agence ont identifié 100 tendances pour 2019 dans 10 catégories différentes : la culture, les technologies et innovation, les voyages, la gastronomie, les marques, la beauté, le retail, le luxe, la santé et le mode de vie. En voici les principales conclusions. 

 

 

 


La bulle Instagram

 

Avec un milliard d’utilisateurs actifs, Instagram compte une audience deux fois plus grande que celle de Twitter, et trois fois plus grande que celles de WhatsApp et Facebook Messenger réunis. Mais le caractère artificiel des photos partagées sur le réseau social commence à ne plus être en phase avec les envies actuelles récentes d’authenticité. D’autre part, le phénomène des fake followers n’aide en rien l’application qui se trouve plus que jamais dans l’oeil du cyclone. Keith Weed, le directeur marketing d’Unilever a d’ailleurs déclaré aux Cannes Lions Festival qu’il est « urgent d’éradiquer les bots et les fake followers de la plateforme pour sortir de ce business model de la malhonnêteté ». La confiance règne…

 

 

La face cachée de la Tech 

 

Des femmes influentes, dans l’univers de la tech en particulier, émergent et s’imposent en ligne, dans la presse et à l’écran. Comme pour tous les grands mouvements culturels, #MeToo et les discours de plus en plus puissants sur la domination patriarcale commencent à avoir des effets dans l’univers des nouvelles technologies, beaucoup trop cloisonné au sexe masculin. Une évolution nécessaire des consciences pour faire comprendre qu’en 2018, le Bac S n’est pas une chasse gardée masculine.

 

 

L’empire du Son

 

L’envolée des podcasts et des audiobooks, en plus du streaming online, n’en est qu’à ses début. Portée par une envie de s’informer, se divertir ou s’éduquer autrement qu’en étant les yeux rivés sur un écran, l’industrie de l’audio rattrape progressivement son retard sur celle du visuel. Une statistique au hasard pour le prouver ? Le marché américain du podcast a progressé de 85% en 2017 -à 220 millions de dollars-, après une hausse de 72% en 2016. Des questions ?

 

 

Design inclusif 

 

Après les combats pour l’égalité des genres et des origines, il est temps de se battre davantage pour les droits des personnes en situation de handicap. Il devient notamment nécessaire que le design en ligne, comme dans le monde physique, soit pensé sans préjugés. 

 

 

Freelance-city 

 

Le nombre de freelances au Royaume-Uni n’a de cesse d’augmenter depuis 2001, atteignant 15% de la population active d’après le bureau de la statistique nationale. Les espaces de co-working progressent de 200% par an depuis 5 ans. Les freelances deviennent de plus en plus importants et les besoins spécifiques qu’ils expriment doivent être adressés. De quoi anticiper des évolutions dans le cadre légal qui les régit...

 

 

Fast&Clean Food 

 

Bien que le movement vegan progresse, de plus en plus de consommateurs deviennent flexitariens. Les menus vegans se développent mais lorsqu’ils s’agit de formules rapides, l’offre est quasi-inexistante. De grosses opportunités économiques s’offrent donc aux fast-food végétariens. Tant qu’on y trouve une bonne dose d’avocat, tout le monde sera content. 

 

 

Produits water free

 

Conscientes du problème que va poser la pénurie d’eau dans les années à venir, de plus en plus de marques s’engagent pour réduire son utilisation dans le composition de leurs produits. L’Oréal s’est, par exemple, engagée à reduire 60% d’eau dans ses produits d’ici 2020 et Unilever a lancé une initiative similaire.

 

 

Le luxe vegan

 

L’industrie de la mode s’empare enfin des sujets éthiques comme la fourrure et la cruauté animale. Des géants de la mode comme Versace ou Burberry ont annoncé qu’ils n’utiliseraient plus de fourrure. Récemment, c’était à Jean-Paul Gautier d’affirmer qu'il qu’il arrêtait de travailler avec de la fourrure animale. Et pour la première fois, la Fashion Week de Londres est devenue fourrure free. Brigitte Bardot approuve ce message, à n'en pas douter.

 

 

La brand thérapie 

 

Pour promouvoir le bien-être et renforcer le lien avec les consommateurs, les marques vont au delà de la simple mise en vente de produits pour offrir des services et des experiences qui encouragent l’introspection. La chaîne de supermarchés allemande Lidl a organisé une série de pop-up estivaux en 2018 en Irlande, pour encourager les jeunes à parler ouvertement des problèmes de santé mentale. En plus des discussions ouvertes, le programme comprenait des événements conçus pour promouvoir le bien-être mental, tel que le yoga, la méditation etc. Plus qu’une marque, un thérapeute.

 

 

Le meilleur reste à venir 

 

« 2019 s’annonce comme une année transformative. Dans tous les secteurs, les consommateurs et les marques prennent conscience de l’impact de leurs choix sur l’environnement. Ainsi la tech se responsabilise, la cosmétique devient plus clean et la diversité s’impose à tous les étages. Alors que les influenceurs se professionnalisent, les marques s’humanisent et tentent de se rapprocher des consommateurs », explique Virgile Brodziak, co-directeur général de J.Walter Thompson. Une belle manière de voir le verre à moitié plein...


Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR