AccueilIMAGEL'ART POUR TORPILLER LE PLASTIQUE

L'art pour torpiller le plastique


Publié le 06/06/2019

Image actu

Design produit, industriel, 3D, architecture, l’agence Quatre Caps, basée en Espagne est comme tous les « producteurs » d’objets, forcément interpellée par le plastique et son devenir. La preuve en peintures.

 

 

Décidément, le plastique fait travailler les méninges et la créativité de tous les fabricants, qu’ils soient au devant de la scène, ou bien dans les coulisses, à la production. Cette fois c’est au tour de Quatre Caps, agence espagnole de prendre conscience de l’invasion du plastique et de ses méfaits. Comme désormais souvent, c’est à travers l’art, que le studio en fait la démonstration, via le rendu de six œuvres intitulées Not longer Life qui reproduisent des tableaux de Claude Monet, Abraham Van Beyeren, Luis Eguidio Melenez, Sanchez Cotan, Le Caravage, et Michel Ange. Autant de natures mortes « plastiquées » à la sauce de notre XXIème siècle. « Nous sommes loin de réaliser encore aujourd’hui du ridicule de la consommation énergétique et de l’impact environnemental que signifie l’utilisation frénétique de matières inutiles censées protéger nos aliments. Nous le voyons dans les supermarchés. Les milliers de produits commercialisés sont recouverts chaque fois plus de deuxièmes, voire de troisièmes peaux tels que les sachets individuels, les portions, les cartons, les filets, de préférence synthétiques qui font partie du décor depuis si longtemps que nous n’en avons plus conscience », explique l'un des responsables de l'agence.

 

 

Continuer à faire comme si ?

 

Loin de trouver une solution réelle à ce problème, les quelques mesures prises pour y faire face (supprimer du marché les pailles, les gobelets et les cotons tige), semblent être un peu mince. « Populiste et démagogique, affirme l’un des designers de Quatre Caps, « que de procéder à un nettoyage de l’image au lieu de s’attaquer au vrai problème. Quand on sait qu’en 2020, la production de plastique atteindra environ 500 millions de tonnes, et que la plupart de ces déchets, prendront environ 600 ans pour se biodégrader ». Partant de ce constat, et afin d’être démonstratif, voire, exhibitionniste, l’agence a fait réaliser six natures mortes à la manière de, où les produits d’antan, (fruits, charcuteire, fromage, bouteilles, pain, lait, beurre, fruits, légumes, etc) apparaissent enveloppés des packagins pollueurs… Une initiative aussi spectaculaire qu’intéressante et qui sait, efficace. L’avenir le dira. Mais nous, spectateurs et utilisateurs ne pourrons pas dire après cette belle exposition : je ne savais pas.

 

Claude Monet

 

Michel-Ange

 

Luis Eguidio Melenez

 

Abraham Van Beyeren

 

Sanchez Cotan

 

Le Caravage

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR