AccueilFOOD IS SOCIALFOOD REVOLUTION : QUELS SONT LES 3 LEVIERS POUR OPéRER LE CHANGEMENT ?

Food revolution : quels sont les 3 leviers pour opérer le changement ?


Publié le 28/11/2017

Image actu

Voici quelques étapes cruciales à aborder… Il s’agit bien d’une véritable révolution que nous sommes en train de vivre. Du fait de l’évolution des usages, du nombre croissant et de la variété impressionnante de technologies mises en œuvre, sans parler des moyens dont disposent les grands groupes industriels et les start-up pour réussir, il est évident que l’agro-alimentaire sera l’un des secteurs les plus chamboulés dans les années à venir. Ce qui nous amène à la question suivante : quels sont les leviers de ces acteurs pour répondre à tous ces enjeux ?

 

 

Recommandation n°1 : former les acteurs en charge des projets

 

À force de gérer l’équilibre entre contraintes industrielles et exigences des distributeurs, on a parfois perdu le consommateur en route. Or, ses exigences sont désormais plus pressantes et demandent à le remettre au coeur des préoccupations et des projets. Afin d’ajuster leurs offres aux évolutions des usages et de la société, et de réinventer leurs méthodes d’innovation, les grands groupes peuvent s’inspirer des méthodologies des start-up : du design thinking au test & learn, en passant par des process qui mettent l’utilisateur -et non plus le produit- au centre (user-centric process), voire l’invitent à participer à la création.

 


 

 

Recommandation n°2 : repenser la relation marque-consommateur

 

L’opportunité majeure offerte par les technologies digitales est de pouvoir se reconnecter durablement avec ses utilisateurs et consommateurs. Il ne s’agit plus seulement de développer des sites web ou des démarches communautaires, mais bien de créer des produits et services connectés au quotidien et aux besoins de ses clients. Et ainsi de (re)créer une relation de confiance durable.

 

 

La traçabilité

 

La traçabilité des produits est sans aucun doute l’un des grands challenges de ces prochaines années. Le consommateur est également de plus en plus sensible aux questions de transparence, d’éthique, de locavorisme; aux produits frais, naturels, de qualité, issus du terroir.

 

Les crises alimentaires passées ont mis l’accent sur le besoin d’une meilleure sélection et d’une meilleure traçabilité des matières premières. Il faut désormais permettre au client, et cela pour un prix acceptable, de vivre une expérience et d’être exemplaire en termes de naturalité, d’authenticité et de fraîcheur.

 

Démocratisé par les médias de masse, l’art culinaire devient un vrai concept commercial, les émissions culinaires renforçant quotidiennement l’intérêt pour le « manger mieux » chez un très grand nombre de personnes. Devenu plus expert, et plus exigeant, le client affine sa quête de plaisir et de nourriture saine et variée.

 

 

Valoriser son empreinte sociétale

 

Sans tomber dans le green-washing ou la récupération, ce levier devient de plus en plus important aujourd’hui, car toute marque doit se doter d’un point de vue, d’une mission ou d’une raison d’être. Les acteurs de la filière agro-alimentaire doivent tenter de répondre à un besoin social à travers des campagnes et des actions solidaires ou humanitaires. Cela leur permettra de renforcer de manière pérenne leur réputation, avec un pouvoir d’engagement encore plus fort, capable de créer des connexions émotionnelles qui éclairent, engagent et inspirent le public à agir. Notamment à travers des dispositifs qui ont le potentiel de créer et de changer les conversations ou d'opérer un changement et de faire évoluer les comportements.

 

 

Recommandation n°3 : favoriser l’Open Innovation

 

L’Open Innovation est un ensemble d’outils et de méthodes permettant d’accélérer l’innovation en se basant sur l’intelligence collective, le partage d’expertise et la mise en œuvre de projets en mode collaboratif. Ce type de démarche est devenu une norme dans nombre d’industries (pharmacie, aéronautique, automobile, banque, assurance...), qui se sont structurées pour construire avec les ressources de start-up, afin d’éviter de réinventer ce qui existe déjà et de créer de nouvelles activités, de nouveaux produits ou services adaptés aux attentes de leurs clients.

 

 

 

 

Découvrez le guide de survie pour les professionnels du food qui se respectent !

 

Photo de Une : Joanna Kosinska

Commentez





Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR