AccueilETUDESLA PAUSE DéJEUNER N’EST PLUS CE QU’ELLE éTAIT

La pause déjeuner n’est plus ce qu’elle était


Publié le 17/07/2019

Image actu

Une étude Yougov pour Domino’s montre que la pause de midi est de moins en moins exclusivement consacrée au déjeuner.

 

 

Les traditions se perdent. La fameuse « pause-déj » a pris du plomb dans l’aile ces dernières années. Les repas bien arrosés qui avaient tendance à s’éterniser ? Terminés depuis belle lurette. Les retours de restaurant le ventre ballonné et la tête lourde ? Oubliés depuis fort longtemps. Les accords scellés sur un coin de table après un digestif ? Ils n'existent plus que dans les films. Si elle reste très importante pour une grande majorité des Français (83%), la pause de midi ou de 13 heures -c’est selon- est de moins en moins consacrée au déjeuner exclusivement, si l’on en croît une étude de l’institut Yougov commandée par Domino’s Pizza France.

 

 

 La pause-dej ne sert pas qu’à se restaurer

 

Durant leur break du milieu de journée, trois Français sur dix déclarent se rendre sur les réseaux sociaux (30%). Près d’un quart (23%) préfèrent se garder du temps pour se détendre ou faire une sieste. Un peu moins d’un actif sur quatre (21%) déclare s’avancer dans ses tâches personnelles et 16% continuent de travailler.

 

 

Une législation claire et nette

 

La loi impose à l’employeur d'accorder vingt minutes de pause restauration par jour. Dans la pratique, une coupure plus longue est généralement d'usage mais le salarié peut être contraint de rester sur son lieu de travail pendant son break de milieu de journée . Les entreprises de moins de vingt-cinq salariés doivent mettre à disposition de leurs collaborateurs un emplacement leur permettant de se restaurer dans de bonnes conditions de santé et de sécurité. Les sociétés plus importantes doivent, après avis du comité social et économique (CSE), offrir à leurs employés un local de restauration. « Les règles ap plicables aux pauses repas sont souvent encadrées par une convention collective ou un accord collectif, explique le cabinet de conseil Humanae . Ainsi, l’article L3121-6 du Code du Travail précise qu’un accord d’entreprise ou d’établissement peut prévoir une rémunération des temps de restauration, y compris lorsque ceux-ci ne sont pas reconnus comme du temps de travail effectif et quelle qu’en soit la durée (entre trente minutes et deux heures) ».

 

 

Vite ne veut pas dire bien

 

En 2007, 4% des Français déclaraient ne pas prendre de pause-déjeuner. Ils sont aujourd’hui 6% mais 12% affirment qu’ils « déjeunent à leur bureau, devant l’écran, pour avancer sur leurs dossiers », d’après une étude du spécialiste des ressources humaines Menway . Un tiers des salariés préfèrent apporter leur déjeuner au travail afin de limiter leurs dépenses et déguster les plats qu’ils préfèrent. 33% des travailleurs, qui vivent près de leur lieu de travail, rentrent chez eux pour manger. Et à peine 18% des employés vont au restaurant ou à la sandwicherie pour croquer un morceau. La volonté de faire des économies n’explique pas, à elle seule, le faible pourcentage de personnes qui vont au café du coin pour se restaurer.

 

 

Ne pas perdre de temps...

 

Perdre le moins de temps possible est un autre facteur déterminant. Les 1025 particuliers qui ont répondu à l’enquête de Yougov estiment ainsi que le temps maximum au-delà duquel  l’attente de sa commande devient trop longue en vente à emporter et sur place est de dix-neuf minutes. C’est pour cette raison que Domino’s vient de lancer sa formule « 15 minutes maximum » qui permet aux clients de commander sur le site ou l’application de la marque avant de venir récupérer leur repas dans un délai limite d’un quart d’heure. Vite ne veut toutefois par forcément dire bien…

 

 

Mais perdre du poids...

 

Pour éliminer les 830 calories d’un Buffalo Chicken Sandwich, vous devrez faire un « petit » jogging de près de quatre-vingt dix minutes ou faire le ménage pendant cinq heures . Pour perdre le poids accumulé en croquant une part de pizza au poulet et aux champignons, il vous faudra faire un footing de vingt-neuf minutes ou pédaler pendant quarante-quatre minutes . Et si on bossait pendant la pause-déj ?

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR