AccueilETUDESLES KANTAR MARQUENT UN CAP

Les Kantar marquent un cap


Publié le 26/06/2018

Image actu

Avec en ligne de mire, les consommateurs finaux, soit principalement les millennials, les agences conseil tentent de damer le pion aux spécialistes, les instituts d’études en tête. Kantar TNS et Kantar Millward Brown répliquent.


 

La bataille entre expertises n’aura jamais été aussi rude. Pour fidéliser des clients qui doutent, affolés par l’accélération de la mutation actuelle, les sociétés de conseil sont prêtes à tout pour devenir les couteaux suisses de leurs chers clients. Et rachètent, montent, disent détenir toute la chaîne de compétences marketing pour les servir. Reste que certaines expertises ne s’improvisent pas et surtout en ont assez de se faire doubler sur leurs compétences. Ainsi Kantar TNS et Kantar Millward Brown annoncent l’organisation de la branche études en France. Un modèle sur mesure, par client, dans lequel un accompagnement dédié permet d’assurer le ROI  des études. Ketty de Falco, nommée il y a trois  mois CEO de l’ensemble nous en dit plus.

 

 

INfluencia : cette réorganisation vise à neutraliser les conseils « naturels » des clients, des couteaux-suisses qui jouent dans toutes les cours…

 

Ketty de Falco : en effet, nous sommes par nature des partenaires qui entrons, puis sortons du dispositif de nos clients tout au long de l’année. Les agences media, notamment, qui sont elles, liées par des contrats longs (trois ans) avec leurs clients, ont fini par se vendre aussi comme des spécialistes des études… Or ils ne sont pas experts. Ils n’ont pas les données pour réagir en 24 heures, ne sont pas outillés pour être réactifs. Voilà pourquoi aujourd’hui nous nous remettons au centre du dispositif, en dédiant une équipe de vingt-cinq directeurs conseil à l'accompagnement des clients. Chacun d’entre eux est un expert de son secteur et du compte dont il est responsable, avec pour mission de garantir en toute neutralité la meilleure exploitation des résultats d'études, leur appropriation et d'en accompagner le pilotage opérationnel dans le temps.

 

 

IN : vous évoquez votre neutralité… N’est-ce pas plutôt de légitimité qu’il s’agit ?

 

K. de F. : si j’évoque la neutralité, c’est simplement pour rappeler, que contrairement aux agences medias, nous n’avons rien à vendre à nos clients (achat d’espace, création etc), en dehors de notre savoir faire. Nous sommes donc par essence neutres et indépendants, ce qui est primordial aujourd'hui.

 

 

IN : pourquoi avoir réorganisé Kantar TNS et Kantar Millward Brown seulement aujourd’hui ?

 

K. de F. : nos clients ont plus que jamais besoin d’être accompagnés pour comprendre et mieux répondre aux problématiques posées par les consommateurs, à commencer par les millennials. Nos études sont très pointues en matière d’innovation et de tendance. Tels que nous étions organisés, nous n’avions plus de visibilité. Désormais, nous seront à même de démontrer notre agilité, répondre en temps réel aux questions de nos clients concernant la marque, la communication, l’innovation, le client et le market intelligence.

 

 

IN : quelles sont les tendances prioritaires aujourd’hui ?

 

K. de F. : concernant les millennials, il va de soi qu’ils sont en quête d’authenticité, de sens. Il est essentiel de les suivre bien qu’ils aient un pouvoir d’achat moins important que leurs aînés, parce qu’ils sont les CSP+ de demain.

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR