AccueilETUDESET SI ON ARRêTAIT DE FERTILISER LES GAFA UNE FOIS POUR TOUTES ?

Et si on arrêtait de fertiliser les Gafa une fois pour toutes ?


Publié le 15/07/2019

Image actu

Ce sont les plus de 65 ans qui sont le plus révoltés contre l'utilisation des données personnelles par les GAFA. Les plus jeunes, eux, sont pour des amendes fortes, mais en aucun cas pour le démantellement des Gafas, c'est ce que révèle le débat Les Français et les scandales liés aux données personnelles organisé autour de l'étude d'Opinion Way qui interrogeait en juin, 1008 Français sur le sujet.

 

 

Pourquoi continuons-nous à leur donner des bâtons pour nous faire battre ? Pourquoi engraisser des géants déjà adipeux au lieu d’aider des jeunes pousses qui ont besoin d’engrais pour grandir ? Pourquoi aider des multinationales qui espionnent nos moindres faits et gestes et cherchent à gagner encore plus d’argent sur notre dos ?

 

 

Scandales à la chaine

 

Les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) ont montré à quel point leur soif de profit n’avait pas de limite. Le scandale Cambridge Analytica a prouvé l’extrême négligence de Facebook sur la protection des données de ses utilisateurs. Le réseau social aux 2,7 milliards d’utilisateurs, qui possède également Instagram, Messenger et WhatsApp, a également du mal à filtrer les messages haineux et les vidéos racistes postés sur ses plateformes. Le tueur de Christchurch est ainsi parvenu à diffuser en direct sur Facebook Live, pendant dix-sept interminables minutes, une vidéo durant laquelle il a massacré 51 personnes dans une mosquée. Google a, pour sa part, caché une faille de sécurité dans son réseau social Google + qui aurait permis à des développeurs extérieurs de potentiellement accéder aux données personnelles d'environ 500.000 utilisateurs du service entre 2015 et mars 2018 .

 

 

Facebook compte toujours plus d’utilisateurs

 

Ces scandales à répétition ne semblent toutefois pas encourager les citoyens à tourner le dos aux Gafa. Au premier trimestre 2019, Facebook a vu le nombre de ses utilisateurs actifs, qui surfent sur son réseau au moins une fois par mois, augmenter de 8,2% en un an, avec 2,38 milliards d’internautes « fidèles ». Comment analyser l’attitude des citoyens vis-à-vis des GAFA et comment ces personnes justifient-elles leur attitude ? Ces deux questions étaient au cœur du débat intitulé « Les Français et les scandales liés aux données personnelles » était organisé le 11 juillet, à l’hôtel Burgundy au 6-8 rue Duphot dans le 1er arrondissement à Paris. Laurent Karila, un chercheur en psychiatrie et addictologie à l’Inserm, Frédéric Micheau, le directeur du département Opinions à Opinionway et David Godest, le Président et fondateur de la plateforme de connaissance et marketing Dolmen ont animé cette rencontre.

 

 

Fatalistes les internautes ?

 

Conclusion ? Si une écrasante majorité de Français estiment que leurs données personnelles sont précieuses (92%) et qu'elles doivent être mieux protégées sur internet (93%), selon l’étude publiée par le spécialiste du marketing client local Dolmen, ce sont surtout les plus de 65 ans qui à 99% estiment que ces données doivent être mieux protégées. Pour la majorité des interrogées (54%), ce sont les internautes eux-mêmes qui sont à même de protéger leurs propres données. 32% seulement font confiance pour cela aux pouvoirs publics et 25% aux fournisseurs d'accès à internet. Les banques (22%) ou les GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple, etc.) inspirent beaucoup moins les sondés. Pourtant, seuls 31% des Français sont satisfaits pour le moment des mesures prises par les pouvoirs publics pour protéger leurs données.

 

 

Oui aux amendes fortes, non au démantellement des géants.

 

Ainsi, face aux récents scandales d'utilisation des données personnelles, cités plus haut, les Français envisagent de sensibiliser leurs proches sur ces menaces (65%), de boycotter les applications et sites internet concernés (54%). Tandis que 23% pensent même réduire le temps passé sur internet. Pour empêcher que de nouveaux scandales ne surviennent, les Français prônent des amendes fortes (52%). Seuls 14% demandent carrément le démantèlement des géants d'internet (GAFA).

 

 

Des solutions alternatives existent

 

Pour éviter d’utiliser les navigateurs Google Chrome, Internet Explorer ou Edge de Microsoft et Safari d’Apple, Firefox est une option simple et efficace. Ce logiciel libre est développé par la fondation américaine à but non lucratif Mozilla. Pour mieux se protéger contre les intrusions de « Big Brother », il est possible d’ajouter des modules complémentaires contre la publicité tel uBlock Origin ou contre les cookies comme Privacy Badger. Quitter Google, Yahoo ! ou Search et Bing de Microsoft est possible mais disons-le franchement, les autres moteurs de recherche sur le net ne sont pas aussi efficaces et beaucoup d’entre eux ont signé des partenariats avec les Gafa. Qwant et DuckDuckGo  cherchent toutefois à protéger la vie privée de leurs utilisateurs en ne conservant pas leurs données. L’européen StartPage adresse, quant à lui, vos requêtes à Google en cachant votre adresse IP. C’est mieux que rien…

 

Pour vos courriels, privilégiez des entreprises, comme Net-C  ou ProtonMail qui offrent des services emails chiffrés. Le contenu de vos échanges ne pourra, ainsi, pas être lu par la société elle-même ce qui n’est pas le cas sur Gmail, Hotmail ou Yahoo! Mail. Des solutions existent pour échapper aux Gafa. A vous de les saisir…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR