AccueilETUDESJO 2024 à PARIS : UN POUR TOUS, TOUS POUR UN ?

JO 2024 à Paris : un pour tous, tous pour un ?


Publié le 28/09/2017

Image actu

Quel est l’état d’esprit des Français à l’égard des Jeux Olympiques 2024 ? Couci couça. Et quels sujets les préoccupent ? Beaucoup comme l’aspect financier, l’écologie, les jeux paralympiques ou encore le besoin de changement. Mais d’abord et surtout, les disciplines sportives. Première photographie avec Expert system qui analysé pas moins de 31 000 tweets.

 

Les Jeux Olympiques à Paris en 2024, c’est sûr, c’est acté ! Y a de la joie et vive le sport ! Néanmoins, d’ici là, ils vont faire parler et couler de l’encre, comme en témoignent déjà les remarques et les papiers sur la somme d'un 1, 5 million d'euros dépensée par la délégation française lors de son récent séjour à Lima. Quoi qu’il arrive, il faut les organiser ces jeux et plus que bien. Car pour la France à ce niveau de responsabilités et de représentation internationale, participer est bien plus qu’important. Pour se faire, le soutien dès à présent des Français est essentiel. Quelle perception ont-ils de cette manifestation à venir ? Et par quelles thématiques sont-ils interpellés ? Réponses avec Expert System via sa technologie cognitive Cogito qui a analysé les opinions exprimées par les utilisateurs de Twitter du 5 au 20 septembre 2017 (infographie ci-dessous). Une enquête effectuée à partir d’un échantillon constitué approximativement de 31000 tweets en français associés aux hashtags les plus utilisés autour des JO 2024, comme #jo2024, #Paris2024, #Génération2024, #Jeux2024 #Olympiques2024, #JeuxOlympiques #JeuxOlympiques2024, #NonAuxJO2024, #contrejo2024, #joParis2024, #jo2024Paris. Premier constat : les communicants et tout acteur impliqué dans ce projet vont avoir du boulot. Car si 26% des tweets font preuve d’un enthousiasme certain contre 6% seulement de tweets mettant en avant les aspects négatifs que représente cette aventure, 68% -c’est-à-dire une écrasante majorité- révèlent que les Français ont une opinion plutôt neutre sur le sujet.

 

Un sujet clairement ambivalent, car porté par la beauté du sport mais aussi associé à l’aspect financier et aux désagréments pour les citoyens du pays d’accueil. « Le fait que l’analyse ait été réalisée sur l’ensemble des tweets en français noie sans doute légèrement l’avis des Franciliens, qui auront le plus à subir les inconvénients des grands travaux et de l’afflux de spectateurs durant l’été 2024 », soulignent les auteurs. Heureusement, les « jeux » ont leurs supporters et pas des moindres, aux premiers rangs desquels des personnalités du monde politique, du monde sportif, du CIO et à moindre mesure de journalistes spécialisés dans l’économie du sport. Le top 3, constitué de Emmanuel Macron (7%), Anne Hidalgo (6%), et Tony Estanguet (5%), est suivi, un peu plus loin, de François Hollande, Thomas Bach, Teddy Riner ou encore Wladimir Andreff. Tandis que les arguments en leur faveur ne manquent pas. A commencer par les valeurs positives véhiculées par les sportifs et les disciplines.

 

 

Une dynamique tournée vers l’avenir avec des valeurs positives…


Ce sont les diverses disciplines sportives qui reviennent à plus haute fréquence cumulée dans les tweets du panel, avec plus de 27000 mentions. Plus de 50 sports sont cités dans les tweets, les 3 disciplines les plus mentionnées étant le football, le tennis et le rugby. Les JO et le sport véhiculent des valeurs positives qu’on retrouve à près de 16000 reprises dans les tweets. Certaines ont trait aux épreuves sportives (valeurs, respect, éthique), d’autres s’étendent à la citoyenneté (liberté, égalité, fraternité, solidarité, rencontres).

 

Les Jeux Paralympiques sont des épreuves que les Français sont fiers de supporter (qui plus est avec les 28 médailles remportées aux JO de Rio) : ils sont mentionnés 2332 fois dans les tweets. Les épreuves féminines sont en revanche peu évoquées (1308 apparitions). La question du dopage est soulevée à 262 reprises.

 

La désignation de Paris pour les JO 2024 a suscité un élan de joie et de bonheur sur la twittosphère avec près de 35105 mentions positives. Parmi ce public enflammé, il y a les heureux (bravo - mentionné 1365 fois), les émus (merci, ému) et les patriotes (fierté, drapeau). La joie d’être ensemble revient souvent dans les tweets, l’événement sportif étant perçu comme un vecteur de communion (ensemble, diversité, cohésion).

 

Les tweets regorgent d’expressions qui révèlent l’apparition d’une nouvelle dynamique (1770 mentions) émanant des Jeux (challenges, ambition, engagements). L’esprit positif est clairement présent. Un grand besoin de changement émerge (5921 mentions). Enfin, la notion de jeunesse revient en permanence dans les tweets (plus de 4120 mentions) comme un espoir, en tout cas un souhait affiché par les organisateurs, qui ont créé le comité Génération 2024.

 

L’aspect financier apparaît près de 21731 fois dans ce jeu de tweets tous sujets confondus (budget, dépenses, dettes). Les JO sont perçus à 5192 reprises comme une opportunité (occasion, chance) de développement et de croissance pour la France via son expansion, son engagement écologique avec 16235 mentions, le tourisme et les emplois générés (emploi, travail, jobs).

 

 

… mais un enthousiasme encore mitigé

 

Les anti-JO sont bien présents dans ce panel avec plus de 30042 publications. Ils expriment leur opposition avec le choix de Paris de manière virulente (anti, opposition, lutter, catastrophe, cauchemar, scandale, honte, haine). Ils sont alarmistes et anticipent les points noirs (crise, problème, nuisances, dégâts, tensions).

 

Les anti-JO qui se retrouvent autour des sujets des dépenses de l’état ciblent à la fois la notion d’impôt/taxe (contribuables, fiscalité) à hauteur de 2052 mentions et celle de dette avec 3203 mentions. Sur cette période de temps, l’ouragan Irma, avec 4593 mentions, apporte une nouvelle dimension au sujet financier en termes de priorisation des dépenses de l’état et d’allocation des impôts.

 

D’un autre côté, certains Français laissent apparaître leur stress dans 5244 mentions. Certains s’interrogent, d’autres alertent (attention, urgence, vigilance), d’autres ont peur (inquiète, menace, risques, enfer). Les sujets de stress portent majoritairement sur deux thèmes. Les problèmes de transport/circulation/stationnement engendrés par les travaux autour des infrastructures à construire comptent 5050 mentions (trafic, bouchons, embouteillages). Les questions de sécurité sont légèrement supérieures avec 6319 mentions (sécurité, terrorisme, attentat, violence, attaque)... Les 7 ans à venir ne seront pas de trop pour convaincre même les plus réticents !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR