AccueilLA CONVERSATIONPUBLI-INFO : LE COWORKING AU FéMININ PAR BONNIE&SMILE

Publi-info : le coworking au féminin par Bonnie&Smile


Publié le 01/09/2019

Image actu

Bonnie&Smile c’est d’abord une vision. Celle d’une femme entrepreneure, Adeline Attia, qui au cours de sa trajectoire professionnelle a écouté les attentes des salariés et des dirigeants avant de lancer son propre espace de coworking. Elle manage son entreprise comme elle la pense, en respectant la diversité et le bien-être au travail. Explications.


 

« Ce sont mes clients qui m’ont poussée à faire des études sur la transformation du travail et des modes de collaboration, à l’échelle des villes, des banlieues et dans les immeubles de bureaux. En interviewant des dizaines de salariés, de free lances, de managers des tous âges et de tous milieux, à Paris et en Province, j’ai vite compris que ce que l’on appelle vulgairement le « bien-être au travail » est en fait le socle d’aspirations au « travailler autrement », qui recouvre des aspirations personnelles et professionnelles, dans un contexte sociétal en pleine mutation. Et puis je suis moi-même devenue, avec mes équipes, adepte des tiers lieux et du coworking. C’est donc en tant qu’utilisatrice de ces lieux que j’ai compris qu’il manquait encore des services pour répondre à mes propres besoins de femme entrepreneure. Bonnie&Smile est donc en quelque sorte l’aboutissement de ma trajectoire professionnelle, puisque ce projet me permet de prolonger mon activité prospective dans ce nouveau projet, tout en répondant à l’évolution des aspirations et tendances autour du travail », explique-t-elle, passionnée.

 

 

L’avenir du coworking porté par les femmes

 

Nés dans la Silicon Valley il y a un peu moins de quinze ans, les espaces de coworking sont devenus incontournables dans les grandes métropoles du monde entier. En 5 ans, le nombre d’espaces de coworking a bondi de 785%, rien qu’en Île-de-France . Après l’explosion du phénomène et la multiplication des centres de toutes tailles, le marché français du coworking repose en gros sur 4 grands ensembles d’acteurs : Les opérateurs issus de l’immobilier, les centres d’affaires modernisés, qui s’adressent essentiellement aux Grands Comptes qui souhaitent délocaliser une partie de leurs business units pour un temps plus ou moins long (R&D, services digitaux, Services Clients…) et souvent dans une logique de rétention des jeunes talents. Les Tiers Lieux de l’économie Sociale et Solidaire, qui privilégient le contenu au contenant (le projet est central mais le confort du lieu y est secondaire. Les Incubateurs, largement financés par le Public et le Privé pour rapprocher les Start ups des grandes entreprises et innover différemment : le plus souvent d’énormes usines à Start Ups. Les Indépendants, qui offrent un spectre très large d’espaces mais dont l’état d’esprit, le style est toujours imposé… et quasiment tous créés et dirigés par des hommes. Au total, toujours plus d’utilisateurs de tiers lieux et d’espaces de coworking mais : des besoins qui restent néanmoins tous différents : quoi de commun entre l’attente d’un chef d’entreprise d’une PME, un free-lance dans la communication, une femme de 45 ans en transition professionnelle et un start upper en période d’amorçage ? Une offre qui commence à se standardiser (un peu à l’instar des photos d’appartements sur AirBnB) : pléthore d’annonces, peu d’intégration des usages réels des espaces et des services, relation client très inégale…

 

 

Un lieu inclusif mais pensé et animé par des femmes

 

Selon la fondatrice, Adeline Attia, l’entre soi est le contraire de la diversité . « Aujourd’hui en France, la plupart des espaces de coworking sont encore dirigés par des hommes (blancs), soit issus de grandes écoles, soit acteurs du digital, parfois designers mais qui se ressemblent assez souvent : peu d’intergénérationnel, peu de mixité… Je pense justement qu’il faut casser le syndrome du miroir qui va faire que les gens vont chercher à aller vers une communauté plutôt qu’une autre par peur de se frotter à d’autres » . Mieux : chez Bonnie&Smile, l’espace de travail doit être partagé : chacun.e est différent et doit trouver sa place, introverti.e, extraverti.e, bavard.e, taciturne…Le milieu de travail doit être facile à vivre et intuitif pour chacun.e, au risque de devenir une source d’agacement ou de mal être. D’ailleurs, la tyrannie de la bonne humeur est un leurre ! Pas de happiness manager chez Bonnie&Smile, “it’s OK not to be OK” et on respecte aussi les humeurs des un.es et des autres.

 

 

Pourquoi Powered by women ?

 

Adeline Attia analyse : « les femmes indépendantes et créatrices d’entreprises ont besoin qu’on les aide concrètement, or il n’y a rien de plus efficace que la sororité pour accélérer et transmettre. Les femmes aidées aident plus facilement leurs paires. Il ne s’agit pas de faire « contre » les hommes mais avec eux et parfois comme eux : apprendre certains codes/usages sans les singer, cultiver ses réseaux, porter la voix, « pitcher » haut et fort, demander PLUS d’argent aux banques…Aujourd’hui 30% des entreprises françaises sont créées et dirigées par des femmes ; Les femmes représentent 40% des créateurs de micro entreprises et pourtant on ne les « voit » pas encore. Je crois que nous avons un rôle à jouer dans la féminisation de la sphère sociale, de la transformation des méthodes de travail et dans l’avènement d’un environnement de travail plus inclusif et ouvert à la diversité.

 

 

La diversité, le levier de performance absolue dans l’entreprise.

 

Situé au 1e étage d’un immeuble de bureaux, Bonnie&Smile a noué des partenariats in situ avec le restaurant d’entreprise et Crèches de France, pour répondre à sa mission première qui est de devenir un lieu d’inclusion et de lien avec le quartier et la ville, un « milieu » qui valorise et accompagne les entrepreneuses et entrepreneurs dans leur vie « pro et perso ». Mais Bonnie&Smile, c’est aussi et surtout des services dispensés par des professionnels du coaching et de l’accompagnement à la transformation, dont en particulier : Bonn’Inno : des ateliers d’idéation (brain storming), de Design thinking, d’optimisation de fonctionnement des Comex, de prise de parole en public, de coaching et d’improvisation théâtrale, sans oublier Bonnie & Meet : une programmation régulière avec des conférences et des meet ups adaptés une communauté de vraies personnes.

 

 

 

 

 

L’espace, en chiffres et en images

 

Ouvert en mai 2019, le premier espace Bonnie&Smile est installé sur une surface de 600m2 et est composé de 14 bureaux privatifs, de 12 open desks, de 3 salles de réunion high tech équipées d’un système de visioconférence et d’une grande salle de créativité.

L’offre nomade est à 450€HT/mois et les bureaux fermés vont de 1200 à 3000€HT.

Une offre Premium permet d’accéder à des services supplémentaires (dont la programmation) pour les résidents et les non-résidents désireux d’être membres.

Enfin, une offre a été spécialement conçue pour les femmes indépendantes, artistes ou free lance : un poste nomade pour 12 jours et l’accès à nos meet ups et autres animations pour 250€HT/mois

 

 

 

 

 

 

 

Un état d’esprit et une ambiance fondés sur l’humour et l’autodérision. Garder un esprit libre, c’est savoir se jouer des convenances et des a priori. Ne pas se prendre au sérieux aide à entrer en relation avec les autres. La signalétique de Bonnie&Smile est axée sur le visage humain…

 

Un lieu chaleureux et très incarné

 

Des couleurs chaudes, de la lumière, de la transparence, une aisance de circulation.

Un mobilier adaptable et modulable par chacun, pour toujours plus d’échange et de dialogue

 

 

La campagne de lancement

 

Illustrer le bénéfice central de Bonnie&Smile : travailler en toute liberté en ayant accès à une palette de services pro et perso, particulièrement utiles aux femmes entrepreneures et aux PME

 

« ALLINONEPLACE », la campagne de Bug Agency

 

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR