AccueilTENDANCESUN éLAN DIGITAL POUR DéPOUSSIéRER LES FORMATIONS

Un élan digital pour dépoussiérer les formations


Publié le 24/06/2019

Image actu

« Advertising next generation », telle est la nouvelle signature de l’ESP, qui formule l’ambition de former les nouveaux professionnels de la communication, prêts à intégrer nativement dans leurs pratiques la révolution technologique et culturelle du digital. Demain n’est plus si loin. 

 


Si vous poussez les portes d’une agence de pub lambda et que vous demandez à ses forces vives de plus de 50 ans « quelles études vous ont mené à votre poste ? », vous récolterez des réponses aussi diverses que Droit du Travail, Architecture, Littérature comparée, voir les Beaux Arts pour les deux créas du fond de l’open space. Mais pourquoi tant d’éclitisime académique, me demanderez vous ? Le goût pour la communication leur serait-il tombé dessus comme la présidence sur les épaules de Donald ?? Bien sur que non. La simple vérité est que la plupart des formations spécialisés ont attendu les années 80 pour émerger. Une époque où il fallait encore jouer des coudes pour se faire entendre dans un secteur encore balbutiant médiatiquement parlant. 

 

 

cursus adaptés aux réalités du marché.

 

« Les temps changent », rappait MC Solaar, et difficile de le contredire. Selon le baromètre Emploi des métiers marketing et communication, réalisé par l'Obervatoire Com Media, la filière de la communication en France générait au second trimestre 2017 un chiffre d’affaires de 34,2 milliards d’euros et comptait 159 710 salariés répartis entre 41 365 entreprises. Un autre indicateur de taille : sur le territoire national au cours de l’année 2017, le nombre d’embauches prévues s’est accru fortement de 30% -CDI et CDD concentrent à eux seuls près de 70% des contrats proposés-. Vous-vous doutez bien que pour en arriver à ce développement entrepreneurial, il a bien fallu que les formations académiques se mettent au diapason et proposer des cursus adaptés aux réalités du marché. Plus besoin de se perdre dans un Master d’Histoire Médiévale pour apprendre à dresser des recos stratégiques. Encore mieux, certaines écoles sortent la tête du guidon et se prennent à anticiper. 

 

 

Accompagner la transformation digitale 

 

Créée en 1927, l’ESP -l’École Supérieure de Publicité- fait figure de pionnière. En pleine restructuration du paysage des agences, les taux d’insertion professionnelle de ses étudiants sont toujours aussi prometteurs -92% des étudiants sont embauchés dans l’année de leur diplôme, pour un salaire moyen de 32 k€ annuels-, notamment portés par l’économie numérique et la digitalisation des agences média. Afin d’accompagner cette tendance de fond, l’ESP donne un coup d’accélérateur numérique à l’ensemble de ses formations, avec l’intégration de disciplines liées à ces nouveaux usages, la découverte des suites logicielles utilisées en agence, et la multiplication de « projets experts » en partenariat avec des annonceurs. 

 

 

 

 

Trois nouveaux parcours de Mastères sont notamment créés : le Mastère 1 Digital advertising et media planning et Mastère 2 Media Strategies, pour proposer aux agences et régies des profils média ayant une forte expertise digitale; le Mastère Direction artistique et digital design, pour former les créatifs aux codes et usages propres au digital; et enfin le Mastère 1 Concept, digital content et Planning stratégique et mastère 2 Brand strategy, pour accompagner les marques dans leur stratégie de brand content 360. Cette ambition d’accompagner la transformation du secteur et de former la nouvelle génération de communicants s’incarne autour d’une nouvelle identité pour l’ESP avec pour signature : « Advertising next generation ». 

 


Une nouvelle tête pensante 

 

A la tête de l’Ecole Supérieure du Digital depuis un an, Pierre-Edouard Schmitt élargit ses fonctions et prend la direction de l’ESP Paris. Ce jeune à la trentaine révolue a notamment créé et dirigé pendant 9 ans l’IESA multimédia avant de rejoindre AD Education et son école dédiée aux formations numériques. Pour Mélanie Viala, directrice générale des ESD et ESP, « son expertise digitale, sa connaissance des acteurs du marketing et de la publicité et son expérience éprouvée en matière d’innovation pédagogique sont de véritables atouts pour concrétiser notre ambition. En tant que directeur des 2 campus ESD et ESP, il pourra également créer des synergies et des passerelles intelligentes entre la communication et le digital, pour le plus grand bénéfice de nos étudiants ».

 

 

Cap sur la Garonne

 

Signe fort de son nouvel élan, l’ESP s’installe à Bordeaux à la rentrée. Déjà présente à Paris et Lyon, l’école fait le choix d’une ville en plein essor économique, et qui attire de plus en plus d’entreprises en recherche de talents en marketing et en communication digitale. L’ESP Bordeaux pourra compter sur l’ESD Bordeaux et son solide réseau d’entreprises partenaires. Dans la communication plus que n’importe ou ailleurs, la synergie fait la force.

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR