AccueilRéPUTATIONL'éPICERIE REMPLIE DE PRODUITS DONT AUCUN DISTRIBUTEUR NE VEUT

L'épicerie remplie de produits dont aucun distributeur ne veut


Publié le 28/05/2018

Image actu

La nouvelle enseigne « Nous » située près de Rennes vend à prix cassés des articles refusés par la grande distribution. Un concept qui doit faire ses preuves…

 

 

Le concept est osé et plutôt dans l’air du temps : vendre à prix cassés des articles refusés par la grande distribution. Inauguré le 4 mai à deux pas d’un Super U dans la commune de Melesse près de Rennes, Nous est un magasin qui propose tous les produits que les supermarchés traditionnels ne veulent pas. Un emballage abimé ou qui présente une erreur d’information, un délai légal de consommation trop court, des petits défauts physiques, un retard de livraison dans la grande surface où il devait être livré, un article remplacé par une nouvelle référence… Tous ces produits se retrouvent dans les rayons de Nous…

 

Imaginée par deux Parisiens, Charles Lottmann et Vincent Justin, cette enseigne est le fruit d’un triste bilan : chaque année, dix millions de tonnes de nourriture sont jetées en France. Près de 10% de la production est écartée des réseaux conventionnels de distribution alors qu’il s’agit de produits parfaitement consommables. Le gaspillage est également responsable de 3% de l’ensemble des émissions carbone dans l’hexagone, un chiffre cinq fois supérieur à celui du trafic aérien intérieur. Face à ce constat, Nous est né.

 

 

Une économie mensuelle de 200 euros pour une famille

 

Cet ancien étudiant de l’Essec qui a travaillé dans la finance s’est ensuite spécialisé dans le développement durable en rejoignant les Gueules cassées. « C’est une initiative qui a été lancée pour ne plus jeter tous les fruits et légumes considérés comme mal calibrés par les grandes surfaces », expliquait l’entrepreneur dans un entretien accordé au quotidien régional Ouest France « J’ai beaucoup parlé avec les producteurs, les distributeurs, les fabricants. J’ai dû en rencontrer plus de 500 dans toute la France. Je me suis rendu compte que des millions de produits alimentaires étaient mis à la poubelle alors qu’ils sont bons à la consommation ».

 

Pour autant, l’enseigne qu’il a créée n’est pas une association caritative. Son objectif est clairement de dégager des bénéfices. L’épicerie rachète les articles aux producteurs à 70 % de leur prix initial et les revend en magasin 30 % moins cher qu’en supermarché. Le modèle est gagnant-gagnant-gagnant. Les agriculteurs et les industriels dégagent des recettes sur des articles qui devaient passer à la poubelle. Les consommateurs achètent des produits irréprochables à prix cassés. Une famille de quatre personnes pourrait ainsi économiser près de 200 euros par mois en faisant ses courses chez Nous. Le distributeur compte, lui, dégager des profits en vendant des références dont personne ne veut.

 

 

La Bretagne, un choix logique

 

Le choix d’ouvrir le premier magasin près de Rennes n’est pas innocent. « La Bretagne est la première région agricole et agroalimentaire », précise Charles Lottmann « Des études sociologiques démontrent que les Bretons sont particulièrement sensibles au développement durable et à la lutte contre le gaspillage. Melesse est juste à côté de Rennes, c’est une commune qui a des actions fortes pour atteindre zéro déchet. On s’implante près d’autres commerçants car nous sommes complémentaires ». 

 

L’enseigne dépend toutefois de la bonne volonté de ses fournisseurs « C’est vrai qu’il y a beaucoup d’aléas », reconnaît le jeune start-upper dans un entretien accordé au Télégramme. « Ce qui est important pour maintenir l’offre, c’est d’avoir suffisamment de contacts ». L’homme d’affaires en a, pour l’instant, 150. Son ambition est d’inaugurer dans les prochains mois deux autres magasins en Bretagne. A terme, Nous souhaite devenir une franchise dans l’ouest de la France, même s le succès de cette initiative n’est toutefois pas garanti.

 

 

D’autres s’y sont déjà cassés les dents

 

L’idée de vendre aux consommateurs des produits refusés par les distributeurs n’est pas nouvelle. Les Gueules cassées a sauvé du gaspillage des milliers de tonnes de fruits et légumes ainsi que des camemberts et des céréales « moches ». Plus de 12 millions de produits ont été étiquetés avec son logo qui montre une pomme édentée et 5000 points de vente se sont connectés à son réseau. De grandes chaînes de distribution se sont également lancées dans cette « aventure ». Après le succès des opérations « fruits et légumes moches » et « biscuits moches », Intermarché a proposé, du 25 octobre au 6 novembre 2016, dans ses 1 800 magasins des « légumes moches en conserve » vendus 30 % moins cher. Carrefour a, lui, développé en partenariat avec les Gueules cassées  via la gamme « Tous AntiGaspi » qui comprend cinq produits (du camembert, des céréales, du pomelo à jus, des mini saucissons secs et de la viande séchée).

 

Ces initiatives restent toutefois assez limitées. Les distributeurs sont en effet assez réticents à vendre des produits qui dégagent moins de marges que leurs références habituelles mais si la demande était forte, ils ne se priveraient pas de la satisfaire en proposant une gamme plus large d’articles vilains mais savoureux. A la nouvelle enseigne, Nous ,de prouver que les consommateurs sont plus attachés au goût qu’au paraître…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI


 


Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR