AccueilLE RAPPORT INFLUENCIA / DAGOBERTL'ENGAGEMENT, UN « CONTRAT MORAL » ENTRE L'ENTREPRISE ET SES SALARIéS

L'engagement, un « contrat moral » entre l'entreprise et ses salariés


Publié le 08/01/2017

Image actu

Dans un contexte économique difficile, où les crises sociales se multiplient, l’engagement des salariés est un sujet capital pour les dirigeants d’entreprise. C’est même un enjeu stratégique pour trouver et conserver les talents.

 

L’engagement des salariés, au cœur des débats depuis quelques années, peut apparaître comme un nouvel effet de mode dont s’emparent les entreprises. Pourtant, cette notion dépasse de loin les concepts de satisfaction, de motivation ou de bien-être au travail en posant les bases d’un contrat moral entre l’entreprise et ses salariés : elle lie la réussite de l’entreprise à la réussite du salarié et réciproquement. Dès lors, l’enjeu de l’engagement des salariés devient évident et se pose la question des leviers d’engagement.

 

Il n’existe pas de formule magique pour engager ses salariés et les leviers sont multiples : bien-être des collaborateurs, réalisme des objectifs ou encore valeurs de l’entreprise… Toutefois, si ces leviers sont tout à fait pertinents, ils font l’impasse sur l’essence même de l’engagement du salarié : le contrat moral entre l’entreprise et ses salariés, le lien qui les unit. Trois leviers fondamentaux d’engagement émergent :

 

- le sens de la tâche : selon 44% des salariés, le sentiment d’utilité de leur travail a été leur principale source d’engagement professionnel au cours de l’année écoulée (Enquête Opinionway – décembre 2015)

 

- la reconnaissance du travail : il s’agit là du pendant de l’utilité. Le travail du salarié est utile à l’entreprise et l’entreprise doit le reconnaître. Cela pose naturellement en filigrane la question des leviers de la reconnaissance qui ne sont pas forcément d’ordre financier, même s’il s’agit d’une revendication fréquente.

 

- les perspectives : le lien entre une entreprise et ses salariés est d’autant plus fort qu’il s’inscrit dans la durée. Pour cela, ils doivent partager un projet commun et des perspectives de développement, pour les salariés, comme pour l’entreprise. Cela va dans le sens de l’entretien de professionnalisation consacré aux perspectives d’évolution du salarié, récemment rendu obligatoire pour les entreprises.

 

 

L’engagement des salariés prend une dimension nouvelle dans un monde professionnel mondialisé et digitalisé, où ils peuvent exposer leurs compétences et qualités acquises dans l’entreprise. La concurrence accrue des talents fait dès lors de l’engagement un enjeu encore plus stratégique pour les entreprises, pour conserver les talents... et en trouver.

 

Article extrait du rapport INfluencia x Dagobert sur les marques qui comptent

 


Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR