AccueilA NE PAS MANQUERDANS LES COULISSES DU VOCABULAIRE BRANDTECH

Dans les coulisses du vocabulaire brandtech


Publié le 28/08/2018

Image actu

Pour que les mots tech n’aient plus aucun secret à qui veut parler couramment digital, le groupe de communication Fifty-Five a édité Brandtech.WTF, son glossaire nuancier qui décrypte ce jargon parfois si abscons qu'on en rit (jaune). Bonne rentrée.

 


On le sait, les secteurs de la communication et par extension du marketing ont leur jargon mêlant à qui mieux mieux anglicismes, sigles, acronymes, néologismes. Le monde du digital n’y échappe pas. Et parfois on en perd son français et même son franglais mais souvent on hésite à poser la question sur l’exact sens de tel ou tel terme technologique qui nous échappe de peur de passer pour un has been… Mais en fait, il ne faut pas ! Car non seulement le ridicule ne tue pas (et en l’occurrence il n’y a aucune raison) mais en plus les expressions émergent tellement de plus en plus rapidement au rythme des innovations techs et donc des outils ou méthodes qui les accompagnent, que même les plus érudits en geek langage peuvent s'y perdre.

 

Alors pour décrypter cette nomenclature brandtech, le groupe de data communication, Fifty-Five, a créé son glossaire alphabétique façon la collection Les Incollables. Intitulé Brandtech.WTF, cet objet utilitaire permet en plus de 60 fiches pratiques recto/verso, à n’importe quel pro du secteur ou non, d’apprendre ou de réviser l’exacte définition de termes en tout genre. A vous les deep learning, CMS, Data lake, capping, churn et autres lookback, window martech, POEM, NATU, SSP, ou encore Walled garden… sachant que pour chacun, des synonymes ou des mots liés complètent l’explication. Un outil loin d’être décoratif, et qui est d’autant plus pratique qu’il est aussi disponible sur le site du groupe.

 

 

Un décryptage façon collection Les Incollables

 

Un outil bien utile en cette rentrée mais qui pourrait aussi donner à certain.e.s facétieux ou extra lucides des idées de détournement ludiques et créatifs de ce « précieux » vocabulaire, comme c’est déjà le cas dans la publicité qui crée des formules alambiquées ou s’empare depuis longtemps de mots d’un autre univers pour exprimer une idée, une philosophie, un positionnement. Qui aujourd’hui ne disrupte pas ? Qui ne pense pas millennials, activation, BtoR, avatar, holistique, drive to store ou retail... Un mélange imagé et systématique débouchant parfois sur des conversations hallucinantes confinant au grotesques que seul.e.s les initié.e.s peuvent comprendre mais qui à entendre font sourire tant leur sens pourrait sembler vide.

 

Beaucoup s’en amusent d’ailleurs, comme les Nuls ou les Inconnus dans leurs sketches mémorables. Mais aussi d'une autre façon à l’instar de l’agence We are Social, suffisamment consciente pour s’auto critiquer et dont les équipes, cet hiver, ont détourné ces expressions « pubardes » pour en faire des titres d’albums de groupes de musique et les publier sur son Instagram. Ainsi sur la douzaine de pochettes de vinyles aussi inventives que créatives, esthétiques et en quand même informatives, on peut craquer pour : « Call to Action », « Chemistry meeting », « No Broadcast », « Empowerment », « BtoBtoC », « Reason to Believ », « Digital Mums » ou encore « FMCG ». L’occasion pour l’agence de faire un peu de formation à travers une note explicative débridée pour chacune des pochettes. Comme celle-ci pour « Empowerment » : « Un disque qui vous fait oublier la ligne 13, le RER B ou la porte de Bagnolet ! À écouter avant d’aller bosser ! Le terme « empowerment » fait référence aux mesures mises en place pour augmenter le degré d’autonomie et d'autodétermination des personnes et des communautés, afin que ceux-ci puissent représenter leurs intérêts d’une manière responsable et qu’ils agissent sous leur propre autorité. C’est un processus qui consiste à prendre confiance en soi, dans la manière de contrôler sa propre vie et aspirer à ses droits. L’empowerment en tant qu’actionfait référence au processus de valorisation de soi, ainsi qu’au support professionnel de personnes, qui vise à combattre leur sentiment d’impuissance et leur manque d’influence, à reconnaître et utiliser leurs ressources ». Inspirant et formateur à n’en pas douter !

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR