AccueilA NE PAS MANQUER« LA CHINE EST LE PREMIER MARCHé DE E-COMMERCE AU MONDE »

« La Chine est le premier marché de e-commerce au monde »


Publié le 12/12/2018

Image actu

Arrivé en France en 2015, Alibaba accompagne les marques françaises dans leur développement en Chine. Sébastien Badault Directeur Général d'Alibaba France évoquera ses nouveaux développements lors du Club Edouard VII*, le vendredi 21 décembre prochain.

 

 

IN : Alibaba en France, c’est quoi ? Quelles sont vos activités ? Quelles sont ses ambitions?

 

Sébastien Badault : nous avons ouvert nos bureaux en France en 2015, dans le cadre de l’internationalisation du groupe Alibaba. Notre mission en tant que groupe est de faciliter les échanges partout dans le monde. Pour cela, en France, nous avons trois activités principales. D’abord, l’accompagnement des marques françaises dans leur entrée sur le marché chinois, pour augmenter la part des produits français vendus sur nos plateformes qui comptent plus de 600 millions d’acheteurs actifs par an. Ensuite, la facilitation du séjour des touristes chinois en France : grâce à notre plateforme de voyages Fliggy qui leur permet de réserver (vol, hôtel, activités…) en amont, mais aussi à travers le déploiement de notre solution de paiement Alipay dans un nombre croissant de commerces. Cela leur permet de faire des achats de manière sécurisée, sans devoir se soucier des taux de change ou de voyager avec beaucoup d’argent liquide. Enfin, nous développons nos activités Cloud.

 

 

IN : que faites-vous pour les marques françaises ?

 

S.B : Alibaba est un partenaire de confiance pour les marques françaises souhaitant vendre en Chine. Elles choisissent de travailler avec nous car nous pouvons les accompagner dans leur pénétration du marché chinois en mettant à leur disposition tout notre écosystème technologique. L’accès à ce marché n’est pas toujours facile : barrière de la langue, différences culturelles, régulation locale, douanes, licences, etc. Or, la Chine représente un potentiel de croissance énorme pour les entreprises françaises. Il s’agit du premier marché de e-commerce au monde, et cette tendance va se maintenir puisque de plus en plus de Chinois auront accès à Internet. Ce que nous faisons donc, c’est d’abord de les aider dans leur démarche en leur faisant rencontrer des partenaires locaux fiables, nos Tmall Partners. Ces derniers peuvent venir en soutien des marques dans leurs besoins logistiques, de traduction, marketing, gestion de leur boutique Tmall, etc.

 

La deuxième chose, et la plus importante, c’est que nous les aidons à comprendre les consommateurs chinois, qui ont des attentes et des besoins spécifiques. Grâce à la data, nous avons accès à des insights sur leurs comportements d’achat, préférences, tendances futures…ce qui est un atout considérable pour les marques.

 

Il faut savoir que les marques françaises jouissent d’une belle réputation et leurs produits rencontrent une popularité incomparable auprès des consommateurs chinois. Mais notre accompagnement permet une pénétration réussie et plus rapide de ce marché complexe. Aujourd’hui, plus de 300 marques françaises vendent déjà sur nos plateformes.

 

 

IN : quels sont les points de différenciation d’Alibaba sur le plan mondial ?

 

SB : la principale force d’Alibaba vient, je pense, de son écosystème très complet. Nous avons des plateformes e-commerce B2B et B2C telles que Alibaba.com ou Tmall, des activités dans le Cloud, dans la logistique avec Cainiao, les services de paiement avec Alipay, la vidéo avec Youku, les voyages avec Fliggy, et même des magasins physiques avec par exemple les supermarchés Hema.

 

Nos interactions avec les consommateurs dans tous ces points de contact nous permettent de comprendre leurs attentes et besoins, grâce à la data que nous collectons et aux insights que nous partageons avec nos partenaires. Cette compréhension unique du marché nous permet aussi d’anticiper les besoins futurs. Et pour rester toujours à la pointe de l’innovation, nous réalisons beaucoup d’investissements en technologie et R&D.

 

 

IN : Vous avez lancé récemment une plateforme dédiée au luxe. Où en êtes-vous ?

 

S.B : les nouveaux consommateurs chinois, jeunes, sophistiqués et avec un pouvoir d’achat croissant, se tournent naturellement de plus en plus vers les produits de qualité. En 2017, les Chinois ont dépensé 18 milliards d’euros en produits de luxe, mais la plupart de ces achats ont été réalisés à l’étranger. Il y a donc une opportunité pour développer le commerce de luxe au sein du pays, en rendant ce type de produits disponibles.

 

 

(*) Club créé en 2009 par deux entrepreneurs, Bruno Ennochi et Stéphane Attal, qui réunit aujourd’hui 1000 dirigeants de PME. INfluencia en est partenaire. Le principe est simple : une adhésion annuelle de 700 € HT pour participer aux petits déjeuners/débats mensuels avec une personne de son choix et l'accès aux autres activités du club. Prochain rnez-vous: Gilles Babinet le 16 janvier 2019.

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR