AccueilMEDIAFACEBOOK PEUT-IL ANTICIPER LES RéSULTATS D'UNE éLECTION PRéSIDENTIELLE ?

Facebook peut-il anticiper les résultats d'une élection présidentielle ?


Publié le 21/02/2016

Image actu

 

Et si le suffrage universel se faisait sur le réseau social, qui serait élu président ? Un site d’analyse politique américain répond au sujet de la campagne aux Etats-Unis. Cela nous a donné envie de faire pareil en France...

 

Facebook ce n’est pas la vraie vie ? Ne nous dites nous pas que c’est pas vrai ! Le citoyen connecté aurait donc une existence virtuelle parallèle, forcément plus enviable, plus aguichante, plus grisante ? Merci pour l’info... Ironie mise à part, cette vie « facebookienne » est souvent beaucoup plus lissée, en tout cas pour les utilisateurs qui, vous connaissez le refrain, ne parlent pas de politique sur Facebook. Si le réseau social héberge autant d’invectives et de propagandes vulgaires que Twitter, il constitue aujourd’hui une plate-forme primordiale de relais et de soutien lors d'une campagne électorale.

 

Et si le suffrage universel se déroulait sur Facebook, qui serait élu président ? Aux Etats-Unis, le site d’analyse politique FiveThirtyEight livre la réponse. Si vous devinez l’élu(e) avant de lire les prochains paragraphes, nous vous envoyons un tee-shirt dédidacé par la rédaction. C’est en publiant une carte interactive détaillant le nombre de « like » de chaque candidat Républicain et Démocrate sur tout le territoire état par état, que FiveThirtyEight peut élire le prochain président Facebook des Etats-Unis. Si vous avez suivi le phénomène social, Bernie Sanders, qui, au même stade de sa campagne, a récolté plus de dons individuels que Barack Obama en 2008, vous ne serez pas surpris d’apprendre que le « socialiste » du Vermont est trois fois plus « liké » qu’Hillary Clinton.

 

En face chez le Grand Old Party, si Donald Trump amasse plus de pouces levés que Ted Cruz et Marco Rubio réunis, c’est Ben Carson, pourtant épinglé comme celui qui porte bonnet d'âne, qui dépasse le benêt milliardaire. Arrivé bon dernier (2,7%) de la première primaire Républicaine dans le New Hampshire -l’Iowa étant un caucus- le neurochirurgien afro-américain serait même élu président avec 26% si les « like » Facebook remplaçaient les urnes. Il devancerait Sanders et Trump, ex-aequo avec 23%, Ted Cruz arrivant quatrième. Les très faibles 8% d’Hillary Clinton prouvent que l’ex-Première dame et Secrétaire d’Etat doit revoir sa stratégie Facebook. Un peu moins ridicule dans le New Hampshire, Jeb Bush l’est complètement dans ce classement avec seulement 1% des « like ».

 

 

Facebook, une urne sociale représentative ?

 

Bon évidemment, si ces résultats sont amusants et dépeignent quand même une certaine réalité de la popularité sociale des candidats, Facebook n’étant pas la vraie vie, un « like » n’est pas un vrai vote. « Selon le Pew Research Center, 58% des adultes américains utilisent Facebook mais ils ne sont pas représentatifs du pays. Ce sont des internautes globalement jeunes, féminins et à bas revenus. De plus, il faut prendre en compte que toutes les pages des candidats n’ont pas été ouvertes en même temps et que chaque utilisateur ne « like » pas forcément un candidat », commentent Matthew Conlen et Reuben Fischer-Baum, chercheurs chez FiveThirtyEight. Quid de la France pour les présidentielles 2017, si le même vote était établi ? La réponse se trouve sur le site Elus 2.0 qui, chaque jour, publie les classements des élus politiques sur Facebook et Twitter. Sur le premier réseau social mondial, s’il n’est pas encore officiellement candidat, c’est Nicolas Sarkozy qui serait élu. Au 8 février 2016, le patron de Les Républicains restait l’homme politique le plus suivi sur Facebook.

 

 

Mélenchon et Yade, le duo inattendu

 

Au second tour, l’ancien président l’emporterait devant Marine Le Pen, qui avec 939 761 suiveurs le talonne . Le locataire actuel de l’Elysée, François Hollande, arriverait troisième au premier tour (813 090) si, bien sûr, il était candidat à sa succession. Le reste du top 10 comporte beaucoup de surprises : Rama Yade est 6ème, Marion Maréchal-Le Pen 4ème, Christine Lagarde 10ème et la ministre démissionnaire, Christine Taubira, 8ème, juste derrière Najat Vallaud-Belkacem. Alain Juppé et François Fillon ne sont que 14 et 15èmes, loin derrière Jean-Luc Mélenchon, 5ème, mais devant le revenant, Jean-François Copé. Le premier écolo est Eva Joly, 24ème.

 

 

The Facebook Primary : where 2016 presidential candidates are winning the battle for likes

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR