AccueilIMAGELA FORCE D'UN COLLECTIF ARTISTIQUE, MUSéAL ET COMMUNICANT

La force d'un collectif artistique, muséal et communicant

IMAGE avec IMAGE

Publié le 30/11/2018

Image actu

240 réalisations artistiques réunies en une fresque de 9,60 mètres par 4 mètres de haut. Rien de moins pour l’Institut du Monde Arabe qui célèbre ses 30 ans. Un projet grandiose en écho à sa façade et en 3 actes. L’ultime étape révèle toute sa créativité, sa diversité et son humanité.

 

 

Ce 28 novembre, a eu lieu à l’Institut du monde arabe le dévoilement du 3ème et dernier volet de « Un œil ouvert sur le monde arabe » -les 1er et 2ème volets ayant été dévoilés en mai et octobre 2018-, offrant ainsi un magnifique final à cette œuvre évolutive et collective initiée à l’occasion des trente ans du musée, il y a tout juste un an. Un final certes mais qui marque avant tout un début puisque jusqu’au 6 janvier 2019, tout visiteur pourra la découvrir et en apprécier les détails et le cheminement humain et créatif.

 

Conçue sur une idée originale de l’agence FF Paris, cette installation grandiose -9,60 m de large sur 4 m de haut- est composée de 240 œuvres réalisées chacune par un artiste différent, en résonance avec les 240 moucharabiehs de la célèbre façade du bâtiment de Jean Nouvel et Architecture-Studio.

 

 

33 pays du monde arabe pour une oeuvre unique et plurielle

 

Une oeuvre totalement plurielle et captivante car sa particularité est de s’inspirer du procédé du cadavre exquis initié par les surréalistes, chaque artiste ayant travaillé « à l’aveugle » avec pour seul guide les bords des œuvres juxtaposées à la sienne.

 

Une oeuvre plurielle mais aussi unique car créée par 240 artistes aux univers différents et aux techniques artistiques diverses -peintures, photographies, sculptures, dessins, calligraphies, collages... En plus d’être une prouesse artistique, « Un œil ouvert sur le monde arabe », est bel et bien un manifeste de la diversité et de la pluralité, maîtres mots de la politique culturelle de l’IMA. L’opération a en effet rassemblé des artistes de tous horizons, confirmés et en devenir, originaires de 33 pays différents. Une cohabitation artistique tous azimuts et « challengeante » mais au concept made in France, constituant une magnifique et émouvante première dans le monde de l’art. Tout en constituant pour l'agence de communication, son initiatrice, engouement, cohésion et fierté. Un jackpot total et mérité pour un pari gonflé et visionnaire ! 

 

 

Découvrir, comprendre et ressentir une oeuvre pour décrocher et s’ouvrir

 

Une expérience muséale qui en plus d’être culturelle peut apaiser bien des tensions an apportant une lecture artistique bien qu’engagée au monde d’aujourd’hui. Une expérience qui pourrait tout à fait s’inscrire dans un autre type de parcours tel que celui de Médecins francophones du Canada (MFDC) et du Musée des Beaux Arts de Montréal qui propose déjà un atelier avec un thérapeute et une salle de consultation médicale, tout en menant des essais cliniques pour mesurer l’impact de l’art sur la santé (Alzheimer, cancers, troubles alimentaires, épilepsie…). Lancée depuis début novembre et pour un an, cette initiative permet aux médecins membres de l’association de prescrire à 50 de leurs patients -seuls ou accompagnés- des visites gratuites au musée. Objectif : « faire oublier souffrances et anxiétés, comme lorsqu’on pratique une discipline physique ».

 

Car ces sorties culturelles font augmenter le taux de cortisol et de sérotonine des patients comme le souligne Hélène Boyer, médecin et VP de MFDC lors de la présentation : « Nous sécrétons des hormones lorsque nous visitons un musée et elles sont responsables de notre bien-être. (…). C’est efficace pour les problèmes de santé mentale mais aussi pour les diabétiques, les malades en soins palliatifs et ceux atteints de maladies chroniques ». Un constat confirmé par de plus en plus d’études selon lesquelles poursuit-elle : « le contact avec une œuvre d’art à un réel impact positif sur l’état de santé mental et physique de la population ». Sans compter que c’est une saine alternative aux tensions inhérentes aux écrans numériques et au monde du travail. Reste plus à la France -un peu à la traine dans ce registre que ce soit dans les secteurs public et privé- qu’à agréger ce projet d’art-thérapie, il n’y aurait rien de plus contemporain.

 

 

Réalisation en direct de la dernière oeuvre

 

 

 

L'oeuvre finalisée avec les 240 artistes 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR