AccueilETUDESLES TRENDSETTERS VEULENT LE BEURRE ET L’ARGENT DU BEURRE

Les trendsetters veulent le beurre et l’argent du beurre


Publié le 28/06/2018

Image actu

L’étude annuelle d’Ipsos montre que les tendanceurs ont retrouvé cette année leur optimisme perdu. Cette confiance en l’avenir pourrait, toutefois, ne pas durer bien longtemps…

 

 

Mais, à part ça, Madame la Marquise… Les trendsetters ont longtemps eu le moral dans les chaussettes. Mais ils semblent aujourd’hui s’être décidés à regarder le verre à moitié plein et non plus à moitié vide. Cet optimiste débordant pourrait, pourtant, être de courte durée…

 

Chaque année, l’institut Ipsos interroge des trendsetters dans plusieurs pays (États-Unis, France, Grande Bretagne, Japon, Suède et Argentine) pour détecter les changements de modes de vie et de consommation. Ces enquêtes, qui existent depuis 1997, sont effectuées à partir d’entretiens de tendanceurs, d’interviews d’experts, de veille internationale, de web listening et d’une synthèse des enquêtes publiées par ce spécialiste des études en France. Cette année, Trend Obs a constaté une véritable évolution, pour ne pas dire une révolution, dans le comportement des personnes interrogées…

 

 

 Ras le bol du défaitisme

 

« Depuis plusieurs années, le monde était décrit comme sombre et chaotique mais on commence désormais à entendre un ton nettement plus optimiste », constate Thibaut Nguyen, directeur Tendances et Prospective chez Ipsos « Il y a tout juste 18 mois, on constatait une volonté de fuite pour échapper à l’absurdité du monde dans lequel nous vivons. Mais nous percevons aujourd’hui une véritable envie de croire que le meilleur est possible. Les trendsetters cherchent les signes positifs qui les entourent en occultant les mauvais côtés qui existent toujours. Ils en ont raz le bol d’être défaitistes ».

 

Ressentis ou imaginés, certains signes encourageants incitent les tendanceurs à mettre de côté le chaos pour faire émerger un monde plus simple, plus lisible, où l’on peut recommencer à avancer. Les prémisses d’une reprise économique, la technologie positivée et plus encadrée ainsi que les initiatives militantes et humanistes viennent nourrir leur besoin de croire à un avenir enfin positif. Les trendsetters sont aussi persuadés que la technologie va permettre de créer un monde meilleur. « Le nouveau bonheur se trouverait-il dans une tradition 2.0, où amour, charité et réussite graviteraient dans un monde d’intelligence artificielle ? », se demande même Ipsos… Tout n’est pas si simple.

 

 

Vive la tech…

 

Les personnes interrogées « positivent à mort le contact humain mais elles accordent dans le même temps une importance énorme à la tech », s’étonne Thibaut Nguyen « Elles souhaitent un peu le beurre et l’argent du beurre. Elles savent que rester connecté tout le temps est dangereux mais elles pensent compenser ce risque en faisant des mots croisés deux minutes par jour. Elles connaissent les risques de subir un burn-out mais elles estiment pouvoir y échapper en faisant cinq minutes de yoga pendant la journée ». Cette logique ne vous rappelle rien ?

 

« L’idée du « en même temps » développée par Emmanuel Macron séduit beaucoup de trendsetters », résume Thibaut Nguyen « Le nom du président français a d’ailleurs été cité par plusieurs personnes que nous avons interrogées à l’étranger notamment ». Vouloir tout et son contraire peut toutefois conduire à de sérieuses déconvenues. Se concentrer sur le verre à moitié plein est louable mais dangereux. Les lendemains de fête sont souvent synonymes de violents maux de tête. L’optimisme retrouvé des tendanceurs pourrait ainsi être précaire. « Il y a 50% de méthode Coué dans leur raisonnement », tranche le directeur Tendances et Prospective chez Ipsos « Je ne suis, en conséquence, pas persuadé que la tendance actuelle va durer. Une de mes hypothèses est que les trendsetters risquent de se faire rattraper par la réalité. Ils occultent aujourd’hui des problèmes qui vont finir par resurgir. Tout cela est extrêmement fragile ». À suivre… 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR