AccueilETUDESRéSEAUX SOCIAUX : CES PEURS QUI FONT RéAGIR LES INTERNAUTES

Réseaux sociaux : ces peurs qui font réagir les internautes


Publié le 16/06/2015

Image actu

 

Quelles sont les plus grandes frayeurs des internautes ? Et quels rôles les différents réseaux sociaux jouent-ils dans leur comportement ? Une étude réalisée par le spécialiste de la veille, Bolero, révèle que les angoisses de la population ne sont pas toujours celles que l’on croit.

 

On le sait, le web social est un réceptacle et un catalyseur d'émotions. Images, actualités, émoticônes, vidéos… nourrissent en effet les réactions du public au quotidien tandis que les fonctionnalités des réseaux sociaux (mood graph de Facebook, trending topic de Twitter) les amplifient. Et l’émotion la plus présente est certainement la peur. « La peur est une émotion ancestrale qui provoque un instinct de fuite accompagné d'une inhibition de la pensée, elle favorise l'irrationalité de l'individu. Elle crée alors un terrain propice à la désinformation, à la rumeur et à une potentielle manipulation des foules », constate Caroline Faillet, co-fondatrice et CEO du cabinet de veille Bolero, qui a voulu comprendre quelles étaient les peurs les plus évoquées dans les réseaux sociaux et cerner quels rôles jouent ces derniers selon les risques. A partir d'un champ lexical de la peur (risque, danger…), elle a relevé 750 urls par type de source pour l'ensemble des médias et réseaux sociaux publics pour la période du 1er janvier 2014 au 31 mars 2015 (commentaires d'articles, blogs, forums, plateformes de pétition, Twitter, Facebook).

 

 

L’enquête tire trois conclusions

 

1. L'actualité est le premier fournisseur de sujets anxiogènes

 

La liste des peurs des internautes est le reflet d'un peu plus d'une année d'actualités. « Nous avons été étonnés de constater que l’angoisse devant le chômage ne représentait que 1% des peurs, alors que celle de l’insécurité et de la délinquance pesait 2O%, et celle du terrorisme 13% », souligne Caroline Faillet. Même le burn out (9%) fait plus peur que la perte d’emploi, suivi par Ebola (7%), l'Islam (5%) ou la montée des extrêmes (5%)…

 

 

2. Internet est un agitateur de peurs collectives


Les peurs véhiculées sur le Net sont majoritairement collectives. Les internautes ne partagent leurs craintes personnelles (maladie, angoisses professionnelles, réussite de leurs enfants…) que dans 9,6% des cas. De même, l'austérité (2%) et la pollution (2%) restent des dangers qui les engagent assez peu.

 

 

3. On est face à une difficile prise de recul


S'ils ne sont que 5% à opérer une distanciation du danger par l'humour, ils sont plus nombreux (9%) à critiquer le traitement de l'information ou de la solution apportée sur le Net mais seuls 9% avancent des solutions. Leur premier réflexe est de relayer l'information (30,8%) et de dénoncer le risque (17%).

 

 

Trois types de peur

 

1. Les peurs virales


Ce sont celles qui ont généré de la part de l'internaute, un comportement de relais d'information, de dénonciation du risque, et de débat sur le traitement de l'information. On trouve en tête l’insécurité-délinquance, le terrorisme, Ebola, les angoisses professionnelles et la montée des extrêmes. Ce sont les plus visibles sur le Net par la masse d'individus qu'elles mobilisent. Elles sont généralement suscitées par des faits d'actualité dans la presse, principalement les grands médias comme Le Figaro et Le Monde, qui leur donnent un rayonnement immédiat. Les internautes utilisent les fonctions de partage (Facebook, Twitter, LinkedIn, Google+…) du média en question pour relayer l'information en moyenne 1815 fois par article anxiogène.

 

Les peurs virales sont aussi celles qui génèrent le plus de réactions dans la zone de commentaires des articles média pour critiquer le traitement médiatique ou la solution proposée (28%), dénoncer le risque pour les populations (18%), appeler au changement ou à la mobilisation (16%) et mener une réflexion sur les solutions (13%). « Ce ne sont pas les faits qui frappent l'imagination du public et génèrent ces peurs virales mais la manière dont ils sont présentés », commente Caroline Faillet.

 

Le titre de l'article qui provoque ces peurs virales a une dimension émotionnelle forte : surprise, indignation, horreur, choc... « Nous constatons qu'il y a parfois un écart entre le caractère anxiogène du titre de l'article et la sobriété du fond. En effet, plus les internautes vont partager un article, plus l'audience du média sera importante, celui-ci a donc intérêt à provoquer une contagion. Or c'est le titre de l'article qui apparaît dans les réseaux sociaux ou sur Google Actualités, c'est donc lui qui doit disposer de cette puissance émotionnelle pour générer clic et partages »…. Et elle ajoute : « Sur Twitter, certains internautes attisent les peurs par des hashtags spécifiques qui créent l'amalgame entre des faits divers non liés entre eux et donnent un sentiment de montée des périls ».

 

 

2. Les peurs qui mobilisent

 

Ce sont celles qui ont généré de la part de l'internaute une réflexion, une interrogation, un appel à l'action. En tête, on trouve l’insécurité-délinquance, la sécurité routière, la culture en danger, le terrorisme et l’angoisse professionnelle. L'engagement des internautes contre les risques passe d'abord par les blogs. L'incitation à l'action ou au changement monte encore d'un cran sur les plates-formes de pétition qui appellent à la mobilisation collective, comme change.org, ou sur celles qui pratiquent les levées de fonds citoyennes comme citizencase.org.

 

 

3. Les peurs intimes

 

Elles se caractérisent par le partage d'une crainte personnelle, la recherche d'information et/ou de soutien : tout d’abord la réussite scolaire des enfants, le terrorisme, l’angoisse professionnelle et les maladies. Elles s'expriment majoritairement sur les forums qui, par rapport aux réseaux sociaux, permettent de développer longuement sa situation personnelle et d'obtenir des réponses personnalisées. Elles reflètent dans cette étude une difficulté pour les individus à gérer la pression de la réussite tant pour soi que pour ses enfants. Le risque de maladies, de complications liées à la grossesse, d'effets secondaires des médicaments, de difficultés d'accès aux soins sont aussi très présents. « Ces peurs ne sont pas les plus spectaculaires mais les plus intéressantes car elles se heurtent à de l’irrationnel », conclut Caroline Failler.

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR