AccueilETUDESPOUR VOUS CONNAîTRE, OUBLIEZ VOTRE MIROIR ET REGARDEZ VOTRE ASSIETTE

Pour vous connaître, oubliez votre miroir et regardez votre assiette


Publié le 22/01/2019

Image actu

Au pays de la gastronomie, des produits du terroir et des plus grands chefs.fes, la culture Foodies est bien ancrée. Mindshare en a fait une étude : alors êtes-vous plutôt, Tradi, Tenté, Trendy, Explorateur ou Créateur ?

 

 

Dis-moi ce que tu manges, je te dirais qui tu es… Mindshare, agence média du GroupM, a choisi de catégoriser les Français en fonction de ce qu’ils mettent dans leurs assiettes. « Manger n’est plus seulement la dernière étape d’un processus de préparation », explique cette étude intitulée « Culture Foodies : de la vinaigrette au toast », « C’est aussi le point de départ d’une manière d’appréhender le monde. Une vraie culture et particulièrement en France ». Ce phénomène ne cesse de prendre de l’ampleur.

 

« Depuis quelques années, la tendance food se développe et cette progression n’est pas prête de s’arrêter », prévient Céline Juin de l’équipe business planning de Mindshare. Le responsable de cette enquête a constaté le même phénomène. « Il existe une réelle prise de conscience auprès de la population », juge Tommaso Stancari « Manger a toujours été important en France mais les consommateurs se sont longtemps contentés de prendre des produits dans les rayons des supermarchés pour les mettre dans leur chariot. Aujourd’hui, ils lisent les étiquettes des aliments qu’ils souhaitent acheter avant de les placer ou non dans leur caddie. Nous vivons dans un monde connecté qui permet de bien mieux nous informer et cela a modifié la perception des consommateurs vis à vis de leur alimentation ».

 

 

74% des Français sont des Foodies

 

74% de la population française serait actuellement composée de Foodies, selon Mindshare. Ces personnes apprécient toutes le plaisir du partage. Elles sont exigeantes et veulent connaître la qualité et les origines des produits qu’elles consomment. Elles partagent également un intérêt et même parfois une véritable passion pour l’actualité culinaire. Il existe dans notre pays cinq catégories de Foodies.

 

Les « Tradi », qui représentent 12% de la population, ont des habitudes et ils ne souhaitent pas trop en sortir. Ils ont « leurs » magasins et « leurs » produits qu’ils aiment bien. Ils cuisinent avec des ingrédients simples et sains et apprécient les recettes transmises par leurs mères. Les « Tentés » (27% de la population) maîtrisent les recettes de base et restent à l’écoute des nouveautés. Ils ont l’habitude de faire leur marché tous les dimanches où ils achètent des fruits et des légumes de saison. Le « Trendy » (7% de la population) considère, lui, que la nourriture est une manière de vivre et d’affirmer son identité. Toujours partant pour tester une nouvelle recette ou le dernier restaurant à la mode, il aime qu’on lui raconte de belles histoires et visite régulièrement les blogs culinaires. « Découvrir, apprendre, connaître les tendances constitue son moteur », résume l’étude. Pour « l’Explorateur » (17% de la population), un repas doit être une expérience. Il reconnaît la richesse de la cuisine de ses aînés et aiment les recettes du monde entier. Pour lui, manger est un voyage et une exploration. Il rêve d’être un bloggeur reconnu, se sent acteur de la social food et aimerait passer à la télé. Enfin, le « Créateur » (10% de la population) considère la cuisine comme un art. Il aime inventer, transgresser les recettes et détourner ce qu’il achète. Ce « Foodie ne cuisine pas, il élabore », résume l’étude.

 

 

Les femmes, plus « tradis »

 

Et les femmes dans tout cela, me direz-vous ? « Les femmes sont souvent plus traditionnelles que les hommes », assure Tommaso Stancari « Elles représentent 59% des « Tradis » et plus nos catégories s’éloignent de ces Foodies plutôt conservateurs, plus on trouve d’hommes ».

 

La vérité d’aujourd’hui n’est toutefois pas forcément celle de demain. « Tout change très vite dans le monde actuel », constate Céline Juin « Les cinq tendances que nous avons défini dans cette étude auraient probablement été différentes si nous les avions analysées il y a une décennie et elles risquent encore d’évoluer dans les années à venir ». L’amour de la nourriture est toujours là mais notre façon de manger et d’apprécier les aliments évolue, elle, sans cesse.

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR