AccueilETUDESS’INFORMER OU NON SUR LES RéSEAUX SOCIAUX ? Là EST LA QUESTION…

S’informer ou non sur les réseaux sociaux ? Là est la question…


Publié le 24/09/2018

Image actu

Si les Américains ont un goût immodéré pour les réseaux sociaux pour s'informer, tel n'est pas le cas des Français encore fidèles à la presse et la télévision. Toutefois, accros ou non,  ils sont tous très lucides à l'égard du peu de fiabilité des informations qui sont délivrées sur la Toile.  

 

 

C’est l’histoire du verre à moitié plein ou à moitié vide. Les plus pessimistes continueront de se lamenter sur leur sort tandis que les optimistes ne manqueront pas de repérer la lumière qui semble poindre au bout du tunnel. Une étude de l’institut Pew Research Center effectuée cet été auprès de 4581 personnes aux Etats-Unis, montre à quel point les réseaux sociaux sont devenus une source d’information majeure des internautes même si ces derniers commencent à douter de plus en plus de la véracité des nouvelles qui sont diffusées sur la Toile.

 

Près des deux-tiers des Américains (68%) s’informent au moins en partie sur les réseaux, un chiffre presque stable par rapport à l’année précédente (67%). Les plateformes les plus populaires sont Facebook (43%), loin devant YouTube (21%), Twitter (12%), Instagram (6%) et LinkedIn (6%). Les profils des internautes changent toutefois radicalement d’un site à l’autre. Si les hommes sont majoritaires sur Reddit (72%), LinkedIn (64%), YouTube (57%) et Twitter (51%), les femmes apprécient davantage Snapchat (63%), Facebook (61%) et Instagram (59%). Les jeunes âgés de 18 à 29 ans continuent, pour leur part, de privilégier Snapchat (75%), Reddit et Instagram (51%) alors que les personnes qui ont entre 50 et 64 ans sont plus nombreux sur Facebook (23%), LinkedIn (22%) et YouTube (21%). Les non-diplômés surfent, eux, principalement sur Instagram (39%), Facebook et YouTube (35%) tandis que les anciens universitaires préfèrent LinkedIn (61%), Reddit (46%) et Twitter (41%).

 

 

Fake news…

 

Ce goût souvent immodéré pour les réseaux sociaux n’empêche pas les Américains de rester conscient des risques qu’ils prennent en s’informant sur internet. Une majorité des sondés interrogés par Pew (57%) s’attendent ainsi à ce que les nouvelles diffusées sur la Toile soient principalement… inexactes. Les personnes qui se font le moins d’illusions concernant la qualité des informations sur les réseaux sociaux sont les Républicains (72%), loin devant les Démocrates (46%). Les « fakes news » condamnées à longueur de tweet par Donald Trump semblent avoir convaincu une majorité de ses sympathisants. La Toile paraît toutefois rester la meilleure source d’information possible de l’autre côté de l’Atlantique…

 

58% des sondés qui privilégient les réseaux sociaux pour s’informer jugent que les nouvelles qu’ils lisent sont majoritairement exactes. Ces chiffres sont nettement inférieurs chez les particuliers qui regardent les « news » sur la télévision (41%), sur le web (39%), à la radio (38%). La presse traditionnelle arrive, elle, en queue de peloton (30%). Albert Londres doit se retourner dans sa tombe en découvrant ces chiffres…

 

 

Et en France ?

 

Les principaux avantages des réseaux sociaux pour les internautes à la recherche d’informations sont leur commodité (21%), le fait qu’ils permettent d’interagir avec d’autres personnes (8%) et leur rapidité (7%). 36% des sondés estiment également que les nouvelles qu’ils lisent sur Facebook, Twitter ou LinkedIn leur permettent de mieux comprendre ce qui se passe dans le monde mais près de la moitié (48%) pense que les messages sur les plateformes n’éclairent pas vraiment leur lanterne.

 

En France, les réseaux sociaux n’ont pas encore autant d’influence que chez l’Oncle Sam. Même chez les jeunes âgés de 18 à 34 ans, la presse écrite reste leur principale source d’info (34%), devant la télévision (33%) et les réseaux sociaux (19%), selon une récente étude de Kantar TNS. Si 38% des Français déclarent parfois accéder à l’information depuis internet, les chaînes télévisées nationales restent leur principale source d’information au quotidien (32%), devant la presse régionale (29%) et les radios nationales (19%). Les réseaux sociaux figurent à une bien modeste septième place de ce classement (12%). Ces plateformes sont en effet considérées comme le média qui offre les informations les moins crédibles (6% d’avis favorables), loin, très loin derrière les télévisions nationales (38%), la presse régionale (37%) et les quotidiens nationaux (30%). Jean-Pierre Pernaut reste plus écouté que Mark Zuckerberg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ÉTUDE TNS / 366 « LES FRANÇAIS ET LES MEDIAS » V2 / DECEMBRE 2017/ ÉCHANTILLON : 2747 INTERVIEWS / POUR CHACUNE DES AFFIRMATIONS CI-DESSOUS, VOUS INDIQUEREZ À QUELS MEDIA ELLE S’APPLIQUE LE PLUS ?

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR