AccueilETUDESL'INFLUENCE DE L'APéRO DANS LA VIE DES FRANçAIS

L'influence de l'apéro dans la vie des Français


Publié le 22/05/2017

Image actu

Avec leur " Manifesto Apero ", Nelly Rodi et le Syndicat des Apéritifs à Croquer décryptent cette tradiition bien française à travers une démarche à la fois sociologique et émotionnelle. INfluencia a voulu approfondir.

 

Dans le sempiternel débat sur l'identité culturelle française, certaines traditions et spécificités réussissent la très honorable performance de faire l'unanimité. Devant l'entrée du club très sélect des " bien de chez nous ", les videurs franchouillards laissent rentrer l'apéro avec le sourire et une tape sur l'épaule. Lui est des nôtres, il fait boire son verre comme les autres. Moment convivial ancré dans nos moeurs alimentaires et sociales, l'apéro est au repas ce que sont les préliminaires au coït : un préambule rassembleur, stimulant mais qui parfois, aussi, peut se suffire à lui-même. Mais quels symboles, messages et reflets se cachent derrière les habitudes ? Le Syndicat des Apéritifs à Croquer -qui malheureusement rassemble des acteurs de cette malbouffe industrielle ad hoc- explore le lien social dont il est à l’origine.

 

Comprendre pourquoi et comment les Français prennent l’apéritif aujourd’hui, apporter un éclairage nouveau sur ce moment si français, ce qu’il représente dans notre société : voilà l'objectif de l'étude confiée à Nelly Rodi. " L’apéro n'a jamais été soumis à une convention et chacun le revendique plus que jamais en 2017 pour en faire un moment de liberté absolue ! Au placard tous les codes, on crée ses propres tribus, on combat la morosité pour lâcher prise, on refuse la standardisation et on fait plaisir ", assure le bureau de tendances. Que tirer des conclusions de son Manifesto Apero  (*)?

 

 

L’influence du contexte sociétal sur la perception de l'apéro par les Français


Tout d'abord, 81 % des Français voient l'apéro comme un acte de résistance positive, 89,5 % estiment qu'il soude dans une période incertaine et près de 70 % reconnaissent qu'il répond à un besoin fondamental pour eux. Ensuite, pour 84,4 %, il est même devenu une façon de résister ensemble à la morosité ambiance. C'est d'ailleurs peut-être pour cela que 89,3 % en organisent régulièrement et 40 %, le prennent deux fois par semaine au minimum. Derrière ces indices comportementaux, la vraie question est de savoir ce qui termine dans nos estomacs. Car si l'apéro rassemble pour s'empoisonner avec des produits nocifs pour notre santé, sa valeur fédératrice ne sert pas à grand chose.

 

" Par sa démarche très qualitative, notre étude apporte un angle de vue plus sensible qui s’intéresse ainsi aux motivations émotionnelles des consommateurs. Sont identifiés de grandes tendances apéritives témoignant d’un renouveau du lien social, dans un mouvement global ", commente pourtant Nelly Bonnet. La secrétaire Générale du Syndicat des Apéritifs à Croquer n'est évidemment pas là pour remettre en question la qualité des apéros qu'elle défend. Nous avons quand même voulu lui poser trois questions sur le Manifesto.

 

 

INfluencia : peut-on lire, à travers cette étude, de nouvelles habitudes de comportements de consommateurs ?


Nelly Bonnet : notre étude donne en effet un éclairage sur les habitudes des consommateurs en matière d’apéritif, qu’elles soient sociales, sociétales ou comportementales. Elles se traduisent par des tendances fortes mises en évidence ici. L’enseignement majeur se concrétise par ce que nous avons baptisé le " Manifesto Apero ", notion qui confirme l’influence du contexte sociétal sur la perception de ce moment par les Français. Elle révèle des tendances fortes, des signaux révélateurs de comportements et de motivations qui se rejoignent autour de l’apéritif : primo, l’apéro " Néo tribus ", qui répond à un besoin de reconnexion à l’autre, en plaçant le collectif, la rencontre au cœur de l’apéritif. Ici le " faire ensemble " devient une réponse au climat anxiogène; secundo, l’apéro " Beau, Bien, Bon " révèle le besoin des Français de valoriser le " faire soi-même ", l’envie de faire plaisir à travers un apéro créatif révélateur de générosité; tertio, l’apéro " Esprit Libre " reflète l’aspiration des Français à plus de liberté. Ils se jouent des obligations, des codes, les détournent, pour rendre la vie plus légère. L’apéritif est un refuge rassurant, une bulle heureuse, dans laquelle chacun revendique son moment.

 

 

IN : pourquoi avoir senti le besoin de faire cette étude ? Y a-t-il un déficit d'image de l'apéro ?


N.B. : l’apéritif bénéficie d’une image très positive auprès des consommateurs. Il s’élève même au rang de tradition, d’exception française. L’apéritif a toujours existé, on ne sait pas vraiment expliquer son origine mais on sait qu’il a toujours été présent dans les us des français. Il se transforme aujourd’hui, jusqu’à parfois remplacer le dîner de manière spontanée. C’est ce constat très positif et enthousiaste qui a guidé le Syndicat à mener cette étude. Son objectif était donc de décrypter l’apéritif à travers une démarche à la fois sociologique et innovante. Il s’agissait d’explorer le " moment " apéritif, le lien social qu’il traduit, son origine, ses motivations. Comment expliquer ce moment si cher aux Français, ce qu’il représente aujourd’hui d’un point de vue émotionnel et affectif.

 

 

IN : l'apéro est un moment rassembleur. N'est-il donc pas essentiel de le rapprocher des valeurs saines du mieux-manger, une tendance forte qui impacte les choix de consommation alimentaires ?


N.B. : l’apéritif est une bulle de liberté dans laquelle chaque produit trouve sa place. C’est également un moment de consommation qui fait partie intégrante du patrimoine alimentaire français et c’est pourquoi il évolue en fonction des tendances du moment et des attentes des consommateurs. La tendance « beau, bien, bon », nous éclaire sur la façon dont les consommateurs se réapproprient nos produits pour les mixer avec fruits et légumes frais, les associer et les assembler à d’autres aliments pour créer un apéro qui soit le reflet de leurs envies.

 

(*) L'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR