AccueilETUDESLA GéNéRATION Y ET L’ARGENT

La génération Y et l’argent


Publié le 13/02/2019

Image actu

Où dépensent-ils leurs sous et pour quelles raisons ? Une étude commanditée par Snapchat tente de comprendre le rapport à l’argent des millennials. Instructif…


 

On les dit désintéressés par les choses matérielles. Ils n’hésitent pas à changer de boulot sur un coup de tête. Ils préfèrent rester indépendants ou trimer pour une start-up qu’intégrer une multinationale et « faire carrière ». Mais quel est leur rapport réel à l’argent. La génération Y est-elle attirée par les liquidités et comment dépense t-elle ses deniers ? C’est à ces questions qu’une enquête d’un spécialiste des études de données, Cassandra, a tenté de répondre pour le compte du réseau social Snapchat.

 

Les adultes âgés de 18 à 24 ans représentent aujourd’hui 20% de la population adulte et leur salaire annuel moyen s'élève à environ 20 000 euros. Si la moitié de ces jeunes parviennent à respecter leur budget, 20% des sondés reconnaissent souvent être à court d’argent avant la fin du mois. Leurs portefeuilles ne sont également pas très bien garnis lorsqu’ils se promènent en ville ou à la campagne. Plus de la moitié des millennials (54%) ont en moyenne moins de 21 euros en poche et seulement 7% se déplacent avec plus de 67 euros dans leur porte-monnaie. Ils utilisent surtout ces espèces pour s’acheter un café ou un thé (51%), grignoter un morceau dans un burger ou un kebab (40%) ou faire leurs courses alimentaires (35%). Leurs cartes bancaires sont leur mode de paiement préféré particulièrement pour aller au supermarché (76%), payer leur logement (71%) ou régler une addition au restaurant (70%). Les jeunes de la génération Y possèdent en moyenne deux cartes de crédit alors que les adultes entre 35 et 65 ans en ont quatre.

 

 

Où vont leurs dépenses ?

 

La majorité de leurs revenus (59%) sont utilisés pour payer leurs voyages, acquitter leur loyer ou rembourser le crédit de leur maison. Le shopping, la santé et les cadeaux sont leur deuxième plus important poste de dépenses juste devant le divertissement, la nourriture et les boissons (20%). En moyenne, ces consommateurs consacrent environ 650 euros par mois à leurs dépenses courantes. Le shopping en ligne devient de plus en plus tendance. 86% des jeunes ont fait autant voire plus d'achats en ligne que l'année dernière. Près d’un tiers (32%) ont aussi passé plus de temps à faire leurs courses sur la Toile qu’un an plus tôt. Lors d'un achat, le prix, la qualité et les avis en ligne sont les trois critères principaux qui les encouragent à choisir un article plutôt qu’un autre. La fidélité aux marques reste un critère important pour ce groupe démographique. 59% des jeunes acquièrent en priorité des labels qu'ils connaissent et la majorité d'entre eux préfère essayer des chaussures et des vêtements avant de les acheter.

 

« La génération Y est en pleine transition vers l'âge adulte et son pouvoir d'achat va augmenter de presque 60 % durant les dix prochaines années », prévient l’étude de Snap.inc « Il est donc crucial pour les marques de comprendre le rapport que cette génération a avec l'argent et comment elle le dépense. Les jeunes de ce groupe démographique ont des dépenses courantes élevées et valorisent la qualité et le prix. De plus, même si le shopping en ligne est de plus en plus tendance, la génération Y apprécie toujours le shopping en magasin ». Ce constat explique pourquoi les géants du net comme Amazon commencent à ouvrir des boutiques « en dur » alors que les distributeurs traditionnels ouvrent tous des sites d’e-commerce.

 

 

Les valeurs, toujours les valeurs…

 

Pour coller aux attentes éco-responsables des millennials, les marques doivent s’impliquer autour de grandes causes. Sauvegarde de l’environnement, lutte contre le travail forcé, aide aux plus démunis, chasse au gaspillage… Le choix est vaste. Ces jeunes sont également allergiques à l’esbroufe et au tape-à-l’œil.

 

Pour être populaire, une griffe doit accepter de se dévoiler sous son vrai jour et être fidèle aux valeurs qui comptent pour cette génération. Pour être authentique, une entreprise doit prouver qu’elle se soucie du monde dans lequel elle vit et des salariés qu’elle emploie. Elle doit démontrer que ses produits apportent quelque chose de valeur. Elle doit, en outre, soigner sa communication en utilisant les réseaux sociaux qui sont souvent l’unique source d’information des plus jeunes. Cette liste à la Prévert doit être respectée à la lettre pour convaincre les Y à desserrer les cordons de leurs bourses. Vous voilà prévenus…

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR