AccueilETUDESLES FRANçAIS ONT-ILS LA FIèVRE DU CLIC ACHETEUR ?

Les Français ont-ils la fièvre du clic acheteur ?


Publié le 20/02/2019

Image actu

Pour comprendre les différentes mécaniques d’achats des consommateurs, Shopalike, plateforme de shopping en ligne, a réalisé une infographie sur le comportement de ses clients selon différents types de produits. Race is on.

 

 

« Nous sommes pris, depuis l’extension des médias de masse, dans un gouvernement des émotions que la révolution numérique contribue à amplifier ». Voilà comment le philosophe français, Pierre le Coz, nous mettait en garde en 2015 sur l’emprise de cette captation émotionnelle sur notre société moderne. On enfonce une porte ouverte mais bon nombre d’annonceurs activent aujourd’hui le levier émotionnel pour faire appel à la fibre artistique et sensible, de leurs clients. Nous avions abordé une activation menée par Treca qui permettait d’admirer le plafond de l’Opéra de Paris allongé sur un de leur matelas. Un autre exemple était l’élaboration par le street artiste Riks de 4 éditions spéciales pour l’iconique marque d’alcool Suze

 

Si ces deux opérations étaient loin d’être gratuites mais en totale harmonie avec l’histoire de ces deux marques, elles démontrent toute la créativité que doit déployer aujourd’hui un annonceur pour continuer à se faire entendre dans les magasins mais aussi en ligne. Une certaine prise de risque émotionnelle et l’unique moyen pour se démarquer de la concurrence, être cohérente et surtout se rendre indispensable dans le quotidien des consommateurs pour bien sûr se faire préférer. La finalité est toute trouvée : développer un achat instinctif de ses produits. 

 

 

Plus de temps, c’est moins d’argent

 

Vous êtes-vous déjà demandé combien de temps nous prenons pour acheter certains produits ? Pour y répondre, ShopAlike.fr, une plateforme de shopping en ligne, a réalisé une infographie sur le comportement de leurs clients européens en termes d’achat en ligne. Quels pays sont les plus rapides à sortir le porte-monnaie, quel genre de produit nécessite le plus de réflexion ou sommes-nous si différents en termes d’habitudes de shopping, sont autant de questions auxquelles l'étude apporte des réponses. Plutôt que de vous en dresser un résumé bête et méchant, nous vous relayons l’analyse telle que Shopalike l’a mijotée. En espérant que vous ne passerez pas 17 jours 16 heures et 31 minutes à choisir votre plat comme les Français et leurs chaussures…

 

Ce qui explique en partie sa 8ème place en terme de rapidité d'achat se plaçant loin derrière la Finlande, l'Autriche et les Pays-Bas, sur le podium. De là à dire que les marques ont encore du pain sur la planche pour renforcer leur discours et leurs services notamment sur la Toile pour développer la confiance et améliorer la relation client, c'est une évidence !    

 

 

 

 

Du numérique au physique, il n’y a qu’un pas

 

Même si cette étude se concentre sur l’achat on-line, ces mécaniques de consommation sont sensiblement les mêmes pour les sites physiques. Que l’on habille sa plateforme selon les dogmes esthétiques de l’UX ou que l’on remodèle le look de son magasin, la finalité sera la même : séduire les prospects et s’inscrire dans leurs habitudes d’achats. Il sera donc primordial pour les annonceurs présents sur les deux supports d’assurer une complémentarité entre eux afin de concevoir une expérience client pertinente. Car oui, en 2019 plus que jamais, les consommateurs ont besoin qu’on leur prenne la main.

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR