AccueilCASE STUDYVIOLENCE DOMESTIQUE : CE FLéAU PASSé SOUS SILENCE

Violence domestique : ce fléau passé sous silence


Publié le 05/05/2019

Image actu

Parce que ca dérange, on tait, on zappe, on ne regarde pas. Pourtant, les violences domestiques persistent. En Roumanie, une femme est victime de violence conjugale toutes les 30 secondes, mais très peu sont habilitées à parler de leur expérience. Pour leur donner de la voix et pour éveiller les consciences sur la réalité des violences domestiques, l’association roumaine Anais et l’agence Cheil Centrade lancent « Unquiet Voices », un film de 40 minutes pour dresser le portrait des violences à l'égard des femmes.

 

 

Parce que violences faites aux femmes sont restées aussi inaudibles que les films muets aux oreilles de l’Etat, l’association roumaine Anais l’agence Cheil Centrade donnent l’opportunité à sept femmes ayant survécu à ces violences de prendre la parole pour conter leur histoire. Pour ce faire, leur voix ont été posées sur des scènes de films muets internationaux présentant des personnages féminins maltraités par leurs conjoints. « Une femme de Paris », réalisé par Charlie Chaplin, « Notre hospitalité », dirigée par Buster Keaton et John G. Blystone, « Souls for Sale », de Rupert Hughes ou encore « Scaramouche », réalisé par Rex Ingram, tous ces films datant de près d’un siècle ont perdu leur droits d’auteur au 1er Janvier 2019.

 

Une opportunité de transformation cinématographique que l’agence a su saisir pour une réalisation à moindre coûts. En reprenant ces chefs d’oeuvre historiques connu de tous et y incorporant un aspect responsabilisant, « Unquiet Voices »  entremêle réel et fiction, romance et désillusion, et lève le voile sur le quotidien dramatique de milliers de femmes. Une sensibilisation nécessaire pour rendre compte de la multiplicité des cas mais aussi des formats : psychologiques, physiques, économiques, sexuelles, les violences domestiques ne se résument pas qu’à la force du poing.

 

 

Sensibilisation sur tous les fronts

 

Projeté sur grand écran en Roumanie, mais aussi dans des galeries d'art et présenté comme matériel pédagogique dans les écoles, les collèges et même dans les tribunaux roumains, « Unquiet Voices » est également présenté sous forme de campagne vidéo de deux minutes trente sur le digital, et propose d’une plateforme dédiée sur laquelle les femmes peuvent visionner l'intégralité de l'histoire et enregistrer la leur. Une prise de parole de grande envergure visant à sensibiliser et recueillir des fonds pour aider à maintenir ouvert Anais, le seul refuge pour les victimes de violence domestique en Roumanie.

 

 

 

 

 

 

 

Commentez




Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR