AccueilCASE STUDYLE TéLéPHONE SONNE TOUJOURS AVANT DE MOURIR

Le téléphone sonne toujours avant de mourir


Publié le 20/10/2017

Image actu

Utiliser son téléphone au volant peut tuer. Pour ceux et celles qui en douteraient encore, la Sécurité Routière sort 3 affiches où le « doudou digital » de tout un chacun.e est le théâtre d’accidents graves voire fatals... pas que pour le conducteur !


Comment alerter les automobilistes à l’instant T sur le fait que textoter, tweeter ou jeter un œil à un post sur un réseau social alors qu’ils sont au volant est tout sauf anodin ? Pire que ce geste qui détourne leur attention de la route constitue un grave danger pour eux et pour les autres dans la rue qui ne sont pas protégés par l’habitacle du véhicule ? Tout simplement en passant un message bien senti sur les radios qu'on écoute facilement sur la route, et en affichage. Mais encore faut-il que l’annonce dédiée à la com extérieure soit explicite au simple coup d’œil.

 

C’est ce qu’a réussi à faire La Sécurité Routière avec La Chose et Anatome, ses agences, dans sa nouvelle campagne diffusée dans 75 villes et sur des arrières de bus alors que les vacances de la Toussaint -synonymes de trafic intense- s’amorcent. Les visuels savamment mis en scène par le photographe Vincent Dixon, créent à chaque fois un lien de cause à effet évident entre l’usage et ses conséquences. « L’idée est de symboliser l’objet téléphone par une route où se produit la scène de l’accident. Ainsi, ce petit geste se transforme métaphoriquement en une action ultra-violente : fauchant une piétonne sur un passage clouté, écrasant un cycliste sur le bitume d’une route de campagne, ou emboutissant une voiture familiale », détaillent les auteurs à l’agence.

 

Diffusion dans 75 villes en 4X3 et sur des arrières de bus

 

Une nouvelle prise de parole qui se justifie en raison du téléphone devenu, ces dernières années, l’une des principales causes d’accidents sur la route avec la vitesse et l’alcool, puisque près d’un accident corporel sur 10 serait lié à l’utilisation du téléphone en conduisant. En effet, en consultant son téléphone lorsqu’il conduit, un automobiliste détourne son attention de la route au minimum 5 secondes, soit 70 mètres en ville (à 50 Km/h) multipliant ainsi par 23 les risques d’accidents avec au bout de ses doigts la vie d’un cycliste, d’un piéton, d’un autre usager.

 

 

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR