AccueilCASE STUDYUN SITE DE RENCONTRES QUI éLèVE LE DéBAT... ÇA SE FêTE !

Un site de rencontres qui élève le débat... Ça se fête !


Publié le 26/01/2020

Image actu

Once, le site de rencontres qui ne propose qu’un seul match par jour à ses utilisateurs, dénonce dans sa nouvelle campagne les excès des modèles mis en place par ses rivaux.

 

 

Les contes ne se terminent pas toujours bien. « Il était une fois Thomas, qui se fait ghoster par Kim après 25 secondes de conversation ». Mounia a, elle, reçu un compliment de son crash, copié-collé à 540 autres filles. Rose a, pour sa part, découvert dans sa messagerie un émoji aubergine et un émoji gouttes de la part de son match. Sooooo romantique. Ces trois « belles histoires » figurent sur la nouvelle campagne d’affichage de Once.

 

L’application de rencontres et son agence Marystone ont cherché dans ces messages à montrer du doigt les défauts du fast-dating où la soif de rencontre se transforme souvent en dangereuse boulimie. « Beaucoup d’applis sont de véritables foires aux bestiaux, condamne Clementine Lalande, la directrice générale de Once qui rassemble neuf millions d’utilisateurs dans huit pays dont trois millions en France. 67% des personnes qui utilisent des sites de rencontre passent quatre heures par semaine sur ces plateformes. C’est colossal. Ces applis sont faites pour être addictives car elles sont ludiques et elles flattent votre ego. Beaucoup de gens y vont uniquement pour se sentir aimés ».

 

 

Utile mais douloureux

 

En 2040, 80% des couples se seront rencontrés sur ces sites et en 2030, la moitié des bébés auront été conçus par des parents qui se sont « croisés » pour la première fois sur la Toile. Ces chiffres cachent toutefois une triste réalité : « La majorité des personnes ressentent une véritable souffrance et de la frustration lorsqu’elles utilisent ces applis, regrette Clementine Lalande. Il y a en moyenne cinq hommes pour une femme et cela génère des comportements toxiques. Pour se faire remarquer, les hommes sont souvent agressifs et certains envoient même des photos de leurs organes génitaux. Les femmes, elles, reçoivent 80 likes par jour et elles ne parviennent pas à gérer ce flux de demandes. Il est difficile de créer une relation avec une personne lorsque vous avez soixante chats ouverts au même moment. C’est pour cela que nous avons décidé de proposer un service qui prend le contrepied des autres plateformes en proposant un seul et unique match par jour ».

 

L’algorithme imaginé par Once se charge de trouver, en prenant compte des réponses que vous avez fourni au questionnaire qu’il faut remplir au moment de l’inscription sur le site, les meilleurs profils pour vous. Une proposition toutes les 24 heures, pas une de plus, vous est envoyée. À vous de « liker » ou non la personne en question. « 50% de nos utilisateurs vont à un rendez-vous dans la vraie vie avec un match que nous leur avons proposé lors du premier mois qui a suivi leur inscription sur l’appli », revendique Clementine Lalande.

 

 

 Donner du temps au temps

 

La nouvelle campagne publicitaire de cette start-up créée en 2015 a été lancée au même moment que celle de son concurrent Tinder. Mais les deux rivaux n’ont pas choisi la même stratégie pour séduire les internautes à la recherche de l’âme soeur. Si le géant aux 50 millions d’utilisateurs conseille aux particuliers de rester célibataire, Once juge que les particuliers « méritent de belles histoires ». « Cette appli privilégie la qualité à la quantité, résume Marie-Pierre Benitah, la fondatrice de Marystone. Avant, les gens utilisaient ces services un peu sous le manteau mais on assiste aujourd’hui à une véritable bagarre entre les marques présentes sur ce marché. L’idée de notre campagne est de dénoncer ce qui se passe chez les autres applis où les échanges sont souvent trop sexualisés. Tout le monde a envie de vivre de belles histoires mais ces belles histoires prennent du temps et Once donne ce temps au temps ». Une prise de parole responsable en somme.

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR