AccueilCASE STUDYMARQUES, PRENEZ GARDE : LES YOUTUBEUSES SE REBELLENT

Marques, prenez garde : les youtubeuses se rebellent


Publié le 14/01/2019

Image actu

EnjoyPhoenix et Horia ont profité de la nouvelle année pour pousser un coup de gueule contre les marques qui les nourissent. Entre opportunisme et prise de conscience acquise en grandissant et en échangeant avec leur audience !

 

 

On appelle cela l’âge de raison. Après sept ans de « bons et loyaux services » sur la Toile, deux des influenceuses les plus suivies en France ont décidé de se rebeller contre les marques qui les ont nourrit durant toute leur carrière. César a eu son Brutus. Les fabricants de maquillage et de produits de soin ont désormais leur EnjoyPhoenix et Horia.

 

Ces deux « reines » des réseaux sociaux ont profité de la nouvelle année pour diffuser de longues vidéos sur lesquelles elles critiquent ouvertement les griffes qui ont pourtant fait leur fortune. Dans un clip de plus de 35 minutes, autant dire une éternité dans le monde des réseaux sociaux où les « tutos » sont plutôt courts et édités à l’extrême avec de nombreux émojis et un montage très haché, Marie Lopez, alias EnjoyPhoenix, pousse un sérieux coup de gueule. Bien sagement assise sur un canapé couvert de coussins et de peaux de bête, la jeune femme de 23 ans, habillée d’une pull bleu douillet et les cheveux tombant sur les épaules, est visiblement émue au début de la séquence qui a été visionnée plus de 1,6 million de fois. « Je redoutais de faire cette vidéo depuis un moment parce que cela fait quelques mois que cela me trotte dans la tête », explique la surfeuse aux 3,5 millions d’abonnés sur YouTube et aux 4,5 millions de fans sur Instagram « Je me suis dit qu’il était vraiment temps de profiter de cette année 2019 pour pouvoir vous parler de ce que j’ai décidé de faire pour tout le reste de ma vie de « youtoubeuse ».

 

 

Quarante teintes d’une même marque

 

Pour résumer (les plus patients peuvent regarder sa « confession » sur la Toile), l’influenceuse a demandé à toutes les marques d’arrêter de lui envoyer des échantillons de produits. Chaque jour, quatre à six colis arrivent à ses bureaux. Cette avalanche de crèmes et autres mascaras a fini par étouffer la jeune femme qui a reçu un jour les quarante teintes d’une même marque de fond de teint. « On se sent redevable quand on reçoit plein de produits et (on se dit) qu’il faut en parler », avoue t-elle « Mais comment peux tu parler d’environnement et d’écologie quand tu es dans le consumérisme total de recevoir des tonnes de produits par jour et que tu as des tonnes de choses chez toi ».

 

La bloggeuse reconnaît que son voyage en Tanzanie, durant l’été 2018, a marqué un « tournant » pour elle. En Afrique, elle a compris à quel point son quotidien paraissait futile et était néfaste pour mère nature. De retour à Paris, elle a donc choisi de mettre fin à ces habitudes.

 

 

Mea culpa

 

« Merci de m’avoir suivie toutes ces années pour la beauté et le maquillage mais ce n’est plus ce que je veux faire », explique t-elle « Vous m’avez ouvert les yeux sur mes contradictions. Maintenant j'aspire vraiment à autre chose. On évolue tous, on grandit tous, nos envies ne sont plus les mêmes, nos objectifs ne sont plus les mêmes. J'affectionne toujours la beauté mais plus autant qu'avant. Ce n'est plus du tout ce que j'ai envie de faire ». EnjoyPhoenix, qui compte désormais se consacrer aux « soins » et faire attention à la « composition des produits », n’est pas la seule à dire « stop » en ce début d’année.

 

Voilà, elle aussi, presque sept ans qu’Horia fait des vidéos sur YouTube et quatre ans qu’elle en vit. Bien décidée à « passer un message aux marques », la jeune femme a choisi de pousser, pour reprendre ses mots, un « coup de gueule », sur sa page. « Aujourd’hui ca va ch… », prévient l’influenceuse dans son langage fleuri. Cette star des réseaux sociaux, qui compte 2,2 millions d’abonnés, reproche notamment aux griffes de lui envoyer trop de courriels et des tonnes de produits qu’elle n’utilisera jamais. « Ce n’est même pas ma carnation, ni ma couleur, ni le genre de produit que j’aime », s’énerve t-elle. S’adressant directement aux entreprises, elle ajoute : « Vous me jetez un chèque à la gueule et vous pensez que je vais accepter tout et n’importe quoi ? C’est un manque de respect envers ma communauté et c’est prendre mes abonnés pour des tocards ». Horia ne va pas aussi loin que Marie Lopez et ne sous-entend pas qu’elle va arrêter de tester des produits sur la Toile mais sa vidéo devrait, elle aussi, envoyer un signal d’alarme auprès des marques.

 

Les influenceurs commencent à mûrir. Il a longtemps été possible « d’acheter » leurs bons et loyaux services en leur envoyant des testeurs ou quelques liquidités. Mais avec le temps, certaines « voix » qui comptent sur la Toile souhaitent modifier leurs mauvaises habitudes. Ces reines du Web savent aussi qu’elles doivent évoluer pour perdurer dans ce monde virtuel où les gens « in » deviennent « out » en l’espace de quelques semaines, et où les montées au sommet sont suivies de descentes tout aussi rapides. Difficile de séduire des pré-adolescentes quand les premières rides apparaissent… Compliqué de parler à des internautes de treize ans quand la barrière des 25 ans a été franchie. Passer du maquillage aux soins permet bien opportunément de « vieillir » avec ses abonné.e.s. L’âge de raison…

 

 

 

 

Commentez


VOUS POURRIEZ AIMER AUSSI



Abonnez-vous à la revue
RECHERCHER PAR